Les Remparts ont eu des occasions de briser l’impasse, mais n’ont pas capitalisé, encore une fois. La réplique des Huskies a été cinglante, avec quatre buts en l’espace d’un peu moins de 13 minutes en troisième.

Les Huskies ont le dessus sur les Remparts 5 à 1

Ils ont tenu le coup pendant 40 minutes, mais la crème a fini par remonter à la fin. Une poussée de quatre buts en troisième période a permis aux Huskies de Rouyn-Noranda de l’emporter par 5-1 face aux Remparts de Québec, jeudi au Centre Vidéotron, pour prolonger leur séquence victorieuse à 15 matchs.

Le défi était de taille pour la formation québécoise, qui recevait l’équipe de tête au classement général de la LHJMQ. La veille, les Huskies avaient été promus au premier rang du classement top-10 de la Ligue canadienne de hockey.

Mais après deux périodes, une égalité de 1-1 persistait et les Remparts étaient en voie de les surprendre.

«J’ai trouvé qu’on était la meilleure des deux équipes après 40 minutes de jeu, mais on a échappé quelques couvertures en troisième. Je suis très satisfait, on les a limités à 11 lancers dangereux, c’est 17-17 dans les chances de marquer. C’est certain qu’ils ont peut-être plus de talent que nous, ils en ont profité plus que nous. Ce que ça me démontre, c’est qu’on fait de bonnes choses, mais il faut jouer avec constance pendant 60 minutes», constatait l’entraîneur-chef Patrick Roy.

Les siens ont effectivement disputé un fort match. Ils dominaient la première jusqu’à ce que les visiteurs créent l’égalité 1-1 en fin de période, ce qui l’a amené à discuter longtemps avec les arbitres. Pourquoi remettait-il en question ce but de l’adversaire?

«L’arbitre en chef était au banc des Remparts, il n’était pas à sa place, mais ils ont mis la rondelle au jeu alors qu’on avait demandé aux joueurs d’attendre. Les ailiers l’ont compris, mais pas les centres», expliquait Roy sur la séquence en question ayant menu au but préparé par l’ancien des Remparts, Louis-Filip Côté.

Les Remparts ont eu des occasions de briser l’impasse, mais n’ont pas capitalisé, encore une fois. La réplique des Huskies a été cinglante, avec quatre buts en l’espace d’un peu moins de 13 minutes en troisième.

«De l’autre côté, ils disent qu’ils n’ont pas bien joué, mais il y a une raison à cela, c’est parce qu’on a bien fait. Mais tu vois que c’est une équipe avec beaucoup de talent, et ce n’est pas pour rien qu’ils sont numéro 1 dans notre Ligue et au Canada. N’en demeure pas moins, quand tu scores deux buts en trois matchs, c’est dur de battre des équipes comme Rimouski et Rouyn-Noranda. Des [matchs de] 1-0, ça va aller contre Saint-Jean, mais pas sûr contre ces équipes-là», ajoutait Roy, positif à l’endroit de ses joueurs malgré le revers.

«Ça va débloquer»

Devant le filet, Kyle Jessiman a tenu le fort aussi longtemps qu’il a pu.

«On était déçu, mais selon moi, les buts, on pourrait pu les arranger en claquant des doigts. On a manqué nos chances, mais un moment donné, ça va débloquer et bien aller. Je ne joue pas très bien depuis un moment et j’essaie de changer ça», disait le gardien qui a cédé quatre buts, l’autre étant inscrit dans une cage déserte.

Jakub Lauko (3), Patrik Hrehorcak et Tyler Hinam ont marqué pour les vainqueurs, Sam Dunn étant le seul à le faire pour les Remparts.

Dans le clan adverse, on ne pavoisait pas malgré cette 15e victoire d’affilée.

«Il fait donner crédit aux Remparts, les clubs de Patrick sont toujours prêts. De notre côté, on n’était pas au sommet de notre performance. Je le sentais venir à la dernière pratique, et ce matin [jeudi], j’ai dû arrêter l’entraînement, chose que je ne fais jamais», notait l’entraîneur-chef Mario Pouliot, qui a vu les siens revenir à leur identité en troisième avec le résultat que l’on connaît.

+

EN VITESSE

Malade depuis quelques jours, le défenseur Nicolas Savoie n’a pas joué pour les Remparts... Blessé à une jambe en deuxième période, l’arrière Pier-Olivier Lacombe est revenu au jeu, en troisième... Le prochain match des Remparts aura lieu à Saint-Tite, samedi, dans le cadre de la classique hivernale contre les Cataractes de Shawinigan... 

Le plus grand ajustement de Mario Pouliot à la barre des Huskies aura été les longues journées d’autocar. Il n’oubliera pas se sitôt les 21 heures de route pour revenir d’Halifax, plus tôt en janvier, et prévoit faire des propositions à ses patrons et à la LHJMQ à la fin de la saison... 

À compter de samedi, les Remparts disputeront six de leurs sept prochains matchs sur la route. L’unique rendez-vous avec leurs partisans pendant cette séquence aura lieu le mardi 19 février dans le cadre de leur match annuel du Tournoi pee-wee... 

+

LOUIS-FILIP CÔTÉ EN TERRAIN CONNU À ROUYN-NORANDA

Même uniforme, même vestiaire, même pension. Le retour de Louis-Filip Côté avec les Huksies n’a vraiment pas été compliqué pour lui, Rouyn-Noranda et Québec étant ses deux ports d’attache dans la LHJMQ.

«C’est comme si je retournais à la maison. J’ai retrouvé la même famille de pension que j’avais à 16 ans», confiait l’attaquant de 19 ans, jeudi, avant le match contre son ancienne équipe.

La transaction l’envoyant des Remparts aux Huskies a surpris bien du monde, en décembre, notamment en raison de sa production offensive et de la possibilité qu’il revienne comme joueur de 20 ans, l’an prochain.

«Sur le coup, j’ai été un peu déçu de partir de Québec. J’aimais ça, ici. Mais dès que j’ai su que je m’en allais avec l’équipe qui m’avait repêché [1re ronde, en 2015], le changement était plus facile à accepter. Je suis arrivé en terrain connu avec les Huskies.»

Il vit présentement l’envers de la médaille de l’échange de janvier 2016, lorsque les Remparts l’avaient acquis. «C’est le contraire de ce que j’ai vécu à 16 ans. J’avais été échangé l’année où les Huskies ont gagné la Coupe du président et participé à la Coupe Memorial. Là, ils viennent me chercher pour les aider à se rendre jusqu’au bout, c’est valorisant.»

En Abitibi, Côté a retrouvé quelques coéquipiers de son premier séjour là-bas. «Il y a de nouveaux joueurs, depuis, mais la mentalité est restée la même. On est un groupe qui se tient, ç’a été facile de s’adapter. On a une bonne équipe, on veut se rendre loin, je ne peux pas me plaindre», ajoutait le numéro 10 des Huskies qui est utilisé à toutes les sauces par l’entraîneur-chef Mario Pouliot depuis son arrivée en Abitibi. En retour de Côté, les Remparts ont notamment acquis le défenseur de 16 ans Romain Rodzinski et quelques choix, dont l’un a servi à obtenir l’attaquant Édouard St-Laurent, de Sherbrooke.