Louis-Filip Côté a connu son meilleur match en carrière avec une récolte de cinq points.

Le premier trio mène Québec à un gain de 6-2

Menés par les 12 points de leur premier trio, les Remparts ont surpris la seule équipe invaincue de la LHJMQ, mercredi, au Centre Vidéotron.

Le seul passage des Mooseheads d’Halifax à Québec, cette saison, s’est traduit par une défaite de 6-2 contre les jeunes Remparts, qui l’emportaient une deuxième fois de suite contre l’un des meilleurs clubs de la LHJMQ. Louis-Filip Côté a disputé son meilleur match en carrière avec une récolte de deux buts et trois passes, tandis que ses partenaires Aleksei Sergeev (2-2) et Philipp Kurashev (1-2) amassaient aussi leur part de points.

Les Remparts montrent une fiche de 4-2 en ce début de saison, beaucoup plus productif que les experts ne l’avaient prédit.

«On a été vraiment solide, je suis très content de la performance de l’équipe. Le trio Côté-Kurashev-Sergeev a connu un fort match, ils étaient sur la rondelle. Et à la suite des blessures à [Étienne] Verrette et [Braeden] Virtue, nos quatre défenseurs ont fait un excellent travail», notait l’entraîneur-chef Patrick Roy.

Dès le départ, les siens ont su s’imposer en prenant les devants 2-0. Ils menaient 4-2, en troisième, avant de porter le score hors d’atteinte et de briser la séquence de quatre victoires de suite des visiteurs.

«Le moment-clé est survenu lorsqu’on menait 4-2. Dereck [Baribeau] a effectué deux arrêts importants, et après, on a marqué notre cinquième but. J’adore l’intensité qu’on dégage et notre intensité, soir après soir, c’est le fun à voir», admettait Roy.

Côté reste humble

Il a eu la main heureuse en début de saison en jumelant Côté aux deux patineurs européens. Visiblement, la cohésion opère entre les trois. «Au début, on ne marquait pas autant qu’on le souhaitait, mais j’ai dit aux gars que je ne ferais pas de changement, qu’il y aurait de la stabilité et on dirait que cela a amené une certaine confiance», soulignait Roy.

«J’imagine que la confiance joue là-dedans», notait Côté. «Je ne sais pas ce que je fais de différent, mais ça marche pour l’instant. La stabilité nous aide, ça va super bien présentement. Ils ont tellement de talent, de rapidité et de vision, c’est simple de jouer avec eux.

«On vient de remporter deux grosses victoires contre de bonnes équipes, ça envoie un message à la Ligue. On est jeune, on travaille, c’est la clé de notre succès», ajoutait-il, en y allant d’un humble «je suis content» lorsqu’on a appelé à commenter son meilleur match en carrière.

Car l’humilité est l’un des mots-clés de la présente édition. «Les choses vont bien, mais il faut rester humble. On n’est pas parfait, on n’a pas besoin de l’être, mais on doit l’être dans l’effort, et les gars le font bien.»

Trois blessés

En plus du gros trio, Olivier Mathieu a aussi marqué pour les Remparts aux dépens d’Alexis Gravel. Dereck Baribeau a cédé deux fois devant Samuel Asselin et Antoine Morand.

Les Remparts ont perdu les services de trois joueurs pendant le match. Verrette a reçu un bâton sur l’œil, Virtue a subi une séparation de l’épaule et Pierrick Dubé s’est blessé à une épaule.

«Étienne va passer des tests, mais à ce qu’on me dit, ça va bien aller. Virtue sera absent pour un mois et pour Dubé, je ne connais pas la gravité, mais je doute qu’il soit du voyage en Abitibi», indiquait Roy, dont le club fera appel à l’attaquant Samuel Dickner (junior AAA).

+

ÉRIC VEILLEUX SE REFAIT LA MAIN

Après avoir passé les deux dernières saisons derrière le banc du club-école de l’Avalanche du Colorado dans la Ligue américaine, Éric Veilleux effectue cette année un retour dans la LHJMQ.

Lorsque les Mooseheads d’Halifax feront leur entrée au Scotiabank Centre, le 27 octobre, c’est une équipe déjà bien rodée que les amateurs retrouveront. Le nouvel entraîneur-chef Éric Veilleux profite des 15 premiers matchs sur la route pour découvrir et mettre à sa main le club qu’il dirigera au tournoi de la Coupe Memorial, le printemps prochain.

En raison d’améliorations apportées à leur aréna, les Mooseheads ont commencé la saison à l’extérieur de leur ville. «Y’en reste 11 encore», disait avec un sourire en coin Veilleux, mercredi, avant le match disputé en soirée contre les Remparts.

Pour lui, le fait de jouer sur des patinoires adverses ou la sienne ne fait aucune différence. Ce qui le préoccupe, c’est le style de jeu préconisé par son club. Il profite aussi de ce début de saison pour mieux connaître les joueurs qu’il a devant lui.

