Valentin Demchenko a été l'un des instigateurs de la remontée du Drakkar.

Le Drakkar assomme les Remparts 9 à 3

Avec six buts en troisième période, le Drakkar de Baie-Comeau a sorti l’assommoir et infligé un revers de 9 à 3 aux Remparts de Québec samedi au Centre Henry-Leonard.

La marque était pourtant de 2 à 2 en fin de deuxième alors que Pierrick Dubé et Félix-Olivier Chouinard, avec son premier but dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), avaient marqué pour les Diables rouges et que Valentin Demchenko et Raivis Kristians Ansons avaient répliqué pour les hommes de Jon Goyens.

C’est toutefois un but de Christopher Merisier-Ortiz alors que le Drakkar évoluait à trois contre cinq qui a été le moment décisif du match.

Elliott Saint-Pierre et Antoine Rochon avaient en effet écopé de pénalités successives qui permettaient aux Remparts de bénéficier d’un double avantage numérique durant 1:31.

Ce qui devait être une occasion en or pour les protégés de l’entraîneur Patrick Roy s’est cependant transformé en cadeau empoisonné quand Merisier-Ortiz a intercepté une tentative de passe de Félix Bibeau pour partir en échappée et battre le gardien Émerik Despatie entre les jambières avec moins de cinq minutes à faire à l’engagement.

«On n’a pas fait une bonne entrée de zone, on s’est fait couper un jeu et ils ont marqué. À partir de ce moment-là, tout s’est écroulé. C’est dans des moments comme ça qu’il aurait fallu faire preuve de caractère mais, malheureusement, ça n’a pas été le cas», a déclaré Roy, après la partie.

Déluge de buts

Le but de Merisier-Ortiz a grandement inspiré les joueurs du Drakkar, qui sont revenus sur la glace avec beaucoup de motivation en troisième. Julien Létourneau a ajouté à l’avance des siens 36 secondes après le début de l’engagement et Nathan Légaré a inscrit un autre but moins de deux minutes plus tard avec un tir puissant dans le coin supérieur du filet à la gauche de Despatie.

Le Drakkar a ensuite achevé les Remparts avec une déferlante de quatre buts en un peu plus de trois minutes en fin de match: Gabriel Fortier, Étienne Arseneau, Xavier Bouchard et Thomas Éthier ont tour à tour déjoué Despatie.

«Ça me fait de la peine pour Émerik, mais je ne pouvais pas le retirer du match car je ne voulais pas prendre le risque que «Pag» (Anthony Pagliarulo) se blesse parce qu’il est entré dans le match à froid. Je suis sûr qu’il y a certains tirs qu’il aimerait revoir, mais, en même temps, ça lui donne du millage et il apprend», a poursuivi Roy.

Celui-ci était déçu du résultat parce que les siens avaient dominé au chapitre des tirs au but en début de match. «Le score final ne représente pas exactement l’allure match. L’un de nos problèmes est aussi qu’on a de la misère à jouer 60 minutes. C’est ce qui arrive quand on a une jeune équipe. De l’autre côté, le Drakkar avait une équipe beaucoup plus mature et ça se sentait», a-t-il enchaîné.

Tir de pénalité

Mince consolation, Loïck Bégin qui n’en était qu’à son neuvième match de la saison, a réussi à battre le gardien du Drakkar Dakota Lund-Cornish sur un lancer de pénalité obtenu dans une cause perdue, avec 58 secondes à faire au chronomètre.

«Loïck fait bien pour un joueur qui se promène entre le junior AAA et le junior majeur. Il fait de bonnes choses dans les situations où je l’utilise et il apprend, lui aussi», conclut Roy, pressé de tourner la page sur ce match avant de se frotter aux Saguenéens de Chicoutimi dimanche.