Étienne Verrette a disputé trois campagnes pour 196 rencontres dans l’uniforme des Diables rouges.

Les adieux du capitaine Verrette

«Juste de jouer dans la LHJMQ, c’est déjà quelque chose. Mais d’avoir la chance de jouer pour une organisation exceptionnelle comme les Remparts de Québec, ça rend l’expérience encore plus incroyable.»

Étienne Verrette a disputé son dernier match junior, mardi, dans la défaite de 3-1 à Halifax. En tout et pour tout, le défenseur de maintenant 20 ans aura disputé trois campagnes pour 196 rencontres dans l’uniforme des Remparts.

Qui aurait prédit qu’il en jouerait même une seule? En juin 2015, les Remparts avaient fait de cet arrière gaucher originaire de Sainte-Thérèse un choix de 13ronde d’un repêchage qui en compte 14. Au 232e rang! Québec lui avait entre autres préféré Alexandre Larose (106e), Alec Richer (158e), Marc-Olivier Lantin (160e) et Jérémy Gauthier (229e), qui cumulent à quatre... zéro match dans la LHJMQ.

Verrette a pour sa part gravi les échelons jusqu’à être nommé capitaine de l’équipe par Patrick Roy, le 28 décembre dernier, après un ménage des Fêtes qui a vu 10 joueurs, dont le capitaine d’alors, Benjamin Gagné, partir sous d’autres cieux.

«On y croyait!»

Verrette ne sera pas parvenu à remporter une ronde de séries éliminatoires, perdant au match sept ces deux dernières années. Mais ce n’est pas faute d’avoir essayé, lui qui a été le meilleur pointeur de l’équipe dans la série contre Halifax avec sept points, à égalité avec l’autre défenseur de 20 ans Sam Dunn. Verrette a entre autres marqué son premier et seul but en séries dans le junior dans le quatrième match.

«C’est sûr et certain que ce n’est pas comme ça que j’aurais aimé finir ma carrière», a-t-il commenté, encore à chaud, mardi soir. «On y croyait! On ne voulait pas se contenter de remporter trois matchs contre Halifax. On voulait gagner la série, continuer et se rendre le plus loin possible.»

«Mais quand c’est fini, en quelques secondes, tu repenses à tout ce qui s’est passé et tout ce que tu as vécu. Je n’aurais jamais pu demander mieux», a poursuivi le numéro 6, le trémolo dans la voix et les yeux plein d’eau.

«On est une famille. J’ai vraiment fait de belles rencontres cette année. C’est une saison qui va rester à jamais gravée dans mon cœur.»

Au-delà des victoires et des défaites, il retient surtout les rencontres, les liens, les gens. «De nouveaux joueurs arrivent au début de chaque saison et tu crées des liens rapidement avec ces personnes-là. Tu passes quelques mois avec un gars et ça devient un vrai grand chum

«Avec tout le temps qu’on passe ensemble, on crée vraiment des liens exceptionnels, aussi les coachs et tous les membres de l’organisation», affirme-t-il, s’estimant «choyé» d’avoir pu porter le gilet des Remparts.

À l’UQTR

Si c’est la fin de sa carrière junior, Verrette n’accroche pas pour autant ses patins. Intelligent et bon étudiant de cégep, il intégrera en août les rangs des Patriotes de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

«Pour moi, les études, ç’a toujours été très important et le hockey est une grande partie de ma vie, alors ça va me permettre de jumeler les deux. Ce sera une autre étape, mais mes années juniors vont toujours rester», conclut celui qui étudiera l’administration, profil marketing.

Chez les Patriotes, Verrette retrouvera Samuel Hould, un ancien des Remparts, Guillaume Bergeron, avec il a joué midget, Olivier Garneau, autre ancien des Remparts maintenant avec l’Océanic de Rimouski, ainsi que Simon Lafrance, l’actuel capitaine des Tigres de Victoriaville qui a été coéquipier de Verrette dans le hockey mineur.

+

DUNN RETOURNE À HALIFAX

Après avoir passé deux jours pénibles à Halifax au cours desquels ses Remparts ont subi deux défaites et l’élimination, le défenseur Sam Dunn a décidé d’y poursuivre sa carrière!

Comme Étienne Verrette et Luke Kutkevicius, Dunn a mis le point final à sa carrière junior, mardi soir, face aux Mooseheads. Il passera maintenant au niveau universitaire, l’automne prochain, à Halifax, avec les Huskies de l’Université Saint Mary’s.

«Je dois d’ailleurs envoyer mon inscription bientôt!» a-t-il lancé mardi soir, sourire en coin, faisant contre mauvaise fortune bon cœur après la défaite crève-cœur. À noter que le championnat canadien universitaire de hockey masculin se tiendra à Halifax, l’an prochain.

L’Ontarien de tout juste 21 ans boucle deux années chez les Remparts au cours desquelles il aura inscrit 72 points en 144 parties, saisons et séries incluses. Il a aussi été le meilleur pointeur de l’équipe dans la série contre Halifax avec sept points, à égalité avec Verrette.

Pas mal pour le p’tit gars de 6’ 2” et 217 lb originaire de Bewdley, près du lac Ontario, lui qui n’aurait d’abord jamais imaginé jouer au Québec. «C’est bizarre comment je me suis retrouvé avec les Remparts.»

En 2016-2017, «je jouais dans le junior A en Ontario, parce que mon but était d’aller dans la NCAA. Mais quand le projet est tombé [avec l’Université du Niagara], Philippe [Boucher, alors dg et coach des Remparts] a contacté mon agent et tout s’est fait très vite». «Finalement, ç’a super bien fonctionné et je n’ai aucun regret. Je suis très content d’avoir passé deux ans à Québec, ça m’a ouvert des portes pour le futur», indique Dunn.

+

5 SUR 6 EN MATCH 7

Les Remparts ont perdu cinq de leurs six derniers septièmes et ultimes matchs d’une série éliminatoire quatre de sept, dont ces deux dernières années en première ronde. Depuis leur renaissance lors de la saison de 1997-1998, le club junior majeur de Québec montre une fiche de 6-6 en situation limite de match numéro sept. Par contre, la tendance est nettement à la baisse depuis la troisième ronde de 2011 avec une seule victoire en six tentatives.

Au cours de cette vilaine séquence, on compte deux revers aux mains des Mooseheads de Halifax. Celui de mardi soir, mais aussi celui de 2012, quand les Mooseheads avaient effacé un retard de 3-0 pour rafler la série au nez des Remparts. La troupe de la Nouvelle-Écosse était alors menée par trois recrues de 16 ans : Nathan MacKinnon, Jonathan Drouin et Zachary Fucale, devant le filet. Ils ont gagné la Coupe Memorial l’année suivante.