Nathan Gaucher est l’un des membres du noyau de jeunes qui mèneront les Remparts vers des jours meilleurs dans les prochaines années.
Nathan Gaucher est l’un des membres du noyau de jeunes qui mèneront les Remparts vers des jours meilleurs dans les prochaines années.

L’éclosion de Nathan Gaucher

Depuis quelques jours, Patrick Roy ne tarit pas d’éloges à l’endroit de la recrue Nathan Gaucher. Non seulement a-t-il échangé le vétéran Édouard St-Laurent pour lui offrir une meilleure utilisation, mais l’entraîneur-chef des Remparts de Québec voit en lui le digne successeur d’Andrew Coxhead, qui revient en ville, jeudi (19h), dans l’uniforme de l’Océanic de Rimouski.

Après un début de saison où il devait prendre le temps de découvrir un nouveau niveau, le joueur de 16 ans a commencé à s’épanouir. Il vient de marquer deux buts à ses deux derniers matchs et cinq à ses huit derniers, il est utilisé en avantage numérique, et à l’entraînement mercredi matin, il se retrouvait au centre de James Malatesta et Aleksei Sergeev.

«On le voit comme un joueur pouvant jouer sur 200 pieds et qui peut être efficace autant à l’offensive qu’en défensive. En le repêchant, on souhaite avoir un remplaçant pour Coxhead, un gars capable de jouer contre les meilleurs trios adverses et être fiable de deux côtés de la patinoire tout en ayant un physique imposant. Je dois admettre qu’il a semblé prendre beaucoup de confiance offensivement depuis qu’on l’a mis sur le jeu puissance. Il a marqué deux buts à ses deux derniers matchs parce qu’il rentre dans le trafic et qu’il va dans les situations plus corsées», expliquait Roy après l’entraînement de mercredi.

La comparaison avec Coxhead tombait à point, puisque l’ancien joueur des Remparts avait justement pris Gaucher sous son aile, cette saison.

«Lorsqu’il a quitté, il s’est excusé d’avoir été un peu dur à mon endroit. Il m’a vraiment aidé, surtout en zone défensive, il me disait un peu quoi faire», précisait Gaucher, qui n’avait pas pris les conseils en question comme des reproches.

À 6 pieds 3 pouces et tout près de 190 livres, le choix de première ronde (8e au total) en 2019 prend de la place sur une glace. Il explique ses récents succès par une plus grande confiance.

«Je l’avoue, je n’ai pas connu un bon début de saison. J’étais peut-être nerveux, mais je ne me trouverai pas d’excuse, je n’ai juste pas eu le début que j’attendais. Honnêtement, c’est une bonne coche [du midget au junior majeur], on le voit au niveau de la rapidité et de l’exécution. Ça va bien, présentement, je fais juste m’adapter un peu plus à la Ligue, je commence à être plus confiant», disait le principal intéressé.

L’auteur de sept buts et sept passes à ses 34 premiers matchs dans la LHJMQ est l’un des membres du noyau de jeunes qui mèneront les Remparts vers des jours meilleurs dans les prochaines années.

«On commence à avoir du fun et une bonne complicité entre nous, on a aussi des vétérans pour nous appuyer, ça ne peut que nous aider.»

Contre son frère

Après s’être mesuré à Coxhead, jeudi au Centre Vidéotron, c’est un duel de Gaucher qui aura lieu, samedi, à l’occasion de la visite des Foreurs de Val-d’Or puisque Nathan affrontera son frère Jacob pour la première fois. La fratrie avait dû remettre ce rendez-vous à plus tard parce que Nathan avait raté les deux premiers matchs entre les deux équipes en raison de sa participation au Défi mondial des moins de 17 ans.

«Ça va être spécial de jouer contre lui. On a une bonne relation, mais sur la glace… On se parle tous les jours, on regarde nos matchs, on se fait des petits commentaires. Mon frère est aussi ce type de joueur et l’un des meilleurs centres de la Ligue qui joue aussi sur 200 pieds, alors ça m’aide aussi», précisait celui qui a également une sœur plus jeune.

+

CHAMPAGNE CONNAÎT SON RÔLE

Réclamé par les Remparts au repêchage des joueurs de 18, 19 et 20 ans de la LHJMQ, William Champagne sera en uniforme, jeudi, en raison de la blessure à Gabriel Montreuil et en l’absence de Yu Sato. «Je voulais rester dans la Ligue et je suis très content d’être avec les Remparts. J’ai joué un peu avec Félix Bibeau, il n’avait que de bons commentaires à faire sur eux. On me donne une opportunité, ce sera à moi de faire mes preuves. Je suis très à l’aise avec mon rôle, je veux le relever avec brio», disait l’attaquant de 18 ans.

L’entraîneur-chef confirmait, mercredi, que l’acquisition de Champagne se voulait une police d’assurance et le joueur d’Amqui est déjà au courant la situation. «On lui a expliqué son rôle, qui en est un de 13attaquant. On veut aussi se protéger, parce que nos joueurs affiliés [Luneau, Bégin, Audette] ont déjà disputé plusieurs matchs avec nous. En même temps, rien ne l’empêche de nous surprendre et nous forcer à l’utiliser», expliquait Patrick Roy à propos de Champagne.