À l'instar de son coéquipier Mathieu Ayotte, l'attaquant Derek Gentile (photo) croit encore aux chances des Remparts de venir à bout du Titan d'Acadie-Bathurst, même s'ils tirent de l'arrière 2-0 dans la série.

Le moment de se racheter

Il se l'est fait dire par l'entraîneur-chef, mais le vétéran Mathieu Ayotte n'avait pas vraiment besoin qu'on lui explique qu'il devait mieux jouer qu'il ne l'a fait depuis le début de la série contre le Titan d'Acadie-Bathurst. «J'ai un peu honte de mes deux premiers matchs», a avoué le vétéran des Remparts de Québec.
Après une journée de repos, les Remparts étaient de retour au boulot, lundi. Ils ont du travail à faire puisqu'ils tirent de l'arrière 2-0 au moment de retrouver leurs partisans au Centre Vidéotron, mardi et mercredi, à 19h.
Ayotte n'a rien fait qui vaille dans le programme double disputé à Bathurst, vendredi et samedi. Il le sait trop bien.
«Je dois l'oublier, ce n'est pas le temps de m'apitoyer sur ça. Je dois me concentrer sur le prochain match, parce que c'est le plus important», a admis le numéro 15 qui n'a amassé qu'une passe dans les défaites de 4-2 et 6-2.
Le joueur acquis de Victoriaville à la mi-saison en est à ses derniers milles dans le hockey junior. Il ne veut pas que son aventure finisse sur cette note.
«Il s'agit d'une semaine émotive, si ça se termine, c'est la fin de ma carrière junior. J'ai essayé de trop en faire dans les deux premiers matchs, j'étais peut-être aussi un peu stressé parce c'est ma dernière saison. Je n'ai pas travaillé assez, je dois le faire plus que ça», a raconté l'ailier droit.
Ayotte devrait compléter un trio avec Louis-Filip Côté et Dmitry Buynitskiy, mardi, si ce dernier est en mesure de jouer, comme il l'a fait dans les deux premiers matchs.
Période par période
Pour les Remparts, le défi est simple : ne pas voir plus loin que le prochain match, parce que la vision s'embrouille lorsqu'ils regardent au-delà du troisième match.
«Il faut même y aller période par période. Si on regarde qu'il faut gagner quatre matchs, c'est beaucoup trop gros. Il faut y aller un pas à la fois», a noté celui qui n'a jamais franchi la première ronde des séries depuis qu'il évolue dans la LHJMQ
Qu'importe la position précaire des Remparts, Ayotte garde espoir et estime que ses coéquipiers et lui peuvent renverser la vapeur.
«On revient devant nos partisans, il faut sortir en force et commencer ''tempête'' pour que l'autre équipe se dise qu'on est ici pour jouer au hockey. Il y a toujours de l'espoir, ça s'est vu plein de fois de voir des équipes combler des déficits de 2-0, et même de 3-0. Ils ont une bonne équipe offensive, l'autre bord, mais on est capable nous aussi, il faut juste le démontrer. Si chacun remplit son rôle, le résultat d'équipe va suivre.»
Avant la séance d'entraînement, lundi, les joueurs ont parlé des deux premiers matchs et des attentes pour le prochain. En après-midi, les entraîneurs rencontraient chacun de façon individuelle, histoire que le message passe directement.
«Les deux défaites sont derrière nous, on regarde devant. Il faut y aller une présence à la fois. Il faut penser à ce qu'on peut apporter, chacun de nous», a noté Derek Gentile, auteur d'un but en deux matchs.
Selon le petit numéro 27, l'équipe est prête à relever le défi. «On est reposé, il y a d'excellents leaders dans le vestiaire, le message reste le même. Ils ont une bonne équipe, mais ça doit être à propos de nous, pas d'eux», a fait remarquer Gentile.

