Les buts de Pier-Olivier Lacombe et d’Andrew Coxhead, tous deux en deuxième période et en avantage numérique, avaient réussi à dégeler l’attaque des locaux et à leur fournir un coussin de 2-1.

Les Remparts échappent leur avance contre Charlottetown

Dans un match aussi froid que le temps à l’extérieur, les Remparts ont échappé l’avance pour finir par s’incliner 3-2 en prolongation face aux Islanders de Charlottetown, jeudi soir.

Une chose sur laquelle les deux entraîneurs-chefs s’entendaient après la rencontre, c’est la qualité du spectacle sur la patinoire du Centre Vidéotron. «Une victoire laide», a admis Jim Hulton. «Un match plate», lui a fait écho Patrick Roy.

«Dans un match qui se joue aussi serré, il n’y a pas beaucoup de chances de marquer. Alors quand tu en as, tu dois absolument en profiter», a expliqué l’entraîneur-chef des Remparts, pointant entre autres une descente à trois contre un ratée du premier trio Philipp Kurashev, Édouard St-Laurent et Aleksei Sergeev. Québec a dominé 25-15 au chapitre des tirs.

«Offensivement, il faut avoir l’instinct du tueur. Aller chercher le gros but qui fait mal à l’adversaire. Pour moi, c’est un match qu’on aurait dû gagner 4-1! Mais si, au contraire, tu gardes l’adversaire dans le match, tu cours à ta perte», a indiqué Roy, citant d’autres défaites récentes où ses hommes n’ont pas su conserver une avance après 40 minutes de jeu.

Souvenirs des séries

De fait, les buts de Pier-Olivier Lacombe et d’Andrew Coxhead, tous deux en deuxième période et en avantage numérique, avaient réussi à dégeler l’attaque des locaux et à leur fournir un coussin de 2-1.

Mais les Islanders ont marqué à six minutes de la fin du troisième vingt, puis encore après 73 secondes en prolongation, un filet de Hunter Drew, pour se sauver avec la victoire.

S’il s’agissait de la première présence des représentants de l’Île-du-Prince-Édouard à Québec depuis qu’ils ont éliminé les Remparts dès la première ronde des séries, le printemps dernier, Hulton estime que seuls les gilets sont les mêmes, puisque plusieurs joueurs ont depuis changé d’adresse des deux côtés.

De son côté, le défenseur de 20 ans et capitaine des Remparts, Étienne Verrette, assure par contre avoir encore sur le cœur cette élimination. «On n’a pas vraiment d’excuse. On doit apprendre à garder une avance et jouer intelligemment pour gagner un match», a résumé Verrette.

À noter que Kurashev a inscrit son premier point, une aide depuis son retour du Championnat du monde junior, soit en quatre matchs et une période, lui qui roulait cet automne au rythme de plus d’un point par match.

Retards scolaires

Par ailleurs, Nicolas Savoie et Dylan Schives n’ont pas disputé la rencontre pour des raisons de retards scolaires. Les deux défenseurs recrues des Remparts ont été retranchées de la formation par Roy parce qu’ils accusaient «beaucoup trop de retard dans des travaux à faire pour demain [vendredi]».

«On dit que l’éducation est importante pour notre organisation, mais il faut aussi le montrer», a tranché le patron, qui espère les ravoir sur la glace pour le prochain match, samedi (16h), contre Chicoutimi.

NOTES : Raynald Cloutier décrivait son 1000e match des Remparts à la radio, jeudi soir. Celui que l’on surnomme «Ray The Sports» est devenu la voix des Remparts en septembre 2004. Sa première saison avait débuté en beauté avec un voyage en Abitibi! Le descripteur s’est depuis acquitté de la tâche sur trois antennes : 800 AM (CHRC, Info 800, Québec 800), 93,3 FM (FM93) et maintenant 94,3 FM (CHYZ), pour une cinquième saison... L’équipe qui portera le gilet des Remparts au Tournoi international pee-wee de Québec, les As de Québec, a été présentée au public avant la partie. Les As sont dirigés par le préparateur physique des grands Remparts, David Rodrigue.

+

LHJMQ: GRIGO PARMI LES ÉTOILES DE LA DÉCENNIE 

Pour célébrer son 50e anniversaire, la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) nomme une équipe d’étoiles pour chacune de ses décennies d’histoire. La dernière a été dévoilée jeudi avec les 23 meilleurs joueurs de 2010 à 2019.

La formation de 13 attaquants, sept défenseurs et trois gardiens compte dans ses rangs quatre joueurs ayant revêtu l’uniforme des Remparts de Québec. Le Russe Mikhail Grigorenko (2011-14) a été le plus marquant avec ses 94 buts et 211 points en 142 matchs de saison et de séries pour le compte des Diables rouges.

Un autre Russe, Nikita Kucherov (6 matchs avec les Remparts, 2012), fait aussi partie de la constellation, tout comme l’arrière Nikolas Brouillard (106 matchs, 2014-15) et le gardien Zachary Fucale (37 matchs, 2015). Les autres étoiles sélectionnées par un groupe de 22 connaisseurs sont tous des noms connus : Drouin, MacKinnon, Huberdeau, Ehlers, Abramov, Andrighetto, Garland, Manta, Couturier, Barré-Boulet, Hudon, Gormley, Beaulieu, Girard, Chabot, Ouellet, Gauthier-Leduc, Cadorette et Marcoux.

De leur côté, les Remparts aussi soulignent le 50e de la LHJMQ en sollicitant leurs partisans. Les amateurs ont voté pour des équipes d’étoiles des deux époques des Remparts, soit 1969 à 1985 et 1997 à aujourd’hui. On parle de trois attaquants, deux défenseurs, un gardien et un entraîneur par époque.

Les étoiles de l’ère des Remparts en or ont été dévoilées jeudi. Avec en tête qui d’autre que Guy Lafleur, sur le même trio qu’André Savard et Réal Cloutier. À eux trois, ils totalisent 1392 points en seulement 553 matchs avec le gilet marqué du «r»! À la ligne bleue, Mario Marois et Kevin Lowe font la paire, tandis que Maurice Barrette protège la cage du club dirigé par Maurice Filion.

Les joueurs des deux équipes seront présentés avant le match du 1er février, au Centre Vidéotron, lors d’une cérémonie spéciale rendant aussi un hommage spécial à Filion.