Pour les plus vieux, comme moi, il y a toujours cette petite crainte que ma carrière soit peut-être finie... C’est un plus grand stress pour les trois joueurs de 20 ans», poursuit-il en faisant référence à lui, au gardien Tristan Côté-Cazenave.

Les Remparts de retour dans leurs familles

En temps normal, les joueurs des Remparts de Québec seraient à se préparer pour disputer les trois derniers matchs de la saison et, surtout, pour commencer les séries éliminatoires. Ils sont plutôt de retour dans leurs familles respectives et dans l’inconnu quant au sort de la saison en cours, une situation particulièrement préoccupante pour les joueurs de 20 ans qui disputent leur dernière saison dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Le capitaine des Remparts, Anthony Gagnon, est l’un de ces vétérans. «C’est certain que c’est particulier comme situation, on ne s’attendait pas à ce que ça fasse ça, on n’est jamais prêts pour quelque chose comme ça. On est tous un peu sous le choc», a-t-il avoué au Soleil à propos de la suspension des activités de LHJMQ en raison de la pandémie de maladie à coronavirus COVID-19.

Pas des vacances

Même si les joueurs n’ont pas le droit de tenir des activités d’équipe, Gagnon insiste pour dire qu’il ne s’agit pas pour autant de vacances. «Individuellement, je ne tombe pas en «break», je continue à m’entraîner de mon côté parce que ça peut recommencer n’importe quand», poursuit le numéro 92, précisant aussi qu’il était permis aux joueurs de se réunir «quelques gars ensemble».

Par contre, Gagnon avoue que la crainte que la saison soit annulée demeure toujours présente, surtout pour les joueurs qui, comme lui, en sont à leurs derniers coups de patin dans les rangs junior. «Pour les plus vieux, comme moi, il y a toujours cette petite crainte que ma carrière soit peut-être finie... C’est un plus grand stress pour les trois joueurs de 20 ans», poursuit-il en faisant référence à lui, au gardien Tristan Côté-Cazenave et au défenseur Darien Kielb.

«Tout est arrivé tellement vite. On est arrivés un matin et la NBA avait annulé sa saison. Une heure plus tard, c’était la LNH. On ne pensait pas que ça se passerait si rapidement. C’est spécial, car on venait de se qualifier pour les séries et c’est à ça qu’on pensait. Le bon côté de tout ça est qu’on peut revoir nos familles», ajoute-t-il.

Trouver le temps long

Également de retour dans sa famille, Côté-Cazenave abondait aussi dans le même sens, quoi qu’il avoue qu’il commence déjà à trouver le temps long. «Je ne suis pas habitué à me tourner les pouces à ce temps-ci de l’année. Je me demande vraiment quoi faire de mes journées», illustre-t-il. Il ajoute qu’il ne s’est pas beaucoup entraîné depuis que la LHJMQ a suspendu la saison. «J’essaie d’éviter les salles d’entraînement, car ce sont des lieux qui sont plus dangereux pour la contagion», poursuit-il.

«Présentement, nous sommes tous davantage en mode attente, en mode écoute de ce que la LHJMQ prendra comme décision. Ça fait un peu bizarre de dire que j’ai peut-être joué mon dernier match junior. Je trouve ça moins agréable étant donné que c’était mon dernier tour de piste», poursuit le gardien de but qui indique cependant comprendre les décisions qui ont été prises.

«Nous, on ne peut pas faire grand-chose. Les gens essaient de prendre les meilleures mesures pour la santé mondiale et, au fond, c’est ce qui est le plus important, qu’ils trouvent des façons de diminuer les chances d’attraper ce virus. N’empêche, on espère tous que ça ne durera pas trop longtemps!», termine-t-il.