Le capitaine des Remparts de Québec, Anthony Gagnon, a marqué deux gros buts dans la victoire 3-2 de son équipe contre les Olympiques de Gatineau.

Gatineau 2/Québec 3: Anthony Gagnon réplique deux fois plutôt qu’une [VIDÉO]

Piqué dans son orgueil par les propos de Patrick Roy à l’endroit des vétérans, samedi, le capitaine Anthony Gagnon a répliqué deux fois plutôt qu’une par la lame de son bâton, dimanche après-midi, à l’occasion d’un gain de 3-2 des Remparts de Québec aux dépens des Olympiques de Gatineau.

Et les amateurs présents au Centre Vidéotron ont eu droit à deux victoires pour le prix d’une, puisqu’on a présenté sur l’écran géant les dernières minutes de la conquête de la médaille d’or de l’équipe canadienne junior.

Gagnon a brisé une égalité de 1-1 en troisième période en touchant la cible coup sur coup pour paver la voie à cette victoire qui mettait fin à une séquence de trois défaites de suite. Elle permettait aussi aux Remparts de respirer plus à l’aise au classement, puisqu’ils repoussaient les Olympiques à six points d’écart.

«Je suis un gars avec de la fierté dans la vie, c’était vraiment important de jouer un gros match, de jouer avec constance, et d’amener ça dans tous les matchs, pas juste aujourd’hui [dimanche]. On s’est parlé, je ne pense pas que Patrick [Roy] voulait être méchant là-dedans. On ne joue pas comme on devrait le faire, on est tous au courant de ça. Parfois, ça fait juste du bien, un petit peu», confiait Gagnon après le match.

Il était surtout ravi de ce succès contre son ancienne formation.

«On l’avait échappé, hier [samedi], il était important d’aller chercher la victoire. Ils étaient en feu, ils nous rattrapaient au classement. Si on veut faire les séries, il faut gagner de genre de match», ajoutait le numéro 92.

L’entraîneur-chef, lui, a obtenu le rendement qu’il recherchait de la part de ses joueurs d’expérience. La veille, il avait fait la constatation que certains vétérans ne pouvaient pas donner ce qu’ils n’étaient pas en mesure de faire. Dimanche, il soulignait la contribution de Gagnon, du gardien Tristan Côté-Cazenave et du défenseur Darien Kielb.

«Les 20 ans sont des joueurs-clés dans notre équipe et les trois ont connu un bon match. Côté-Cazenave a fait les arrêts importants, Antho a marqué les deuxième et troisième buts, Kielb a bien fait en défensive. Je suis extrêmement content de la façon qu’on a rebondi de nos deux derniers matchs», admettait Roy, tout en soulignant la volonté de jouer de Thomas Caron malgré une blessure au visage de la veille qui le forçait à porter un grillage.

Outre Gagnon, Nathan Gaucher a marqué l’autre but des Remparts. Sa touche dès la 26e seconde de la deuxième période permettait aux Remparts de créer l’égalité 1-1.

«C’est le fun qu’un joueur te force la main… Je veux enlever de la pression sur l’équipe, tout le monde sait où l’on est, les partisans sont derrière nous, je veux que les gars se sentent bien. Ce que je souhaiterais voir, c’est de la constance. Et jeudi, contre Rimouski, il va falloir jouer ce type de hockey, même encore mieux, si on veut avoir une chance de gagner», ajoutait Roy.

Le match avait de l’importance au classement, car s’ils avaient perdu, les Remparts n’auraient eu que deux points d’avance sur les Olympiques.

«J’ai abordé le fait que les deux matchs contre Gatineau étaient importants, mais les gars sont quand même au fait du classement. Aucune équipe n’a pu se distancer ou se rapprocher de l’autre, notre but est de continuer à progresser comme équipe», ajoutait Roy.

NOTES: Blessé à une épaule depuis le début du mois de novembre, l’ailier Jacob Melanson a effectué un retour au jeu, dimanche, après avoir raté les 18 derniers matchs des Remparts… L’attaquant Hugo Audette a été rappelé pour le match de dimanche… Gabriel Montreuil (blessé) et Romain Rodzinski (retranché) n’ont pas disputé ce troisième match en trois jours. Même chose pour Yu Sato, parti représenté le Japon au Mondial junior du groupe 2… 

+

LE VIRAGE JEUNESSE SE POURSUIT

Afin de permettre à quelques jeunes joueurs d’avoir une plus grande utilisation, Patrick Roy a échangé l’attaquant de 19 ans Édouard St-Laurent aux Foreurs de Val-d’Or, dimanche matin, en retour d’un choix de quatrième ronde en 2020 et d’un autre de huitième tour en 2021.

Limité à une production de sept buts et 16 points en 38 matchs, le patineur de Lévis a été victime du virage jeunesse qui est en place chez les Remparts. 

«Ça n’a rien à avoir avec Édouard, ce sont les Nathan Gaucher et Xavier Fillion qui m’ont obligé à le bouger. Nathan joue tellement bien en ce moment, je ne peux pas le laisser sur la quatrième lige. Et Fillion, je l’aime au centre», expliquait l’entraîneur-chef et directeur général des Remparts, dimanche midi.

À la même période, l’an passé, Roy avait payé deux choix de deuxième ronde à Sherbrooke pour faire l’acquisition de St-Laurent.

Mais ce dernier n’a pas été en mesure de répondre aux attentes. Il n’avait marqué qu’un but à ses 25 derniers matchs.

«J’adore Édouard, c’est un chic type, une bonne personne et il est passionné par le hockey. Mais nous, on est rendu ailleurs et il faut croire à ce qu’on fait. Il faut faire jouer nos jeunes. Notre plan, c’est ça, il ne faut pas lâcher. 

De la manière dont Gaucher se comporte, ç’a aurait été un non-sens de le laisser sur la quatrième ligne pour un joueur qui ne serait pas revenu, l’an prochain», ajoutait Roy.

Roy sera à l’écoute jusqu’à l’heure limite des transactions, lundi midi, mais serait à l’aise de ne pas faire d’autres mouvements.

«Pour des 16 et 17 ans qui pourraient avoir un impact, je vais écouter, je le confirme, mais pas pour des choix», admettait Roy, qui apprécie la brochette de jeunes qu’il dirige, comme les James Malatesta, Théo Rochette, Nathan Gaucher, Cole Cormier, Nicolas Savoie, Charle Truchon, Jacob Melanson, Édouard Cournoyer et Émerik Despatie.

«Lorsqu’on prend une décision de cette envergure-là, il ne faut pas paniquer si on perd des matchs. On n’est pas en panique. C’est sûr qu’on ne sera pas toujours constant, qu’il y a des soirs où on va se gratter la tête, c’est ça, des jeunes. Quand je suis derrière le banc et que je regarde tous les jeunes devant moi, j’ai du fun, c’est excitant», notait celui qui a dirigé son 650e match comme entraîneur-chef dans la LHJMQ, samedi.