Kurt Etchegary

Kurt Etchegary sera opéré au coeur

C'était la journée de son 19e anniversaire, mais personne n'avait l'esprit à la fête. Les Remparts de Québec ont dévoilé, mardi, que le centre Kurt Etchegary sera opéré au coeur, demain, à l'Hôpital général de Montréal afin de soigner une effusion péricardique.
Etchegary était déjà à l'écart du jeu depuis trois matchs pour une blessure à la cheville qui a servi de prétexte pour l'empêcher de retourner sur la patinoire. La durée de son absence est indéterminée, la santé du jeune homme étant l'actuelle priorité.
Au début de l'été, une échographie passée au camp d'évaluation des espoirs de la LNH en prévision du repêchage avait décelé la présence de liquide autour du coeur. Un premier traitement avait semblé régler le problème, mais celui-ci est récurent depuis.
«Il y a eu deux ou trois traitements qui n'ont pas fonctionné. Il était suivi par un cardiologue à Montréal, et la dernière fois que le liquide est réapparu entre le coeur et le péricarde, son médecin a fait une passe au Dr Mulder, chirurgien thoracique associé au Canadien, qui a décidé de l'opérer jeudi [demain]», expliquait le thérapeute sportif Steve Bélanger, invité par le directeur général Philippe Boucher à expliquer la situation.
Hypothèse médicale
Selon lui, le Dr Mulder émet l'hypothèse qu'il pourrait y avoir un lien entre la condition actuelle d'Etchegary et le lymphangiome microkystique qui l'accompagne depuis sa naissance. Il profitera de l'occasion pour prélever des tissus afin de le déterminer.
«Il ne s'agit pas d'une intervention chirurgicale à coeur ouvert, mais plutôt d'une scopie du côté gauche. Nous aurons plus de détails vendredi ou samedi, après avoir discuté avec le Dr Mulder», ajoutait-il sans minimiser la démarche médicale.
«Comme il s'agit du coeur, ça peut être inquiétant parce qu'il y a un potentiel de danger. Lorsqu'il y a trop de liquide, il y a moins d'espace et le coeur peut s'emballer. Le Dr Mulder ne veut pas se prononcer sur la date de retour, on verra au jour le jour comment son corps réagira. On ne veut pas dire si ce sera dans un mois ou deux, l'important est d'abord de régler le problème.»
Outre la fatigue, Etchegary ne montrait pas de symptômes particuliers. Si on n'avait pas établi l'origine du malaise la première fois, d'autres électrocardiogrammes ont ensuite allumé un feu rouge.
Pas une surprise
«La situation de Kurt n'est pas une surprise pour nous, on le savait. Par respect pour lui, la blessure à la cheville servait de prétexte pour expliquer son absence et vous savez maintenant pourquoi il ne jouait pas. Ce qui importe le plus, c'est le jeune. Il est entre les mains des meilleurs spécialistes, soit le
Dr Mulder à Montréal et le Dr [Paul] Poirier à Québec», enchaînait Boucher.
Il ne souhaite qu'un dénouement heureux pour le joueur natif de Terre-Neuve. «Je ne veux pas dramatiser, parce qu'on sait qu'il sera de retour. Mais présentement, son état de santé importe plus que de savoir s'il peut nous aider.»
Etchegary a assisté à l'entraînement, mardi, et n'a pas rencontré les médias. Il le fera dans les jours suivant l'opération. Dans les circonstances, Boucher estimait que le choix de deuxième ronde en 2011 acceptait bien le sort qui le frappait.
«S'il y en a un qui a été éprouvé depuis sa jeunesse, c'est bien lui. Il démontre de la persévérance de façon incroyable depuis qu'il porte le chandail des Remparts. On est avec lui et il prend ça comme un vrai, comme un autre obstacle qu'il doit surmonter.»