Matthew Boucher sera à son poste contre Val-d'Or, samedi soir, même s'il traîne une blessure à une articulation.

Le capitaine Boucher hanté par une vieille blessure

Le capitaine des Remparts, Matthew Boucher, n'a pas été en mesure de compléter la séance sur glace de l'équipe, vendredi matin. Incommodé depuis plusieurs mois par une blessure à une articulation, il devrait tout de même endosser l'uniforme, samedi, lors de la visite des Foreurs de Val-d'Or.
Ayant subi un examen d'imagerie par résonance magnétique ayant nécessité une infiltration articulaire la veille, Boucher ressentait toujours les effets de la procédure vendredi et a décidé de retourner au vestiaire avant la fin de l'entraînement.
«Ç'a commencé l'année passée, au mois de novembre», a précisé l'auteur de 23 buts et de 18 passes en 43 matchs cette saison. «Je ne sais pas si c'est ça qui est encore là, mais ça s'est développé et ça traîne, mais je ne veux pas rater de match pour ça. Et puis, ça s'endure assez bien», a plaidé l'attaquant de 19 ans, qui avait été incommodé par la même blessure au camp des recrues des Coyotes de l'Arizona, en septembre.
Pendant la séance, c'est Derek Gentile qui remplissait le rôle du capitaine sur la première ligne de l'équipe, à la gauche de Philipp Kurashev, au centre, et de Mathieu Ayotte, à droite. Ce dernier était également affublé d'un chandail vert de non-contact destiné à ménager une épaule amochée. Au menu de l'entraînement : situations de jeu à un contre un. 
«C'est ce qu'on avait aussi fait la semaine passée avant d'aller à Rimouski. Les un contre un, les deux contre deux, comment les jouer, comment mieux contenir le gars dans le coin. On va continuer à marteler certains aspects. Quand on le fait bien, on anticipe la bataille. Si on peut se rendre là le plus vite possible, il y en a une partie de gagner. Tout part de la première bataille au hockey. Si ça part mal, c'est plus dur de s'ajuster après», a noté l'entraîneur-chef Philippe Boucher.
Plus souvent qu'autrement, la possession de rondelle découle de cette première bataille remportée. Et c'est en possession de la rondelle que les Remparts s'expriment le mieux sur la patinoire. «À Val-d'Or et à Rimouski, dans les phases où on a bien joué, on avait la rondelle. On l'avait et on l'avait souvent. Dans ce temps-là, on fait de bonnes choses avec. C'est un peu ça qui a fait défaut à Baie-Comeau. Je trouvais qu'on ne la voulait pas assez. Quand on la veut, on l'a et on est capables de faire des bonnes choses avec», a estimé Boucher père, au sujet de la défaite de 2-1 encaissée aux mains du Drakkar, mardi.
Tous de «gros tests»
L'entraîneur n'osait toutefois s'aventurer à faire des prédictions en vue du match face aux Foreurs, samedi. Même s'ils viennent de s'affronter deux fois à Val-d'Or au début du mois, et qu'ils avaient divisé les honneurs d'un programme double au Centre AirCreebec, les deux équipes n'en sont plus au même point, croit-il.
«On vient de les voir, mais il y avait beaucoup de nouveaux joueurs comme nous autres. C'est un peu une nouvelle équipe. Ils ont quand même un bon groupe de défenseurs, avec Henley, Noël. Je ne sais pas si c'est Montpetit qui va être devant le filet, mais c'est un bon gardien. Ils ont quand même été chercher des bons joueurs de hockey. Graaskamp, c'est un bon joueur de hockey.
«Les équipes de Mario Durocher, quand ça clique comme ç'a été parfois le cas cette année, elles sont capables de gagner avec des gros scores», a constaté Boucher, ajoutant que tous les matchs étaient de «gros tests», cette saison.

Un temps émotif pour les entraîneurs et les dg

S'il n'endosse pas les propos tenus plus tôt ce mois-ci par Serge Beausoleil au sujet du défenseur Andrew Picco, Philippe Boucher dit comprendre le contexte dans lequel l'entraîneur-chef de l'Océanic s'est exprimé. Combinant lui aussi les postes d'entraîneur-chef et de directeur général, il constate que plusieurs de ses homologues et lui ressortent de la période de transaction des Fêtes exténués. «C'est un temps émotif et exigeant pour les entraîneurs et directeurs généraux, qui font les deux jobs. Des fois, sous le coup de l'émotion, on dit certaines choses et la ligue réagit. J'ai été victime de ça par le passé...» a laissé entendre Boucher, au moment de commenter la décision du commissaire Gilles Courteau d'imposer une amende de 2500 $ à Beausoleil. Boucher a noté que de telles sanctions ne sont pas sans conséquences. «Pour certaines organisations, ce genre de montant, ça fait très mal...» 

Meilleurs espoirs: beaucoup de talent sur la glace

À la barre des Remparts lors de leur match au Cap-Breton le 28 janvier, Philippe Boucher devra précipiter son retour à Québec pour se joindre à l'équipe d'entraîneurs d'Équipe Cherry, composée de Simon Gagné et de Pierre Lacroix, en vue du Match des meilleurs espoirs LCH/ LNH du 30 janvier. «J'adore aller au repêchage de la LNH, où je vais afin de dénicher des joueurs européens. C'est toujours le fun. Cette année, ça va être encore plus le fun parce que je vais avoir coaché certains joueurs, que je vais avoir appris à les connaître. Il va y avoir beaucoup de talent sur la glace. Ça va valoir le déplacement. Je suis vraiment heureux de faire ça avec Simon», a indiqué Boucher, au sujet de celui qui portera officiellement le chapeau d'entraîneur-chef. Le dg des Remparts profitera également de l'occasion pour entamer des discussions avec les directeurs généraux et les agents de la LNH, qui seront nombreux sur place pour l'occasion.