Tyler Boland tente de maîtriser le rebond sous les yeux du gardien des Remparts, Evgeny Kiselev. L'attaquant de l'Océanic, qui a été dominant tout au long du match, a marqué le but d'assurance en troisième.

Les Remparts défaits dans le cercle des mises en jeu

Dominés dans le cercle des mises en jeu en début de rencontre, les Remparts ont laissé l'Océanic prendre le contrôle du match et filer vers une victoire de 4-1, devant 12 638 amateurs, samedi au Centre Vidéotron.
Menés par les vétérans Tyler Boland et Dylan Montcalm à l'attaque, les Rimouskois ont excellé en possession de la rondelle pour mystifier les Remparts, qui complétaient une séquence de trois matchs en quatre jours.
«On a joué comme un club fatigué. Quand on travaille plus fort qu'un autre club, on peut battre Victoriaville. Quand n'importe qui travaille plus fort que nous, on peut se faire battre», a constaté Philippe Boucher.
«Rimouski, c'est une bonne équipe. Boland, il s'est couché sur la patinoire, ce soir. Il nous a fait payer. Il a été dominant du début à la fin. Ils ont été plus travaillants que nous autres et on avait l'air un petit peu fatigués», a ajouté l'entraîneur-chef des Remparts, admettant du même souffle que les mises au jeu étaient une phase de jeu «problématique» pour ses jeunes joueurs de centre.
L'Océanic a ouvert la marque en fin de première lorsque l'attaquant russe Denis Mikhnin a coupé devant le filet  pour tromper son compatriote Evgeny Kiselev. En tout début de deuxième, les visiteurs ont ajouté à leur avance, quand Maxim Trépanier a fait dévier un tir de Samuel Hunter avec le patin. La séquence est allée à la reprise vidéo. La décision des officiels sur la patinoire a toutefois été maintenue et le but a été accordé.
«Je pense avoir une bonne lecture des règlements au hockey, mais celui-là, je dois mal l'interpréter», a dit Boucher. «Les officiels m'ont dit que sur la glace, ils l'ont vu d'une certaine manière. Il faut que la reprise vidéo soit concluante. Il me semble que pour qu'il n'y ait pas intention de rediriger la rondelle, il ne faut pas que le patin lève. Mais le patin lève. Je vais me le faire réexpliquer. Dans une game de 2-1, ça peut changer quelque chose, mais Rimouski a pris le contrôle en troisième. Ce n'est pas ça qui a changé le match.»
Quarante-deux secondes après le jeu controversé, Olivier Garneau a réduit l'avance de l'Océanic grâce à un lancer flottant qui a trompé Charles-Olivier Lévesque. Mais ce ne fut pas suffisant pour redonner des ailes aux locaux, qui ont été dominés 17-9 dans les tirs au but en troisième. Boland, sur une récupération de rondelle libre, et Daniel Hardie, sur une erreur de Kiselev, ont complété la marque.
Montcalm bloque un tir...
«Je suis très satisfait de l'effort des gars. On est sur une séquence de trois matchs en quatre soirs. On a joué du hockey inspiré et on a pu faire confiance à tous les gars dans l'équipe. Défensivement, les gars ont payé le prix, ont bloqué des tirs. Montcalm a bloqué un tir. On l'a félicité, d'ailleurs. C'est son premier cette année!» a lancé l'entraîneur-chef Serge Beausoleil, à la blague.
C'est cette éthique de travail de l'Océanic qui a fait la différence, a pour sa part estimé Garneau. «On était un petit peu fatigués, surtout en fin de game, mais c'était la même chose pour eux autres.»
En vitesse...
En plus de voir une bannière à son nom et son numéro être hissée dans les hauteurs du Centre Vidéotron, Réal Cloutier a reçu un cadre commémoratif soulignant l'ensemble de sa carrière, avant la rencontre entre les Remparts et l'Océanic... Alexandre Sills (2016) et Anthony Duclair (2011-2015) ont été les deux derniers joueurs des Remparts à porter le numéro 10. «Il était pas pire, lui!» a lancé Cloutier au sujet du deuxième, qui évolue présentement avec l'organisation des Coyotes de l'Arizona... «C'était une très belle cérémonie. Ça fait quelques-unes auxquelles on assiste. Ça arrive comme ça. Mais quelle classe! J'étais très content de voir la bannière de Réal Cloutier être hissée ce soir et d'assister à ça», a commenté Serge Beausoleil, l'entraîneur-chef de l'Océanic... Réal Cloutier avait un message pour les joueurs des Remparts et de l'Océanic : «Aux jeunes qui ont l'ambition de devenir des joueurs professionnels, je vous conseille de persévérer, de travailler et de ne jamais baisser les bras pour atteindre vos objectifs. Ça en vaut vraiment la peine.»