À son premier match à Baie-Comeau dans l'uniforme des Remparts, Antoine Samuel a connu une sortie des plus moyennes, accordant trois buts sur 21 lancers.

La prolongation sourit encore aux Remparts, qui l'emportent à Baie-Comeau

BAIE-COMEAU — Après 60 minutes de jeu, Jesse Sutton continue à être l’homme de la situation.

Peu visible durant plus de deux périodes, le Terre-Neuvien a frappé deux fois, dont le but gagnant en prolongation, et les Remparts de Québec ont remporté un troisième match d’affilée en supplémentaire à l’étranger, disposant du Drakkar 4-3, samedi à Baie-Comeau.

Sutton a d’abord dévié au vol un tir d’Étienne Verrette pour créer l’égalité à mi-chemin du troisième tiers. Il a ensuite complété la passe parfaite de Matthew Boucher pour marquer le but gagnant en supplémentaire dans un deuxième match consécutif.

«Je disais aux gars à la blague que je suis content que les Olympiques, ça ne se joue pas à trois contre trois parce qu’on aurait perdu Jesse Sutton pour deux semaines», a lancé l’entraîneur-chef Philippe Boucher à la porte du vestiaire des visiteurs. «Il est vraiment extraordinaire à trois contre trois, il a toujours de bonnes chances.»

Le Drakkar menait pourtant cette rencontre 3-1 avec quatre minutes à faire en deuxième. Le meilleur marqueur de l’équipe, Jordan Martel, s’était manifesté en inscrivant les deux premiers buts des siens (30e et 31e). Luke Kirwan (20e) avait quant à lui tiré profit d’une bévue d’Andrew Picco pour donner un coussin de deux buts aux siens.

Et devant le filet du Drakkar, Francis Leclerc (36 arrêts) était de nouveau solide. Mais le navire a de nouveau pris l’eau et les hommes de Martin Bernard ont ainsi essuyé un sixième échec consécutif.

«On a été correct, on a bien travaillé, mais il y a des petits détails qui font une grosse différence dans un match et on ne les a pas faits», a déclaré le pilote du Drakkar, identifiant notamment le repli défensif, les mises en échec et les sorties de zone. «On est sortis de manière solide en première, jusqu’à temps que les pénalités, [décernées] à tort ou à raison, fassent tourner le momentum», a ajouté Bernard.

Sortir la rondelle de sa zone avec un homme en moins a d’ailleurs été particulièrement ardu, n’a pas manqué de relever le coach. «De ce temps-ci, on a de la difficulté à libérer notre zone en désavantage numérique et on accorde pas mal de lancers. On avait un bon désavantage numérique avant les Fêtes mais depuis, on en arrache.» Les chiffres donnent raison à Bernard, car avant la pause des Fêtes, le Drakkar était huitième dans la Ligue à court d’un homme. Il est 18e et bon dernier depuis cette pause.

Retour difficile

À son retour dans l’aréna où il aura passé l’équivalent de deux saisons, Antoine Samuel a reçu une longue ovation des 1867 spectateurs présents lors de l’hommage que lui a rendu le Drakkar en début de rencontre. Ce fut toutefois plus laborieux sur la glace, le vétéran cédant trois fois sur 21 lancers.

«Antoine, on compte sur lui pour nous amener en séries. Il peut jouer du meilleur hockey et il le réalise», a convenu Boucher. «Je pense que ça se passe surtout dans la préparation, peut-être que c’est différent pour lui de voir un peu moins de lancers dans un match, mais on va reparler de tout ça.»

Philipp Kurashev et Olivier Garneau avaient enfilé les deux premiers buts des Diables rouges, en fin de première et de deuxième respectivement.