«Je ne connaissais personne avant d’être nommé, je n’avais aucune information sur les joueurs. J’avais un peu entendu parler de la façon dont on jouait, l’an passé, du genre de joueurs qu’on avait, de leur attitude, sauf que je n’ai pas porté attention à ce que j’avais entendu, j’ai plus fait ce que je fais tout le temps», notait l’entraîneur d’expérience.

Pas à reculons

Veilleux revient dans la LHJMQ après un séjour de quatre saisons dans le hockey professionnel, où il a notamment dirigé le club-école de la Ligue américaine de l’Avalanche du Colorado, à San Antonio, lors des deux dernières campagnes. Pour lui, les premiers jours ont servi de mise à niveau. «C’est différent. La première semaine, ça allait moins vite que chez les pros, mettons… Les passes étaient moins sur la palette que ce à quoi j’étais habitué depuis quatre ans. Il faut s’ajuster et utiliser ta patience pour comprendre ce qui se passe», notait-il avec le même rictus.

Veilleux est heureux de revenir dans la LHJMQ, et il ne le fait surtout pas à reculons. «Je suis très content d’être ici, sinon, je ne serais pas revenu. Il y avait d’autres options sur la table, mais j’ai décidé de prendre celle-ci», soulignait l’ancien coach du Drakkar de Baie-Comeau et des Cataractes de Shawinigan, avec qui il a gagné la Coupe Memorial en 2012.

Roy l’aime «bien gros»

Veilleux n’a abordé le sujet du tournoi de 2019 qu’une fois, jusqu’à présent, soit lors de sa rencontre initiale avec les joueurs. «Ça ne donne rien d’en reparler tous les jours parce qu’elle est là, ça va se jouer chez nous, ils ne changeront pas de place au mois de décembre. On est ici pour avoir la meilleure saison possible et se préparer pour le premier match éliminatoire. Et nos succès en équipe ne pourront qu’aider chaque joueur individuellement.»

Mercredi, Veilleux retrouvait Patrick Roy, qui avait travaillé à son embauche par l’Avalanche tout juste avant qu’il ne quitte lui-même son poste. «Il a une bonne tête de hockey, je l’aime bien gros. J’avais poussé pour lui. J’avais jasé avec Joe [Sakic] pour le convaincre de lui donner une chance», rappelait Roy.

+

COURTEAU SATISFAIT DE LA SUSPENSION DE ROBIDOUX

Au lendemain de la suspension de 15 matchs décernée à l’ailier des Remparts Mikaël Robidoux, le commissaire de la LHJMQ Gilles Courteau s’est dit fort ravi de la décision prise par le nouveau préfet de discipline, Éric Chouinard. «Je suis satisfait de la façon dont Éric a géré ce dossier et tous les autres depuis le début de la saison. Dès le mois de juin [aux assises] à Shawinigan, son message avait été très clair et il l’a répété au mois d’août dans un vidéo présenté à tous les joueurs. Tout le monde connaît les critères sur lesquels il va établir son barème pour rendre des sanctions disciplinaires. Il a posé le bon geste, il a bien travaillé avec les gens de son comité de discipline et il a consulté à l’extérieur avant de la rendre.»

+

LA COUPE MEMORIAL À KELOWNA EN 2020

Si la Ligue canadienne de hockey converge vers Halifax, en mai, le tournoi à la ronde de la Coupe Memorial aura lieu à Kelowna, en 2020. La LCH a procédé à cette annonce, mercredi, dans un point de presse commun tenu à Québec et à Calgary. Il s’agira de la deuxième fois que les Rockets, un club de la Ligue junior de l’Ouest, en seront les hôtes. En 2004, le nouveau capitaine du Canadien Shea Weber s’alignait pour les Rockets, qui ont disputé le dernier match au Colisée Pepsi lors de la Coupe Memorial de 2015. La LCH a profité de la visite des Mooseheads d’Halifax au Centre Vidéotron, mercredi, pour dévoiler que la Coupe Memorial serait désormais présentée par Kia pour les cinq prochaines années. La Ligue de hockey junior majeur du Québec se disait aussi optimiste sur la qualité de l’organisation du tournoi à Halifax, qui rénove présentement le Scotiabank Centre, où évoluent les Mooseheads.

+

EN VITESSE...

- Les Remparts ont tenu un moment de silence à la mémoire de Maurice Barrette, l’ancien gardien de but des Diables rouges des années 1970 décédé récemment.

- Les espoirs au repêchage qui s’alignent avec Halifax expliquaient la présence d’une trentaine de dépisteurs de la LNH, mercredi. Ils n’ont cependant pas vu l’ailier de 6’4” Raphaël Lavoie, blessé.

- Les Remparts ont encore laissé trois défenseurs dans les gradins, comme c’est le cas depuis le début de la saison. «Le plan original était de jouer avec sept arrières, mais les attaquants vont tellement bien, que je ne peux pas réduire à 11», expliquait Patrick Roy.

- Les Remparts prennent la route de l’Abitibi, jeudi matin, en prévision d’un programme double à Val-d’Or et Rouyn-Noranda, vendredi et samedi.