Un but d’Aleksei Sergeev à 12 secondes du temps réglementaire a permis d’aller jusqu’en fusillade, où Philipp Kurashev en a profité pour marquer le but victorieux, permettant aux Remparts de l’emporter face au Drakkar de Baie-Comeau.

Kurashev donne la victoire aux Remparts en fusillade

Philipp Kurashev a fait plaisir à la meilleure foule des Remparts de Québec en trois ans en marquant en fusillade pour permettre aux siens de l’emporter 3 à 2 dimanche après-midi contre le Drakkar de Baie-Comeau.

Son compagnon de trio Aleksei Sergeev, avec seulement 12 secondes à faire au temps réglementaire et alors que Patrick Roy avait retiré son gardien Anthony Pagliarulo, était allé chercher le but égalisateur que lui et ses coéquipiers avaient tant travaillé pour obtenir dans la dernière partie du match.

«C’est un bon match qui vient nous donner beaucoup de confiance à l’approche des séries. On a eu beaucoup de chances de marquer, on aurait pu gagner ce match-là beaucoup plus tôt, mais l’important c’est qu’on l’ait gagné», a déclaré Kurashev, qui avait aussi marqué le premier filet des siens.

Pagliarulo brille

Quant à Pagliarulo, il a su garder les Remparts dans le match alors que ses coéquipiers s’affairaient à combler un déficit de deux buts, méritant la première étoile du match.

«On a joué un gros match. Patrick me fait confiance et je veux bien faire mon travail. On savait que Baie-Comeau allait frapper, terminer leurs mises en échec, mais il ne fallait pas sortir de notre game», a résumé le cerbère des Remparts.

Le gardien en doit cependant une à son capitaine Étienne Verrette. Le défenseur lui a sauvé la vie en début de troisième période en bloquant un tir alors qu’il s’était aventuré beaucoup trop loin de son filet.

«Je pense que je lui dois un souper! Je pensais avoir le temps de revenir au filet, mais ce n’était pas le cas. Heureusement, Étienne était là!», a-t-il ajouté.

Son entraîneur Patrick Roy ne lui en voulait pas du tout pour cette petite excursion loin de son filet. «Fais-toi en pas, j’en ai fait des pires!» a lancé l’ex-gardien du Canadien et de l’Avalanche aux journalistes après la partie. «Ses coéquipiers ont bien appuyé Anthony là-dessus. Et moi je suis extrêmement content de lui. Plus il joue, mieux il joue.»

Roy était heureux de voir les siens enfin savourer la victoire. «Après la deuxième, je leur ai dit qu’on était passés proche souvent dernièrement et que cet après-midi, il faudrait trouver un moyen de gagner.»

«Ça va nous aider au niveau de la confiance. Il fallait montrer qu’on était capables de jouer contre une des forces de la ligue. On a été excellents dans nos replis défensifs. Il reste quelques détails à améliorer. Il faut être plus relax et il y a eu deux ou trois échappées à trois contre un sur lesquelles on n’a pas été capables de marquer, mais dans l’ensemble, je suis content», a résumé Roy.

Un point perdu

Du côté des perdants, l’entraîneur Martin Bernard aurait préféré avoir les deux points alors que le Drakkar est au cœur d’une course au premier rang de l’association de l’Est avec les Mooseheads d’Halifax, qui incidemment se sont inclinés contre les Foreurs de Val-d’Or dimanche.

«C’est un point de perdu. Les Remparts ont joué un bon match défensif et, à onze secondes de la fin, on a eu deux mises en jeu dans notre zone qu’on n’a pas gagnées et ils ont égalisé là-dessus. Notre travail est de continuer à mettre de la pression sur Halifax. Il reste quand même des matchs à jouer», a analysé Bernard.

Le gardien du Drakkar, Alex D’Orio, qui a repoussé 28 lancers, a concédé que les Diables rouges avaient fait preuve d’opportunisme. «Mais il faut tourner la page. On va regarder des vidéos et voir ce qu’on a à travailler, car mercredi, on a un gros match contre Drummondville.»

Notes: Les Remparts évoluaient devant 15 466 spectateurs, leur meilleure foule depuis la saison inaugurale du Centre Vidéotron en 2015-2106... Deuxième étoile du match, Andrew Coxhead pensait pendant quelques secondes avoir créé l’égalité en deuxième. Son tir faible et haut a touché la mitaine du gardien Alex D’Orio pour retomber au fond du filet, mais le but a été refusé parce que Pierrick Dubé avait précédé le numéro 20 en zone adverse...

+

DÉCÈS SUBIT D’ALEC REID

Les Remparts de Québec ont observé une minute de silence en début de partie à la mémoire de l’attaquant de l’Armada de Blainville-Boisbriand Alec Reid.

Le hockeyeur de 18 ans est décédé tôt dimanche matin, présumément de complications liées à l’épilepsie. Son état de santé l’avait d’ailleurs tenu à l’écart de la glace depuis le 19 février.

Reid était suivi depuis longtemps par un médecin pour son épilepsie et avait revu son neurologue dernièrement en raison de crises récentes. 

«Nous sommes sous le choc et dévastés par cette tragédie. Alec faisait partie de la famille de l’Armada et l’organisation entière est en deuil. L’ensemble des joueurs, le personnel hockey, d’entraînement et administratif s’unissent pour offrir leurs plus sincères condoléances aux membres de sa famille ainsi qu’à ses amis» a déclaré le président de l’équipe, Mario Marois, dans un communiqué de presse.

Le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, a aussi offert ses condoléances. «Nous avons été anéantis d’apprendre qu’un membre de la famille de la LHJMQ, Alec Reid, est décédé plus tôt aujourd’hui. C’est toujours un moment difficile lorsqu’un jeune homme qui a toute la vie devant lui rend l’âme soudainement», a-t-il déclaré.

Reid, qui évoluait l’an dernier au niveau Midget AAA avec les Grenadiers de Châteauguay, avait été un choix de septième ronde des Tigres de Victoriaville. Il a fait ses débuts dans la LHJMQ au début de la saison avec les Voltigeurs de Drummondville pour ensuite passer à l’Armada dans une transaction en janvier. En 37 parties dans le circuit Courteau, il montrait une fiche de deux buts et trois aides.