Adam Erne étant blessé, Lucas Batt (49) aura la chance de compléter un trio avec Anthony Duclair et Kurt Etchegary.

Les Remparts n'ont pas oublié

Les Remparts ont encore frais à la mémoire la défaite de 3-2 en fusillade que leur ont infligée les Tigres, au Colisée Pepsi, le 8 février. La rencontre avait été l'affaire de Philippe Hudon (deux buts) et de François Tremblay (38 arrêts). En visite à Victoriaville vendredi, les Diables rouges espèrent remettre la monnaie de leur pièce aux hommes de Yanick Jean.
La tâche ne sera pas facile pour les Remparts qui amorcent, sans Adam Erne, une série de trois matchs sur la route. Venant d'encaisser des défaites aux mains du Titan et de l'Océanic, les Tigres (29-22-4-2) voudront de leur côté retrouver rapidement le sentier de la victoire, eux qui avaient aligné 13 gains au préalable.
«Victoriaville vient de battre un record de franchise. Après ça, ç'a été une couple de matchs plus difficiles pour eux. Il va falloir arriver là-bas prêts. Je pense toutefois qu'on leur en doit une. Ils en ont remporté une chez nous, alors on va essayer d'aller en gagner une chez eux», a indiqué l'entraîneur-chef Philippe Boucher, qui hésitait encore dans le choix de son gardien partant, jeudi matin.
Il faut dire que les Tigres, qui effectuent une remontée au classement général de la LHJMQ (10es avec 64 points) après avoir été affligés par les blessures, ont changé de visage aux Fêtes. Ils se sont donné plus de punch en attaque avec les ajouts de Jean-François Plante et de Yan-Pavel Laplante. Quant aux blessés à long terme, les Jonathan Diaby, Brandon Whitney et Tristan Pomerleau - ce dernier a reçu le feu vert des médecins jeudi -, ils sont progressivement revenus au jeu, à l'exception de Tommy Veilleux.
«Ils sont complètement transformés. Ils ont ajouté des joueurs dans leur alignement et c'est une équipe qui a eu une bonne séquence, qui est fidèle à son identité. Ils veulent être physiques, pousser le monde un peu. Et c'est correct comme ça. Il faut être prêts pour ça», a convenu Boucher.
Le pilote ne craint d'ailleurs pas que les équipes adverses opposent un jeu robuste à ses rapides patineurs. De façon générale, ses Remparts réagissent plutôt bien à ce style de jeu.
«On l'a vu à Shawinigan dimanche, ça réveille nos joueurs! Ce que j'aime, c'est que les gars ne reculent pas. Ce que les équipes peuvent apprendre, c'est que s'ils sont indisciplinés contre nous autres, ça peut leur faire mal.»
Batt en audition
Les Remparts devront toutefois aller à la guerre sans Erne (lacération de la rate), dont la durée de l'absence est toujours indéterminée. «Il nous manque [quand il n'est pas là]. Mais il faut continuer avec les gars qu'on a. Depuis le début, quand quelqu'un est tombé, on s'est relevé. Avec toutes les blessures qu'on a eues, on est quand même quatrième au classement. Si d'autres gars n'avaient pas pris les bouchées doubles, on ne serait pas là. On s'attend à voir ça de certains joueurs. Il y en a qui vont être en audition à la gauche de Duclair et de Etchegary», a révélé Boucher.
Le premier en lice est Lucas Batt, qui s'entraînait en compagnie du dynamique duo des Remparts, jeudi. «Je vais essayer de saisir ma chance. En même temps, je devrai conserver mon style de jeu physique, même si je me retrouve sur une ligne plus offensive, avec Duclair et Etchegary. Mon rôle sera simple : je devrai leur faire de l'espace sur la patinoire», a estimé le Terre-Neuvien, qui apprécie le vote de confiance de son entraîneur.
*************
En vitesse...
Mikhail Grigorenko continue d'évoluer sur la première unité d'avantage numérique en compagnie de Fabrice Herzog, de Nick Sorensen, d'Anthony Duclair et de Cody Donaghey, mais son rôle y a quelque peu évolué. «On m'a demandé de venir appuyer Duclair. Ça arrive aussi que je me retrouve à la place de Fabrice devant le but, quand il n'est plus là et que je suis le gars le plus proche», a expliqué le centre, qui a marqué de cet endroit lors de la visite de l'Armada, mardi... François Brassard a connu l'une de ses rares contre-performances de la saison, mardi, sous les yeux de l'entraîneur des gardiens de but des Sénateurs, Rick Wamsley. L'ancien portier du Canadien a profité de sa visite de deux jours à Québec pour sauter sur la glace pour travailler quelques aspects techniques avec son protégé. «C'est toujours le fun d'avoir son point de vue. Il apporte des points pour simplifier mon jeu et pour que ce soit plus facile pour moi. Faire une pratique d'une heure, ça ne semble pas beaucoup, mais tu peux apprendre beaucoup en une heure. Chaque fois que je travaille avec lui, c'est positif. Je peux juste m'améliorer de ça», a soutenu le choix de sixième ronde des Sénateurs en 2012, qui s'est notamment fait conseiller de «bouger un peu moins les pieds, de reculer moins souvent et moins rapidement».