Olivier Mathieu (chandail blanc) et Benjamin Gagné (chandail noir) ont reçu un petit cours de patinage de Kevin Lapierre (à gauche) et de Silja Dos Reis, deux artistes-athlètes du spectacle Crystal du Cirque du Soleil, qui débute mercredi soir au Centre Vidéotron.

Le hockey, ce grand cirque...

Benjamin Gagné et Olivier Mathieu ont fait du temps supplémentaire, mardi, après l’entraînement des Remparts. Mais même s’ils ont souffert, l’idée n’avait rien de punitif.

Les deux joueurs ont reçu un petit cours de patinage de Silja Dos Reis et Kevin Lapierre, deux artistes-athlètes du spectacle Crystal du Cirque du Soleil, qui débute mercredi soir au Centre Vidéotron.

Sauts, pivots, tourbillons… Ils ont travaillé fort, se retrouvant souvent à bout de souffle, perdant parfois l’équilibre. Rien contre les entraînements préparés par Philippe Boucher, mais celui-ci «était vraiment difficile», a commenté Mathieu. «Je suis un peu désappointé de mes performances. J’ai eu un peu de misère, je tombais souvent. Mais c’était une expérience de pouvoir patiner avec des personnes de talent comme ça.»

Mathieu et Gagné ont malgré tout été d’excellents élèves, assure Dos Reis, une Française toute menue qui avait l’air particulièrement petite à côté des hockeyeurs en uniforme. Ils ont été «super, motivés. C’était une bonne session. Ça fait du bien de sortir de sa zone de confort avec eux», a affirmé la femme de 25 ans.

Les Diables rouges ont été impressionnés par l’endurance de leurs professeurs. «Ils faisaient des tours de zones à reculons, ils n’arrêtaient pas… Un moment donné, ça brûle dans les cuisses. [Silja], on dirait qu’elle ne sentait rien. Ç’a l’air facile pour eux, ç’a l’air naturel», a affirmé Gagné.

Les rôles ont ensuite été inversés. Dos Reis s’est retrouvée pour la première fois de sa vie avec un bâton de hockey dans les mains. Si son coup de patin demeurait assez élégant, son maniement de la rondelle l’était un peu moins. «Avec la crosse, j’étais étonnée de ne pas pouvoir gérer certaines choses qui je pensais évidentes en regardant leur match. Déséquilibrée, c’est le mot. De devoir gérer la crosse et la vitesse du puck, c’était une combinaison qui faisait que j’en oubliais mes pieds!» a remarqué la Parisienne.

Le Drummondvillois Lapierre a mieux paru, même s’il a peu joué au hockey dans sa jeunesse. En fait, il patine sur la glace depuis seulement quatre mois, lui qui est issu du patin à roues alignées «agressif», celui pratiqué dans les parcs et dans les rues.

+

UNE PROMOTION POUR LOUIS-FILIP CÔTÉ

En l’absence de Philipp Kurashev, Louis-Filip Côté profitera d’une promotion. Il s’entraînait mardi avec Matthew Boucher et Olivier Garneau, dans ce qui a toutes les allures d’un premier trio.

«Il joue bien depuis un petit bout. Il crée beaucoup de choses dans les pratiques et dans les matchs, ça va bien. On va lui donner l’opportunité de se faire valoir», a expliqué l’entraîneur-chef Philippe Boucher. Kurashev partira mercredi pour la Suisse, où il participera au camp de sélection de l’équipe nationale junior.

Côté prend du galon, même s’il n’a pas obtenu de points à ses sept derniers matchs. Il tarde d’ailleurs à devenir la menace offensive espérée par les Huskies de Rouyn-Noranda, l’équipe l’ayant repêché au huitième rang en 2015, puis par les Remparts, qui l’ont obtenu dans l’échange envoyant Nikolas Brouillard en Abitibi, il y a près de deux ans.

Côté provoque des chances de marquer, mais il éprouve de la difficulté à compléter le travail, comme l’indiquent ses quatre buts depuis le début de la saison. «J’ai tellement de chances qu’un moment donné, ça va finir par débloquer, je peux pas croire. Je vais faire des petites prières», a lancé le natif de Laurier-Station.

La profondeur des Remparts cette saison joue un peu contre lui, admet Boucher. «C’est sûr que quand tu joues sur le quatrième trio, t’as un peu moins de temps de glace, moins de chances de te faire valoir. Mais [Jesse] Sutton en a profité en début d’année. Louis-Filip travaille, tant dans le gym que pendant les pratiques et les matchs. À Sherbrooke, ç’a été un de nos bons joueurs, même si ça n’a pas été un bon match pour nous.»

Les Remparts partiront mercredi pour une séquence de deux rencontres en deux jours en Abitibi, jeudi à Val-d’Or et vendredi à Rouyn-Noranda. Ils ont conservé une fiche de 3-4-3 au cours des 10 derniers matchs, une statistique un peu trompeuse, croit Boucher. «Ç’a été toujours très, très serré. Des fois, c’est juste notre effort, notre constance. C’est peut-être ça qui nous a manqué pour aller chercher le but qui aurait pu faire la différence», a expliqué l’entraîneur-chef, au terme d’un entraînement rythmé.

Dereck Baribeau amorcera «probablement» les deux matchs devant le filet, les deux derniers avant une pause d’une douzaine de jours pour les Fêtes.