Boucher veut plus de conviction

Le Titan s'est entraîné au Centre Vidéotron, lundi, en prévision du match de mardi. Vladimir Kuznetsov (photo) mène son équipe avec trois buts en deux matchs.
L'entraîneur-chef Philippe Boucher reconnaît que la prochaine rencontre est d'une importance capitale pour les Remparts de Québec, en retard 2-0 dans la série. «Les matchs 3 et 5 sont toujours très importants, ce n'est pas peu dire», a-t-il reconnu. 
Boucher venait de mener une séance d'entraînement où quelques vétérans manquaient à l'appel, dont Matthew Boucher et Dmitry Buynitskiy. Il n'en avait pas moins apprécié l'intensité qui venait de s'en dégager.
«J'ai aimé la pratique. Si on peut avoir cette énergie dans le match [de mardi], jumelé à notre foule, je pense qu'on peut faire de bonnes choses», estimait-il.
Comme la veille, il a répété que les plus vieux devaient montrer le chemin aux plus jeunes. Boucher espère miser sur tous et chacun et ne pas avoir de passagers dans l'alignement, comme ce fut notamment le cas lors du premier match, et un peu moins pendant le deuxième.
«J'ai aimé ce que Maheux et Turcotte ont dit [dans le vestiaire]. Après, c'est de le mettre en pratique. Yanick avait de l'énergie ce matin [lundi], et lorsqu'il s'implique physiquement, Coxhead et Robidoux vont le suivre. Et quand Ayotte et Boucher montrent le chemin à l'attaque, Gentile et Kurashev peuvent aussi suivre. Même chose pour Maheux, défensivement.»
Reste à voir, maintenant, si le capitaine et le Biélorusse Dmitry Buynitskiy seront de la formation. «Je ne cherche pas à jouer au chat et à la souris dans ce dossier, on va voir mardi, et on espère qu'ils soient là tous les deux», a indiqué le pilote québécois, qui pourrait faire appel à Jérémy Laframboise ou Thomas Caron à la dernière minute, au besoin.
Répartir les forces
L'état de santé des troupes force Boucher à jongler avec ses trios depuis plus d'un mois. Encore lundi, il avait concocté de nouvelles lignes.
«À cause des blessures, on n'a pas eu de constance à ce niveau dans les dernières semaines. Il sortait deux joueurs, il en retrait un; il en rentrait deux, il en sortait un. Comme on affronte une équipe qui possède trois bonnes lignes, on essaie de répartir nos forces.»
Boucher mise aussi sur une meilleure contribution du jeu de puissance et de plus d'acharnement de la part de ses joueurs pour revenir dans la série.
«Jusqu'à présent, le Titan fait les choses avec plus de conviction que nous. Oui, ils ont plus de profondeur, des joueurs à maturité, [Christophe] Boivin est l'un des meilleurs 20 ans de la Ligue et Morand sera repêché tôt, mais ça ne nous empêche pas de faire les choses avec plus de conviction, et c'est là-dessus qu'on a travaillé. Lors des batailles dans les coins, j'aimerais qu'ils [les joueurs adverses] ne sortent pas 90 % du temps avec la rondelle.»
Boucher, qui confiera encore le filet à Evgeny Kiselev, veut aussi voir les siens afficher plus de discipline. Par deux fois, samedi, Matthew Boucher a écopé d'une punition en début d'avantage numérique. Mais ça va plus loin que dans le nombre de punitions. 
«Il faut éviter de s'exposer, comme Matthew l'a fait. La discipline, c'est aussi dans notre façon de jouer. J'ignore si c'est par nervosité ou souci de vouloir faire la différence, mais nous avons des joueurs qui ont fait les choses individuellement et qui sont sortis de notre façon de jouer.»

Pouliot vante le courage des Remparts

En avance 2-0, le Titan est arrivé à Québec, lundi, avec le même objectif que lors des deux premiers matchs : gagner le prochain, et vite. «On veut remporter la troisième victoire le plus rapidement possible. On s'attend à ce qu'ils [les Remparts] sortent en force chez eux et veuillent bien faire devant leurs partisans, ce sera à nous de prendre le contrôle», a expliqué l'entraîneur-chef Mario Pouliot, qui a dirigé une séance de travail en fin d'après-midi au Centre Vidéotron. Pouliot affiche du respect pour l'adversaire, qu'il estime bien structuré et efficace aux alentours de son filet.
«Je les trouve excessivement courageux, plusieurs jouent blessés comme Ayotte, Boucher, Buynitskiy, Turcotte, ils sont aussi dédiés à bloquer des lancers, etc. De notre côté, j'aime notre urgence en défensive, notre intensité, notre vitesse. En deuxième période, samedi, on avait tellement la rondelle qu'on s'est mis à jouer de vitesse, à chercher le jeu parfait, mais on est revenu à nos forces et le troisième but [vainqueur] en a été un bel exemple.»