Nick Sorensen, Mikhail Grigorenko évolueront encore en compagnie de Fabrice Herzog aujourd'hui.

Le trio européen des Remparts réuni devant le Phoenix de Sherbrooke

Mauvaise nouvelle pour le Phoenix : Philippe Boucher a confirmé que Nick Sorensen, Mikhail Grigorenko et Fabrice Herzog seront de nouveau réunis cet après-midi au Colisée Pepsi alors que la formation sherbrookoise visitera les Remparts.
La nouvelle a fait sourire Sorensen, qui a indiqué qu'il n'était pas du tout surpris de la vitesse avec laquelle s'était installée la complicité entre les trois joueurs européens des Diables rouges. La veille, les trois Européens des Remparts avaient recueillis 14 points dans la victoire de 7-2 contre Shawinigan, dont 12 en 11 minutes en troisième période, où ils ont été réunis.
«Nous sommes trois types de hockeyeurs différents, mais nous nous apportons mutuellement quelque chose qui fait que nous sommes très à l'aise ensemble», a expliqué le hockeyeur d'origine suédoise. «Et nous jouons le même style de hockey, soit le style européen. Nous aimons manoeuvrer avec la rondelle et passer le disque entre les joueurs adverses.
«La plupart des équipes au Québec ne sont pas habituées à ce genre de hockey. Ici, c'est plutôt: tu lances la rondelle dans le fond de la zone adverse et bang! tu entres dans le tas afin de tenter de la récupérer.» 
Bonne complicité
«Fabrice, Mikhail et moi pouvons donc arriver avec quelque chose de différent tout en respectant le plan de match de notre entraîneur. Et comme les deux sont très habiles pour trouver et refiler le disque aux joueurs laissés sans surveillance de même que pour compter, c'est très facile pour moi de les compléter. Ce qui fait que la chimie est aussi bonne entre nous, c'est peut-être aussi le fait que nous sommes trois très bons amis à l'extérieur de la patinoire.»
Auteur de 27 buts et de 28 aides en 40 matchs cette saison, Sorensen l'a avoué ouvertement : quand il a possession de la rondelle et qu'il se porte à l'attaque, il n'aime pas se débarrasser du disque en le lançant profondément en territoire ennemi. «Quand tu as le contrôle de la rondelle et que l'équipe adverse ne te met pas de pression, on ne veut surtout pas la perdre en la dompant dans le fond de la zone.
«C'est certain qu'il arrive que tu doives le faire. Quand tu ne vas nulle part ou encore quand tu es fatigué et que tu sais que tu as à tes côtés un coéquipier rapide qui aura des chances de la récupérer. Mais quand nous en avons l'occasion, nous tentons de garder le contrôle du disque... pour nous et aussi pour l'équipe.»
Même si le Phoenix est à 45 points des Remparts, Sorensen a mentionné que ses coéquipiers et lui ne devaient pas le prendre à la légère. Il a expliqué que les hockeyeurs sherbrookois avaient disputé un fort match face aux Voltigeurs de Drummondville (défaite de 2-1) vendredi et qu'ils seraient prêts lorsqu'ils se pointeraient au Colisée Pepsi.
Sorensen a ajouté qu'il importait pour les Diables rouges de finir la saison régulière en force de manière à amorcer les séries sur une lancée. «Nos quatre derniers matchs de la saison auront lieu cette semaine. Nous voulons grimper au classement, car nous ne sommes pas encore satisfaits de la position où nous sommes et nous avons l'occasion de le faire. Notre but est de gagner ces quatre matchs.»
Philippe Boucher utilisera toutes ses ressources
Philippe Boucher a confirmé qu'il fera appel à toutes les ressources qu'il a sous la main cette semaine alors que sa troupe disputera ses quatre derniers matchs en saison régulière. Questionné si c'était pour reposer ses réguliers ou pour déterminer les derniers éléments qui feront partie de son alignement en séries, l'entraîneur-chef des Diables rouges a lancé : «C'est un mélange des deux. »
«Nous voulons garder tout le monde frais et dispos, mais en même temps, on veut impliquer les gars qui reviennent au jeu», a précisé Boucher. «Nous voulons prendre des précautions avec certains joueurs. C'est une longue saison pour Herzog. Il a joué beaucoup. Mais Grigo [Grigorenko] m'inquiète un peu moins, même s'Il a vu pas mal d'action. Avoir des minutes de jeu, c'est bon pour lui. 
«Nous voulons aussi permettre à tout le monde d'avoir la chance de jouer, de passer une audition et de se faire valoir. C'est pour cette raison qu'Hubert Lamarre et Lucas Batt, qui n'ont pas évolué vendredi, seront en uniforme face au Phoenix. Et quand les séries commenceront, nous irons avec les gars qui sont capables de remplir certains rôles bien précis.»
C'est sans la présence de François Godin, d'Olivier Archambault et de Maxime Chevalier que les Remparts ont tenu leur entraînement, hier matin. Les deux premiers avaient des examens scolaires, alors que le troisième est demeuré hors de la patinoire par mesure préventive, lui qui soigne quelques bobos.
Parlant des blessés, Boucher a indiqué qu'il n'y avait rien de nouveau concernant Anthony Duclair, victime d'une commotion cérébrale il y a maintenant neuf jours à Shawinigan. Pourra-t-il revenir en saison régulière et obtenir le point qui lui permettra d'atteindre le plateau des 100?
«C'est toujours au jour le jour dans son cas. La bonne nouvelle serait qu'il soit sur la patinoire présentement, mais ce n'est pas le cas. Quant à Adam Erne, il recommence tranquillement à patiner tout seul. D'ici la fin de la saison, je vais plutôt me concentrer sur les gars que l'on a et dès que certains seront près d'un retour, nous les utiliserons. Mais pour le moment, il n'y a aucun de nos joueurs blessés qui soit en mesure de jouer.»