Philipp Kurashev a connu un très bon Mondial junior avec une récolte de six buts et une passe en sept matchs. Personne n’a touché la cible aussi souvent que lui dans le tournoi, et sa production lui a valu une nomination au sein de la première équipe d’étoiles de ce tournoi des moins de 20 ans.

Kurashev bien heureux à Québec

Quand Philipp Kurashev s’est pointé dans le vestiaire de l’équipe, mercredi matin, il a fait la connaissance de huit nouveaux visages qui n’étaient pas présents dans l’alignement à son départ pour le Championnat mondial junior. Malgré tous les changements effectués par le directeur général Patrick Roy, le Suisse reste le joueur le plus important des Remparts de Québec.

«Ça faisait un peu bizarre d’entrer dans le vestiaire, il y a plusieurs nouveaux joueurs à connaître», disait-il en esquissant un petit sourire.

Le numéro 96 des Remparts est rentré à Québec, dimanche, en provenance de Vancouver, où la Suisse a atteint le carré d’as, sans toutefois parvenir à remporter une médaille. Personnellement, il a connu un très bon tournoi avec une récolte de six buts et une passe en sept matchs. Personne n’a touché la cible aussi souvent que lui dans le tournoi, et sa production lui a valu une nomination au sein de la première équipe d’étoiles de ce tournoi des moins de 20 ans.

«Ç’a bien été, ce fut un bel honneur d’être nommé dans l’équipe d’étoiles, mais j’aurais été bien plus heureux si on avait obtenu une médaille, d’autant plus qu’on était tout près de l’avoir», confiait-il avant le match contre les Olympiques de Gatineau.

Kurashev affrontait d’ailleurs son compatriote suisse David Aebischer, mercredi, au Centre Vidéotron. Il en était à sa deuxième participation à ce tournoi qui réunit les meilleurs joueurs de hockey junior au monde.

«Il s’agit toujours d’une expérience très plaisante de représenter son pays, j’y ai eu beaucoup de plaisir. J’y allais dans l’objectif de bien faire et d’aider la Suisse à remporter une médaille. À la fin, on en avait juste pas assez pour gagner», disait-il à propos des deux dernières défaites contre la Finlande (en demi-finale) et la Russie (pour la médaille de bronze).

«J’adore Québec»

Kurashev a disputé le tournoi en surveillant à distance tout ce qui se passait à chez les Remparts. En excluant Thomas Caron et Samuel Dickner, qui avaient disputé des matchs comme joueurs affiliés en première moitié de saison, il y a huit nouveaux visages dans le club. Mais le plus important, à ses yeux, c’est qu’il enfile toujours l’uniforme de la formation québécoise.

«J’adore Québec, il s’agit de l’endroit où je voulais jouer. C’est le seul club pour lequel j’ai joué depuis que je suis au Canada, je suis très heureux d’être encore à Québec et de pouvoir aider l’équipe à gagner des matchs», confiait le meilleur marqueur des Remparts avec 18 buts et 43 points en 33 matchs (avant celui de mercredi).

Kurashev n’avait pas eu de discussion avec Patrick Roy avant son départ. «Je laissais cela à mon agent», mais il ne tenait pas à partir. Le dg des Remparts a pour sa part tenu sa parole, puisqu’il a toujours répété ne pas avoir l’intention d’échanger le joueur suisse d’origine suisse.

«J’espère qu’on aura une bonne chimie. On veut connaître une bonne seconde moitié de saison et du succès dans les séries», indiquait celui qui complétera un trio avec Alexsei Sergeev et Édouard St-Laurent à compter de vendredi.

Le choix de quatrième ronde des Blackhawks de Chicago a profité du Mondial Jr pour augmenter sa valeur auprès de cette organisation. D’ailleurs, Roy ne cesse pas de répéter que le hockeyeur natif de Münsingen jouera dans la LNH dans un avenir rapproché.

«J’imagine qu’ils m’ont vu... Peu importe où je joue, j’essaie de faire de mon mieux.»