En plus d’avoir inscrit un but, Mikaël Robidoux s’est illustré physiquement contre les Mooseheads, notamment à l’égard de Joktan Chainey.

Les Remparts au sommet de la Ligue

À la faveur d’un gain de 3-2 contre les Mooseheads d’Halifax, mercredi au Centre Vidéotron, les Remparts de Québec ont grimpé au premier rang du classement général de la LHJMQ.

«Personne ne nous voyait là, mais pourquoi pas? C’est le fun», admettait l’entraîneur-chef Philippe Boucher après cette sixième victoire par l’écart d’un but depuis le début de la saison.

Les Remparts affichent 25 points de classement sur une possibilité de 34 en 17 matchs, soit un de plus que Rouyn-Noranda et Moncton. Ils l’emportaient une deuxième fois contre les Mooseheads, une des bonnes équipes du circuit.

Une poussée de deux buts en l’espace de 41 secondes en troisième période a fait la différence dans cette 12e victoire. Mikaël Robidoux, un joueur réputé pour son acharnement, a inscrit un but de toute beauté tout juste avant la réussite de Matthew Boucher. En fin de deuxième, Olivier Garneau avait créé l’égalité 1-1.

«Avec les Remparts, c’est sûrement mon but le plus spectaculaire. Je n’en ai pas marqué beaucoup, c’est facile de s’en souvenir», disait Robidoux en riant, tout en expliquant qu’il travaillait beaucoup sur sa vitesse et son explosion à l’entraînement, l’été.

La touche de Robidoux faisait évidemment jaser à la porte du vestiaire. «J’étais un petit peu jaloux, j’aimerais en scorer parfois comme ça… Sérieusement, wow! Je ne pense pas avoir vu un aussi beau but depuis que je suis ici. On l’a niaisé un peu, ce n’est pas dans ses habitudes, il a plus l’habitude de piocher devant le but, de saisir les rebonds. C’est motivant, ça nous a inspirés», indiquait Matthew Boucher à ce propos.

«Mikaël a beaucoup de talent, il ne le montre pas souvent… Il a sorti ses mains. On est bien content pour lui», rigolait le gardien Dereck Baribeau, qui créditait le travail de l’équipe pour cette autre victoire. Il a aussi bien tenu le fort, cédant sur deux lancers déviés par Jocktan Chainey et Benoît-Olivier Groulx.

Les Remparts n’ont pas baissé les bras, même si les visiteurs ont marqué dès la deuxième minute. Plus le match avançait, plus ils s’imposaient. Puis, les deux buts en 41 secondes sont arrivés, en troisième.

«On a quand même eu une bonne première, on a été plus menaçant en deuxième et le petit ajustement sur les sorties de zone en troisième a payé tout de suite. Il s’agit d’une grosse semaine pour nous, on a passé le premier test», notait l’entraîneur-chef, dont la troupe reçoit Moncton, vendredi, et Blainville-Boisbriand, dimanche.

Le premier rang à l’enjeu

Mine de rien, le premier rang sera à l’enjeu, vendredi, contre les Wildcats. «On a souvent de parlé de la parité dans la Ligue, il faut que les gars soient prêts à tous les soirs. Et je leur lève mon chapeau, ils se préparent bien à chaque match.»

À l’intérieur de l’équipe, on ne doute pas de la qualité de l’équipe et on redouble d’ardeur au travail,  principal ingrédient de la recette du succès. «À toutes les années, il n’y a personne qui s’attend à grand-chose de nous et on réussit toujours à prouver le contraire. C’est encore le cas, cette année. On s’en vient à maturité, je ne suis pas surpris de ce qui nous arrive», enchaînait le capitaine, Matthew Boucher.

NOTES : Pour une cinquième semaine d’affilée, les Remparts figurent dans le classement top 10 de la LCH. Ils y sont classés au huitième rang, tandis que Rouyn-Noranda, l’autre équipe de la LHJMQ considérée, y est cinquième. Le classement est dominé par le Sting de Sarnia (OHL) … Deuxième marqueur de la Ligue, le Tchèque Felip Zadina (Halifax) a été nommé au titre de recrue du mois dans la LHJMQ. Les honneurs d’attaquant et de défenseur ont été décernés à Drake Batherson (Cap-Breton) et Adam Holwell (Acadie-Bathurst) … L’attaquant de 20 ans Austin Eastman a effectué un retour au jeu pour les Remparts, notamment privés des blessés Andrew Picco et Tomas Dajcar.

+

+

Benoît-Olivier Groulx ne fait pas une obsession du prochain repêchage.

+

LES ESPOIRS DES MOOSEHEADS ATTIRENT LES DÉPISTEURS

Qualifié d’espoir de type A par la centrale de recrutement de la LNH et classé au 19e rang sur un dernier relevé de l’ISS (service de dépistage international indépendant), Benoît-Olivier Groulx ne fait pas une obsession du prochain repêchage, même s’il doit en être l’un des fleurons québécois.

Mercredi à Québec, il y avait 21 équipes de la LNH représentées par des dépisteurs afin d’épier l’ailier gauche de 17 ans, l’un des nombreux espoirs des Mooseheads avec l’attaquant Felip Zadina et le défenseur Jared McIsaac. Le gardien Alexis Gravel est aussi hautement considéré.

«Je n’ai pas vu la dernière, mais je ne prête pas beaucoup d’attention à ces listes de toute manière. J’accorde plus d’importance à mon jeu, je me concentre d’abord sur chaque pratique, chaque match», a assuré Groulx.

Le fils de Benoît Groulx, l’ancien entraîneur-chef des Olympiques de Gatineau, admet quand même que la présente saison est importante dans son cheminement de hockeyeur. «Je sais qu’il s’agit d’une grosse saison pour moi, mais je ne veux pas me mettre trop de pression sur le repêchage. Je veux sortir le plus haut possible, mais mon objectif, c’est de jouer dans la LNH et non pas d’être repêché en première ronde.»

Groulx est bien entouré à Halifax. En plus des espoirs qu’on y retrouve, il complète un trio avec Maxime Fortier et Arnaud Durandeau, un choix de sixième ronde des Islanders de New York en 2017. «On a des joueurs et des coachs avec de l’expérience pour nous aider, on est tous prêt à connaître une bonne saison. L’an passé, ce fut une saison d’adaptation pour moi et j’ai appris à jouer mon style au niveau junior majeur, à toujours être sur la rondelle, à rester sur le jeu», précisait l’ailier de 6’1” et 190 livres, qui accordait beaucoup de crédit à André Tourigny pour avoir facilité son apprentissage avant de quitter le Mooseheads pour aller diriger les 67 d’Ottawa.