Le nouveau venu chez les Remparts, l’attaquant Matthew Grouchy, n’a marqué qu’un seul but en 11 matchs et n’a pas touché la cible à ses six derniers.

L’attaque des Remparts doit produire plus

Dans leur poursuite pour l’obtention de l’avantage de la glace en première ronde éliminatoire, le match de mercredi, au Centre Vidéotron, revêt son importance pour les Remparts de Québec. Mais pour doubler les Tigres de Victoriaville au huitième rang de la LHJMQ, ils devront afficher une plus grande confiance en leurs moyens offensifs que dans leurs plus récents matchs.

Après trois défaites de suite, les Remparts disputent une semaine importante dans leur division en recevant à tour de rôle les Tigres (mercredi), le Drakkar de Baie-Comeau (vendredi) et l’Océanic de Rimouski (samedi).

Dernièrement, les Remparts ont éprouvé quelques ennuis à l’attaque, notamment en avantage numérique. L’unité spéciale pointe d’ailleurs au 15e rang sur 18 dans la Ligue.

«Nous avons une équipe basée sur la contribution de tout le monde. On a visionné le match de dimanche [défaite de 4-1 contre Drummondville], et si on avait exécuté à cinq contre trois, ça aurait fait la différence. Dernièrement, on a eu plus de chances de marquer que l’adversaire, même si on n’a pas gagné. À part le match à Sherbrooke, où je n’avais pas aimé notre effort, on n’a pas joué aussi mal que ça. On n’a pas donné grand-chose à Drummondville, qui avait gagné 9 de ses 10 derniers», a résumé Philippe Boucher.

L’entraîneur-chef convenait que certains joueurs devaient produire plus qu’ils ne le font, présentement. Pour un, le nouveau venu Matthew Grouchy est plongé dans une léthargie depuis son acquisition des Islanders de Charlottetown. Il n’a marqué qu’un seul but en 11 matchs avec les Remparts et n’a pas touché la cible à ses six derniers.

«Il se cherche un peu, on a jasé avec lui, et c’est l’un de ceux qui peuvent en donner plus. On pourrait passer tous les noms, ils peuvent tous mieux jouer», a estimé Boucher.

Trio des Maritimes

Le principal intéressé le reconnaît, d’ailleurs. Depuis peu, il complète un trio avec ses compagnons des Maritimes, Jesse Sutton et Andrew Coxhead.

«J’espère que ça va débloquer. Je suis en léthargie, je manque de confiance et je ne dois attendre après personne pour que ça débloque. Ça doit venir par moi-même et travailler pour que ça arrive. Avec l’appui de Philippe, du personnel et de mes coéquipiers, ça devrait être plus facile de m’en sortir. L’équipe joue bien, on a encore du travail à faire, mais il est certain que je peux contribuer un peu plus», a avoué Grouchy.

Lorsqu’il jouait sous les ordres d’Andy Murray, avec les Kings de Los Angeles, Boucher et ses coéquipiers de l’époque n’avaient pas le droit de parler de confiance, peu importe si ça allait bien ou mal.

«On parle d’exécution, mais ça va un peu avec la confiance. Si tu te lèves le matin et que tu te dis que ça va bien aller, tout part de là. Sans être un sujet sensible, c’est propre à chacun. Je crois qu’à un jeune âge, ça peut aider d’en avoir, et on fait tout pour mettre les joueurs en confiance», disait celui qui espérait revoir en situation de matchs l’efficacité de certains à toucher la cible avec régularité pendant l’entraînement, mardi.

+

EN VITESSE

Les Typhons du Séminaire Saint-François, qui représenteront les petits Nordiques au Tournoi pee-wee, ont eu l’occasion de s’entraîner sur la glace du Centre Vidéotron, mardi, en présence de quelques anciens joueurs, dont Marc Fortier, entraîneur adjoint des Remparts... Coiffé de son nouveau masque aux couleurs de l’équipe, le gardien Antoine Samuel sera devant le filet des Remparts, mercredi, et devrait aussi affronter ses anciens coéquipiers du Drakkar, vendredi… Malade, dimanche, Benjamin Gagné était de retour sur la glace, mardi, et servait de quart-arrière à l’avantage numérique. «Il faut trouver le moyen de marquer plus de buts, ce n’est pas avec un ou deux buts qu’on va gagner beaucoup de matchs. On veut faire de belles choses avec cette unité spéciale, tous les joueurs qui y sont possèdent le talent pour contribuer offensivement», disait-il.