Olivier Archambault (93) et François Godin avaient la mine basse après l'élimination des Remparts en cinq matchs face aux Huskies, vendredi, à Rouyn-Noranda.

Fin de saison des Remparts: un cauchemar qui continue

À l'image d'une saison marquée par les blessures, les Remparts auront surmonté des embûches jusqu'à la toute fin, eux qui, au lendemain de leur élimination à Rouyn-Noranda, ont connu des ennuis avec leur autocar, sur le chemin du retour, samedi. Après presque 11 heures de route, les visages étaient donc longs, et les traits tirés, à l'arrivée au Colisée Pepsi. Pour plusieurs, le cauchemar ne faisait que continuer...
Joueur marqué au cours de la série opposant les Remparts aux Huskies, l'attaquant Adam Chapman n'a pas caché son dégoût devant la fin abrupte qu'a connue la formation en séries, vendredi. «C'était très difficile de jouer là-bas. Je n'ai pas cherché à analyser tout ça sur le chemin du retour. Je suis juste vraiment déçu.
«Je peux garantir que nous n'aurons pas une saison et des séries comme celles-là, l'année prochaine. On va ressortir vainqueurs. Pour plusieurs gars, ça fait vraiment mal de perdre de cette façon. C'est une bonne leçon, surtout si on obtient la Coupe Memorial. Mais pour le moment, ça fait mal», a indiqué la petite peste, qui s'entraînera à Québec tout l'été et croit «en avoir fait assez» pour décrocher l'un des trois postes de joueurs de 20 ans en vue de la saison 2014-2015.
L'Ontarien de 19 ans n'était pas le seul à avoir de la difficulté à digérer la défaite, samedi. Ayant connu une fin de saison difficile, le capitaine Kurt Etchegary, un autre candidat à un poste de 20 ans, avait peine à cacher son émotion.
«Honnêtement, ça fait aussi mal ce matin [samedi], qu'immédiatement après le match, vendredi. De dire que je suis désappointé, ça ne vient pas proche de décrire ce que je ressens en ce moment. C'est vrai pour tous les gars qui ont vécu ça deux fois. On est allés jouer dans cet aréna deux ans de suite, et le même scénario s'est répété. Ce n'est pas une belle façon de perdre, en trois matchs d'affilée.
«On voulait tellement gagner pour nos joueurs de 20 ans, pour leur permettre d'étirer leur carrière junior. Ça brise le coeur de perdre en première ronde», a affirmé le Terre-Neuvien, dont la saison a justement été écourtée par une opération à cet organe.
L'heure n'était pas encore au bilan samedi - l'organisation effectuera le sien demain, alors que les entraîneurs rencontreront les joueurs individuellement mardi -, mais plusieurs se demandaient si l'équipe possédant l'avantage de la glace était véritablement avantagée lorsqu'une série est disputée dans le format 2-3-2. Cette dernière est utilisée quand les adversaires sont séparés par plus de 800 km.
Indiscipline
Chez les Remparts, les absences des Adam Erne (rate) et Anthony Duclair (commotion cérébrale), ainsi que les performances en demi-teintes d'Olivier Archambault, qui jouait en dépit d'une blessure à un genou, ont fait mal. Leur apport offensif n'aura jamais été comblé. Mais ce n'est pas ce qu'a surtout retenu Etchegary.
«Nous avons été indisciplinés et n'avons pas travaillé assez fort. Je pense que lorsqu'on prend des pénalités, on permet à l'autre équipe de dicter l'allure du match. Et on ne peut pas permettre à une équipe comme celle-là de le faire, parce qu'elle joue 60 minutes sans relâcher.
«Évidemment, on aurait préféré avoir nos deux meilleurs marqueurs avec nous, mais il n'y a pas d'excuse. Nous aurions dû pouvoir aller chercher une ou deux victoires à Rouyn avec le talent que nous avons. Beaucoup de joueurs auraient pu en donner plus, moi le premier», a soutenu le centre de 19 ans, qui refuse de jeter la première pierre aux deux cerbères de l'équipe, François Brassard et Callum Booth.
