Brandon Frattaroli peut jouer au centre et à l’aile, une polyvalence appréciée par Patrick Roy.

Frattaroli fait sa place à Québec

Sans le savoir, les Remparts de Québec ont fait un coup double en procédant à l’acquisition de Brandon Frattaroli au moment où ils devaient remettre leur liste de protection, à la fin du mois d’août, puisque le joueur qu’il devait remplacer se joindra à l’équipe à temps plein après la période des Fêtes.

Frattaroli s’était alors amené de Gatineau en retour d’un choix de huitième ronde afin de combler la perte de Thomas Caron, qui avait manifesté son désir de retourner dans le junior AAA. Or, ce dernier a été plutôt convaincant lors de ses récents rappels, au point où il sera l’un des joueurs réguliers de l’équipe en seconde moitié.

Même chose pour Frattaroli, qui s’impose de plus en plus comme un attaquant en mesure d’aider le club de plusieurs façons. «Quand Thomas Caron a pris la décision de ne pas revenir, au camp, il nous manquait un joueur à l’avant. On avait regardé à gauche et à droite avec notre groupe de dépisteurs et son nom avait ressorti», racontait l’entraîneur-chef Patrick Roy.

«On est chanceux que ce soit arrivé, finalement, car Thomas va pouvoir revenir avec nous après les fêtes et “Frats” sera là, lui aussi. Ce que j’aime, c’est qu’il peut jouer au centre et à l’aile. Ce que j’aime encore plus, c’est qu’il est réceptif. Pour nous, il s’agit d’une très belle addition. Il a connu beaucoup de succès, l’an passé, avec Lac-Saint-Louis [midget AAA], il a de bonnes habiletés offensives, mais en même temps, c’est un gars qui travaille avec beaucoup d’acharnement.»

De plus en plus à l’aise

Le joueur de 18 ans se sent de plus en plus à l’aise avec les Remparts. Il avait disputé six matchs avec les Olympiques, l’an passé, et il montre un dossier de deux buts et cinq points en 21 matchs à Québec.

«Je joue présentement mon meilleur hockey depuis que je suis ici. J’essaie d’aider l’équipe à gagner. Je veux être bon dans ma zone défensive, compléter mes mises en échec, contribuer un peu à l’attaque. Patrick veut que je pratique mon style, que j’aille dans les coins, que je gagner mes batailles et que je sois efficace dans les trois zones», confiait-il, mercredi, après la séance d’entraînement au Pavillon de la jeunesse.

Le natif de Pierrefonds, dans l’ouest de Montréal, a joué pendant deux ans avec les Lions du Lac-Saint-Louis. Il a compilé un dossier de 29 buts et 64 points en 35 matchs, l’an passé. Il n’a jamais été repêché dans la LHJMQ, mais ses droits appartenaient aux Huskies de Rouyn-Noranda lorsque ceux-ci l’ont échangé à Gatineau avec un choix de deuxième ronde, en janvier 2018.

«J’étais plus nerveux au début de la saison, parce que le saut est grand entre le midget AAA et le junior, mais je me sens plus confiant maintenant, je connais aussi mieux les gars. J’étais très heureux d’appartenir à Gatineau, mais je ne pouvais pas demander mieux que d’être échangé aux Remparts», précisait le numéro 23.

Il complète présentement un trio avec Pierrick Dubé et Gabriel Montreuil. Il a préparé un très beau but lors du dernier match, à Shawinigan. «Je suis plus confiant avec la rondelle qu’à mon arrivée. Tour ce que je veux, c’est de tout donner à chaque match pour aider l’équipe à gagner. Je travaille fort dans les entraînements, car on joue comme on pratique», ajoutait celui qui admet avoir développé une belle cohésion avec Montreuil.

+

NOTES

- Ébranlé, la semaine dernière à Val-d’Or, l’ailier Mikaël Robidoux a repris l’entraînement avec contact.

- Les Remparts reçoivent les Cataractes de Shawinigan, vendredi, au Centre Vidéotron.