Les Remparts coulés par l'indiscipline

SHERBROOKE — Le Phoenix de Sherbrooke a profité de l’indiscipline des Remparts pour inscrire quatre buts en seulement 2:31 et défaire les Québécois 6-4, au Palais des sports Léopold-Drolet, à Sherbrooke, samedi.

Après avoir été dominés 10-3 dans les tirs au but en première période, les Remparts étaient sortis forts en deuxième, inscrivant trois buts sans réplique et se forgeant une avance en apparence confortable de 4-2. Mais la formation de Stéphane Julien, qui tentait de faire oublier son revers de 7-1 de la veille face aux Tigres, n’avait pas dit son dernier mot. Bénéficiant des écarts de conduite des visiteurs, elle a enfilé quatre buts rapides en troisième, dont trois en avantage numérique, pour se sauver avec la rencontre.

«On a triché toute la game. En partant, en première période, on a eu une bonne présence au début du match. Après ça, on s’est mis à tricher. On leur avait pourtant dit que c’était une équipe qui jouait bien depuis les 12 ou 13 derniers matchs. On est arrivés ici et on a essayé de jouer pour notre propre personne. Ça nous a coûté la game», a jugé l’entraîneur-adjoint des Remparts, Benoît Desrosiers, qui dirigeait la formation en l’absence de Philippe Boucher.

Les Remparts avaient pourtant frappé rapidement lorsque Derek Gentile a capté une passe de Philipp Kurashev de l’arrière du but pour tromper le gardien Evan Fitzpatrick à 1:42. Dans la dernière minute de l’engagement, le Phoenix répliquait avec deux buts en l’espace de 18 secondes : ceux d’Evan MacKinnon, en avantage numérique, et de Marek Zachar.

La deuxième a appartenu aux Remparts, qui ont nivelé le pointage (Olivier Garneau) en tout début de période, alors qu’ils bénéficiaient de la supériorité d’un homme. Jesse Sutton et Andrew Coxhead ont ensuite lancé les Remparts en avant 4-2.

«En deuxième période, notre avantage numérique nous a donnés des ailes. On a marqué un gros but sur l’avantage numérique. Après ça, on a lancé des rondelles au filet, ce qui est notre façon de jouer, mais en troisième, on est revenus à notre jeu de la première période», a estimé Desrosiers.

«Barbz» sauve les meubles

En début de troisième, des Remparts indisciplinés ne sont pas parvenus à écouler un cinq contre trois occasionnés par deux pénalités successives pour avoir fait trébucher (Sutton et Robidoux), allouant deux autres buts rapides (Grégoire et Robert). Avec leurs deuxièmes du match, MacKinnon et Zachar ont complété la marque.

«Si ce n’est pas de “Barbz” [Baribeau], ce soir, il n’y a pas de match. En première, il a sauvé les meubles. En deuxième, il a fait d’autres gros arrêts, et en troisième, il nous a gardés dans le match», a conclu Desrosiers au sujet de son gardien, qui a fait face à de nombreux surnombres, en plus de réaliser 29 arrêts.

***

DRUMMONDVILLE PAIE LE GROS PRIX POUR VELENO

Les Voltigeurs de Drummondville auraient mis la main sur l’attaquant des Sea Dogs de Saint-Jean, Joe Veleno, dans ce qui constituerait le premier échange d’importance réalisé dans la LHJMQ, à l’aube de la période de transactions des Fêtes, a-t-on appris, vendredi.

Selon les informations obtenues par RDS, la formation du Centre-du-Québec aurait troqué des choix de première ronde de 2018 (Gatineau), 2019 (Blainville-Boisbriand) et 2020 (Drummondville), ainsi que des choix de deuxième ronde en 2018 (Drummondville) et 2019 pour mettre la main sur le centre de 17 ans, qui avait obtenu un statut d’exceptionnel pour faire son entrée dans le circuit Courteau, à l’âge de 15 ans, en 2015-16.

«Trevor Georgie [dg des Sea Dogs] a toujours dit qu’il voulait quatre choix de première ronde pour Veleno. C’est ce qu’il disait depuis le début. Il semble les avoir eus. Je ne pensais qu’il allait les avoir, mais ça ressemble à ça. Cela dit, on ne sait pas si l’échange est fini», a commenté le dg Philippe Boucher, qui assistait à la rencontre entre ses Remparts et le Phoenix des estrades du Palais des sports Léopold-Drolet, samedi.

Joe Veleno a récolté 31 points en 31 matchs cette saison avec les Sea Dogs de Saint-Jean. Il poursuivra sa carrière junior avec les Voltigeurs de Drummondville.

À première vue, les Voltigeurs semblent avoir dû payer un fort prix pour s’assurer les services du Montréalais qui, à sa troisième saison dans la LHJMQ, n’a inscrit que 6 buts et 25 mentions d’aide en 31 matchs. Le dg Dominique Ducharme affirmait pourtant, dans l’édition de vendredi de L’Express, qu’il demeurerait prudent.

«Si on peut obtenir des gars qui vont nous aider à la fois maintenant et dans le futur, c’est une possibilité qui nous intéresse. Mais on ne lancera pas dans une guerre d’enchères non plus», avait-il dit.

Le marché influencé?

On peut maintenant se demander si pareille transaction influencera le marché des échanges. Boucher ne croit pas que ce sera le cas.

«On parle d’un joueur exceptionnel, qui est à son année de repêchage dans la Ligue nationale de hockey et qui peut jouer encore plusieurs années. Il faut faire attention. Ça ne veut pas dire qu’un joueur de 20 ans vaut quatre choix de première ronde…» a laissé entendre celui qui n’a pas voulu révéler où en était ses propres démarches pour améliorer son équipe.

La période des échanges dans la LHJMQ ne s’ouvrira que le 18 décembre et les pactes conclus avant cette date doivent, en théorie, demeurés sous scellés jusque-là. Les discussions entre les équipes se sont toutefois intensifiées au cours des derniers jours, alors que plusieurs directeurs généraux se sont rendus à Gatineau pour scruter les espoirs au prochain repêchage à l’occasion du Challenge midget AAA CCM.

«L’important là-dedans, c’est que ce soit le jeune qui l’apprenne en premier», a estimé Boucher, qui déplore que trop souvent les jeunes faisant l’objet d’une transaction apprenne leur sort par l’entremise des médias. 

Le grand manitou du secteur hockey des Remparts a par ailleurs déboulonné la rumeur voulant qu’il ait mis la main sur le meilleur marqueur des Olympiques de Gatineau, Mitchell Balmas. «Il ne s’en vient pas à Québec et c’est 100 % sûr, 100 % garanti», a-t-il soutenu.