Sorensen gardera de bons souvenirs
Meilleur marqueur des Remparts en séries avec six buts et trois passes, Nick Sorensen se montrait très lucide dans son analyse de la défaite des siens, au retour de l'Abitibi, samedi. «On s'est fait frapper, mais ils se sont fait frapper aussi. Ils ont joué de bons matchs. Honnêtement, ils méritaient de gagner la série. Je pense que de notre côté, notre jeu à cinq contre cinq n'était pas à son meilleur. Notre avantage et notre désavantage numériques ont cependant été remarquables.»
En compagnie de ses «incroyables» partenaires du trio européen Mikhail Grigorenko et Fabrice Herzog, le Suédois de 19 ans a animé l'attaque des Remparts, tout le long de la série. «Notre ligne a bien joué. Mais est-ce qu'on aurait pu en faire encore plus? C'est difficile à dire, en ce moment. Personnellement, je ne peux pas dire que je suis heureux de mes séries, parce que nous avons été éliminés en première ronde.» Malgré cette fin décevante, l'espoir des Ducks ne gardera que de bons souvenirs de son passage à Québec. «Je n'oublierai jamais la façon dont les Remparts m'ont appuyé à travers les blessures. Je veux remercier toute l'organisation, les fans, les joueurs avec qui j'ai joué au fil des ans. J'ai appris beaucoup. Cette expérience me servira tout le long de ma carrière.»
Douleur vive pour Erne
Adam Erne n'aura finalement disputé qu'un seul match avec les Remparts en séries - le dernier -, mais son effet aura été immédiat, lui qui a inscrit l'un des deux seuls buts de l'équipe dans la défaite de 6-2 aux mains des Huskies, vendredi. La douleur de la défaite n'était toutefois pas moins vive chez l'Américain de 18 ans, samedi.
Tenu à l'écart de l'action depuis le 16 février en raison d'une lacération de la rate, l'attaquant de puissance était persuadé qu'avec une victoire à Rouyn-Noranda, la troupe québécoise était en mesure d'effectuer une remontée dans la série. «Ce n'est vraiment pas un bon feeling. Surtout que nous avons perdu trois matchs d'affilée. On pense que si on avait pu revenir au Colisée, on aurait pu remporter la série. C'est dur à prendre.»
Ayant multiplié les efforts afin de revenir au jeu avant la date prévue du 31 mars, Erne aura à peine eu la chance de goûter au hockey des séries. «Je ne voulais pas quitter sans avoir disputer un match. Ça n'a évidemment pas tourné comme on le souhaitait. Ce n'est vraiment pas un sentiment agréable. Je voulais contribuer, mais ça n'a pas fonctionné...»
Physiquement, le deuxième meilleur marqueur des Remparts en saison régulière (21 buts et 41 passes en 48 matchs) se sentait bien, même s'il n'avait pas participé à un match depuis un mois et demi. «Je me sentais mieux que je pensais que je me sentirais. C'était évidemment difficile de revenir dans un match aussi relevé, avec autant de temps de glace, mais je pense que je me suis assez bien défendu.»
Erne est convaincu que la défaite subie lors du premier match à domicile aura été déterminante. «Si on avait remporté nos deux matchs à la maison, on aurait été dans une meilleure position. Une série 2-3-2, je ne trouve pas cela bon, mais c'est ça qui est ça! C'est un format qui nivelle le terrain de jeu, même si on se bat toute l'année pour l'avantage de la glace, mais il fallait trouver une façon de gagner.»
Il attend maintenant de savoir si le Lightning lui donnera un coup de fil afin de terminer la saison dans son système. S'il devait prendre la direction de Syracuse (LAH), il rejoindrait les anciens Remparts Cédrick Desjardins et Jonathan Audy-Marchessault. «S'ils appellent, ce serait agréable de vivre cette expérience. C'est entre leurs mains.»