James Malatesta, un joueur de centre originaire de Kirkland, dans l’ouest de l’île Montréal, qui évoluait l’hiver dernier dans le midget AAA avec les Lions du Lac-Saint-Louis, aurait décidé de se joindre aux Remparts plutôt que poursuivre sa carrière dans le hockey scolaire américain.

Les Remparts ont convaincu James Malatesta

Adoptant déjà un alignement rempli de jeunes pour amorcer la saison, les Remparts ont convaincu un autre très bon espoir de venir jouer à Québec dès maintenant. Le Québécois James Malatesta privilégiera le junior pour la suite de sa carrière au lieu du hockey scolaire américain, contrairement à ce qu’il a toujours prétendu.

Voilà l’essentiel de la nouvelle publiée par TVA Sports, mardi soir. Malatesta est cet excellent joueur de centre originaire de Kirkland, dans l’ouest de l’île Montréal, qui évoluait l’hiver dernier dans le midget AAA avec les Lions du Lac-Saint-Louis.

Jusque-là, Malatesta avait toujours fait partie des récalcitrants notoires face à la LHJMQ. Sa famille et lui affirmaient préférer suivre le chemin des universités aux États-Unis au lieu du circuit civil junior majeur au Canada. Cette position a fait de celui qui était classé 11e espoir en vue du repêchage de début juin, un choix d’aussi loin que la septième ronde pour les Remparts de Québec, la 116e sélection au total.

Un pari de Patrick Roy qui rapporterait donc gros. Dès cet hiver, l’habile attaquant de 5’ 9’’ formera aux côtés des Nathan Gaucher, Jacob Melanson, Charlie Truchon et Emerik Despatie l’avenir des Remparts conjugué au présent.

Malatesta avait passé 48 heures au début du camp des Remparts, plus tôt ce mois-ci, afin de ne pas perdre ses droits d’évoluer dans les écoles situées au sud de la frontière. Il était d’ailleurs promis au Kimball Union Academy, une école préparatoire aux universités logée à Meriden, au New Hampshire.

La grande séduction des Remparts a-t-elle bel et bien fait mouche en aussi peu que 48 heures? Rappelons que Roy était aussi allé rencontrer le clan Malatesta chez lui, cet été, et avait qualifié cette rencontre de «très agréable», sans en dire davantage. Ou est-ce que Malatesta ne serait pas en mesure, pour une raison ou une autre, de commencer l’année scolaire à Kimball Union Academy?

La situation n’est pas sans rappeler celle d’un Angelo Esposito, que Roy et les Remparts avaient aussi convaincu de demeurer au Québec à 16 ans, en 2005. Esposito venait, lui, de jouer deux ans aux États-Unis, au Minnesota. Il a ensuite disputé quatre campagnes dans le junior majeur québécois, dont les trois premières avec Québec.

Lors de son retour à la barre de l’équipe, l’an passé, Roy avait affirmé son désir de ramener le club dont il a déjà été copropriétaire dans le peloton de tête. Malatesta n’a que 16 ans, faudra lui laisser du temps. Mais avec 11 buts et 23 points en 16 matchs éliminatoires de ligue le printemps dernier, on parle d’un talent avéré.