Mikhail Grigorenko est très excité de jouer son premier match avec les Remparts demain au Colisée Pepsi face aux Huskies de Rouyn-Noranda.

Grigorenko, Sorensen et Erne: un trio de classe mondiale

Coéquipier, partenaire de trio et ami de Mikhail Grigorenko, le Suédois Nick Sorensen est emballé par le retour de ce dernier avec les Remparts de Québec. «Avec ce que j'ai vu de lui au Championnat mondial junior et à l'entraînement [jeudi], il nous aidera à remporter des matchs», confiait le numéro 94.
Sorensen retrouvait ainsi son joueur de centre de l'an passé, lui qui formera à nouveau une ligne de classe mondiale avec le Russe et l'Américain Adam Erne. Au-delà du plaisir de patiner en leur compagnie, le vétéran de 19 ans pensait d'abord à l'équipe.
«Pour l'instant, ce sera à lui de s'adapter et de nous aider du mieux qu'il le peut. Nous devons continuer à faire ce qu'on fait bien, nous avons un concept gagnant, ici, un bon groupe de gars où tout le monde s'entend bien. "Grigo" va s'intégrer parfaitement, il jouera un grand rôle dans nos succès», prétendait Sorensen.
Devenir un leader
À sa première journée de travail, Grigorenko respirait la joie de vivre. Il était souriant et se disait heureux de revoir ses potes et de connaître les nouveaux.
«J'ai eu beaucoup de plaisir à me retrouver sur la glace, même si l'exercice de patinage à la fin était difficile... J'aime l'ambiance qui règne dans le vestiaire, je pense qu'on aura une bonne équipe. Philippe [Boucher] m'a dit qu'on ne s'attendait pas à ce que je traîne le club sur mes épaules, mais on veut bien sûr que je sois un leader», confiait Grigorenko entre sa sortie de la patinoire et sa visite dans la salle de musculation.
Le numéro 25 a aussi retrouvé ses compagnons de trio, qu'ils estiment plus gros, plus forts et plus expérimentés qu'il y a près d'un an. Il a également eu la chance de s'exercer sur l'avantage numérique, «quelque chose que j'avais un peu oublié...»
«Nous avons quatre très bons trios, c'est une occasion unique de continuer à bâtir ce qu'on a commencé, et là, un autre bon joueur se joint à nous. Nous avions déjà une excellente ligne avec [Fabrice] Herzog, mais ce n'est jamais mauvais de jouer avec "Grigo", il peut fabriquer des jeux et nous aider à gagner des matchs serrés en faisant des choses spéciales. Il était le joueur avec les meilleures habiletés dans la Ligue, l'an passé, et c'est encore le cas, cette saison.
«Il est toujours bon, mais encore plus maintenant parce qu'il est plus mature et peut nous aider dans les deux sens de la patinoire. Il rendra tout le monde confiant et s'il montre le chemin, les gars vont le suivre», analysait l'ailier droit.
Sorensen n'hésite pas à nous corriger lorsqu'on lui suggère que les Remparts formeront un club redoutable avec la présence de Grigorenko. «Nous avions déjà l'impression d'avoir l'une des meilleures équipes avant son arrivée...», répondait du tac au tac celui qui a hâte au prochain match.
Ironiquement, Grigorenko affrontera le dernier club de la LHJMQ qu'il a croisé dans les séries, soit les Huskies de Rouyn-Noranda. Il ne cachait pas son enthousiasme à l'idée de revoir les fans des Remparts, demain (19h), au Colisée Pepsi. «Je suis excité de jouer mon premier match. J'ai hâte de retrouver les partisans. Québec, c'est probablement le meilleur endroit où j'ai joué au hockey», avouait avec un sourire révélateur celui qui avait amassé quatre points (un but et trois passes) dans une victoire de 5-3 à son premier match avec les Remparts après son renvoi par les Sabres, en mars 2013.
*****
En vitesse
La direction des Remparts, Philippe Boucher en tête, a rencontré les vétérans de l'équipe au cours des dernières heures à propos de la nomination du prochain capitaine qui sera dévoilé à l'issue de la séance d'entraînement vendredi matin. Le nom de Kurt Etchegary est sur toutes les lèvres pour succéder à Ryan Culkin... Avec un alignement en santé, quelques joueurs verront leur utilisation réduite ou modifiée par la force des choses. «Je n'ai pas senti personne malheureux, ce matin [jeudi]. Si on est près de la tête, c'est aussi grâce à ceux qui ont joué des rôles plus importants lorsqu'on en avait besoin, comme [Alexandre] Caron-Roy et [Massimo] Carozza. Il y a des gars qu'on apprécie et qui joueront moins, et s'ils se valorisent juste au temps de glace, ça ne veut pas dire qu'ils ne sont pas dans les plans», notait Boucher... Les Olympiques de Gatineau, qui jouent à Baie-Comeau ce soir, ont pratiqué tout juste après l'entraînement des Remparts, hier matin. À leur arrivée, tous les yeux étaient tournés vers Grigorenko.
*****
Enfin de la stabilité
Selon Philippe Boucher, Mikhail Grigorenko retrouvera une forme de stabilité à Québec. Selon lui, c'est ici qu'il en a eu le plus depuis trois ans. Jeudi matin, il a patiné à ses côtés pour la première fois après l'avoir déjà observé du haut des gradins. «J'ai vu un jeune qui avait l'air d'avoir du fun, qui était content d'être sur la glace. Il était heureux de revoir tout le monde», notait l'entraîneur-chef, qui a déjà inséré le numéro 25 dans la première unité en avantage numérique. «Sur le jeu de puissance, c'est [François] Godin qui sera en haut [à la ligne bleue], mais Grigorenko et Sorensen vont s'y retrouver aussi à l'occasion. Je ne veux pas leur imposer tel ou tel jeu, on ne les mettra pas dans une boîte en leur disant: voilà ce que vous allez faire. On ne veut pas menotter des gars aussi talentueux.»
L'embarras du choix
Jumelé à un alignement en santé, le retour de Mikhail Grigorenko donnait l'embarras du choix à Philippe Boucher pour composer ses trios. Si la réunion de Grigorenko, de Sorensen et de Erne allait de soi, il a muté Fabrice Herzog au duo formé de Kurt Etchegary et d'Anthony Duclair, tandis que le vétéran Olivier Archambault se retrouve au centre d'Adam Chapman et de Zachery Moody. «Ce n'est pas une mauvaise idée de retourner Adam à l'aile. Nous avons des habiletés à l'avant, mais on veut aussi avoir un club physique, et il [Erne] lui sera plus facile de le faire. Je pense que Fabrice peut bien compléter "Tony" et "Etch", qui jouent bien ensemble. "Archi" aime patiner et il peut être plus menaçant au centre.»
Les Remparts «encore là»
Malgré l'absence de plusieurs joueurs depuis le début de la saison, les Remparts pointent au cinquième rang de la LHJMQ. Et voilà que débarque un joueur de premier plan pour les 23 derniers matchs et les séries. «J'entends dire qu'on pourra revenir dans la course, mais "Grigo" n'a pas joué un match avec nous, et on est proches. J'ai fait le tour du calendrier, et Baie-Comeau a de loin le plus facile, mais il faut les gagner, ces matchs-là. Tant mieux si on peut s'insérer là-dedans et faire partie de l'équation. Il y en a plusieurs qui se réjouissaient peut-être de notre début de saison [une victoire dans les neuf premiers matchs], mais que voulez-vous, les Remparts de Québec sont encore là!», constatait Philippe Boucher.