Jacob Melanson est pressé d’apporter sa contribution aux Remparts. Même s’il n’a que 16 ans, l’ailier droit que Patrick Roy a sélectionné au 15e rang veut jouer dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec dès cette saison.

Jacob Melanson veut contribuer dès cette année

Deuxième choix de première ronde des Remparts de Québec cette année, le Néo-écossais Jacob Melanson est pressé d’apporter sa contribution à l’équipe. Même s’il n’a que 16 ans, l’ailier droit veut jouer dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) dès cette saison.

«J’ai un bon camp jusqu’à maintenant et mon but est de montrer aux entraîneurs ce que je peux apporter à l’équipe, c’est-à-dire un joueur très physique qui travaille très fort à chaque match. Je pense que je pourrais devenir un élément-clé de cette équipe», explique Melanson, que le directeur général et entraîneur Patrick Roy voulait tellement qu’il a cédé au Drakkar de Baie-Comeau ses 26e et 53e choix au repêchage de cette année et ses choix de deuxième et troisième rondes de 2020 afin de pouvoir le sélectionner avec le

15e choix du dernier repêchage.

«Je n’étais pas vraiment surpris d’être sélectionné par Québec, car j’avais entendu dire à plusieurs reprises que les Remparts s’intéressaient à moi. Et oui, il y a un peu de pression qui vient avec le fait d’être sélectionné en première ronde», avoue celui qui évoluait l’an dernier avec le Weeks Major Midget de Pictou County et que le centre de soutien au recrutement de la LHJMQ classait au trentième rang des espoirs disponibles au repêchage 2019. 

S’il débute la saison à Québec, Melanson n’en sera pas à ses premières armes au hockey junior puisqu’il a disputé la saison dernière trois parties avec l’équipe junior A de son patelin, les Ramblers d’Amherst. «Ça a été une belle expérience pour moi, d’avoir l’occasion de jouer avec et contre des joueurs plus vieux. Je pense que c’était une bonne préparation pour la LHJMQ.»

Pendant le camp, Melanson avoue travailler davantage sur son coup de patin et son lancer, histoire de bien diversifier ses qualités athlétiques. Il a également eu l’occasion de fraterniser avec le joueur de centre Nathan Gaucher, l’autre choix de première ronde des Remparts au dernier repêchage. «Nathan est un très bon joueur, on s’entend très bien sur la glace et en dehors de la glace», souligne-t-il.

Raffone ouvert

Si l’Américain Connor Chalmers, sélectionné en 14e ronde du repêchage régulier, et son compatriote Matt Copponi, premier choix des Remparts à la séance de sélection américaine, brillent par leur absence au camp des Diables rouges, l’ailier gauche Casey Raffone, deuxième sélection au repêchage des joueurs américains, a pris la peine de se pointer à Québec pour 48 heures, histoire de conserver son éligibilité à évoluer dans la NCAA.

Contrairement aux deux autres et au Montréalais James Malatesta, qui a répété qu’il visait d’abord et avant tout la NCAA et que la LHJMQ était en quelque sorte une solution de rechange, Raffone garde l’esprit ouvert et n’écarte pas l’idée de jouer à Québec cette année. «Oui, je quitterai le camp aujourd’hui, mais je pourrais revenir à Québec. Je vais me donner du temps pour bien réfléchir et en discuter avec mes parents. En grandissant, je me suis toujours dit que j’allais jouer dans la NCAA, mais le fait d’être repêché par les Remparts m’a amené à penser de plus en plus à la LHJMQ», a-t-il déclaré vendredi.

Celui qui se décrit comme un joueur de finesse et un bon fabricant de jeux évoluait l’an dernier avec l’équipe U15 de l’académie de hockey Selects de South Kent et rejoindra les Rangers de Mid-Fairfield s’il ne revient pas à Québec. Il est natif et résidant du Connecticut, un état américain qui a déjà donné aux Remparts l’attaquant Adam Erne, qui a porté les couleurs de l’équipe de 2011 à 2015 et qui s’aligne maintenant avec les Red Wings de Detroit.