Lors de leur traditionnelle visite au Centre mère-enfant Soleil du CHU de Québec, les joueurs des Remparts ont rencontré Charlotte, âgée d’à peine 19 mois, victime d’une fracture du fémur la semaine dernière. Elle quittera l’hôpital le 24 janvier, avec un plâtre à la jambe.

Les Remparts au Centre mère-enfant Soleil du CHU de Québec [VIDÉO]

La LHJMQ n’est pas seulement une ligue où l’on joue au hockey. Elle sert aussi d’école de vie. Les Remparts ont enfilé leur chandail pour une autre raison que la recherche de la victoire, mardi après-midi, au Centre mère-enfant Soleil du CHU de Québec-Université Laval.

Il s’agissait de la 19e visite du genre pour les Remparts, qui rencontrent des enfants malades, blessés, leurs parents et le membre du personnel du Centre mère-enfant.

«Ce sont toujours des moments magiques pour les jeunes et leurs familles dans une période où c’est un peu plus sombre. La visite des Remparts signifie beaucoup pour eux, ils rencontrent parfois leurs idoles. Les familles et les membres du personnel aiment aussi cela, cette journée est comme une bouffée d’air frais», a indiqué Lindsay Jacques-Dubé, conseillère en communication au CHU de Québec.

Le rendez-vous avait été fixé dans la salle de jeux du Centre mère-enfant. Tous les joueurs à l’exception de deux retenus à l’école y étaient, tout comme les entraîneurs, dont le Diable rouge en chef, Patrick Roy. Deux enfants les attendaient pour la prise officielle de photos, mais une tournée plus intime dans les chambres allait suivre, loin de l’œil de la caméra.

Les joueurs touchés

Les joueurs ont été touchés par leur rencontre avec Charlotte, âgée d’à peine 19 mois, victime d’une fracture du fémur, la semaine dernière. Elle quittera l’hôpital le 24 janvier, avec un plâtre à la jambe. Ils ont aussi eu du plaisir à jouer au baby-foot avec Derek, 9 ans, hospitalisé pour une appendicite avec complications et qui retourne en Gaspésie mercredi.

«Je me souviens d’une visite quand je jouais avec le Canadien. J’avais rencontré une famille et la dame m’avait dit qu’elle avait accouché en même temps que ma femme. Mais un an et demi plus tard, ils étaient encore à l’hôpital. Quand tu as des enfants, tu te rends compte à quel point la santé est importante», a confié l’entraîneur-chef.

Roy se tenait un peu en retrait, laissant ses joueurs aller au-devant des enfants et de leurs parents. Car si la journée n’avait rien à voir avec les exercices habituels, elle était enrichissante sur le plan humain.

«Les gars sont chanceux, ils sont en bonne santé, ils évoluent dans une bonne ligue. Mais notre rôle ne se limite pas seulement au hockey. On veut aussi qu’ils soient prêts à vivre n’importe quelle situation à la fin de leur passage avec nous. S’impliquer dans la communauté, redonner aux enfants malades, ça fait aussi partie de leur rôle. On peut apporter aux enfants malades un petit moment de bonheur dans une période difficile. Tout le monde aimerait mieux faire autre chose que venir à l’hôpital», a-t-il noté en parlant de ces jeunes patients et de leurs proches.

À l’instar de ses coéquipiers, le capitaine Étienne Verrette a apprécié sa dernière visite du genre, lui dont la carrière junior tire à sa fin.

«Chaque année, c’est le fun pour nous de venir voir les enfants, leur remettre des petits cadeaux, leur mettre un petit sourire aux lèvres. On a toujours hâte de le faire, car on sait que ce n’est pas toujours facile pour eux. Ils travaillent fort pour combattre la maladie, et ce n’est pas tout le monde qui est capable de le faire. Ils ont du courage de le faire à un aussi jeune âge, on essaie juste de les encourager», a dit celui dont la troupe se prépare maintenant à recevoir la visite des Islanders de Charlottetown, jeudi, au Centre Vidéotron.