Laissé de côté lors du match de vendredi, le gardien François Brassard termine les séries avec une fiche d'une victoire et de trois défaites, une moyenne de buts alloués de 3,93 et un pourcentage d'efficacité de ,897.

Fin de saison des remparts: pas de rancune chez Brassard

L'air morose, le gardien de but François Brassard n'avait qu'une chose en tête à son arrivée à Québec, hier : dormir. Même s'il n'a pas participé au dernier match de la série face aux Huskies vendredi, l'espoir des Sénateurs n'a pas réussi à fermer l'oeil, passant le long voyage de retour à ruminer l'élimination hâtive des siens.
De son propre aveu, la pilule a été dure à avaler pour le portier de 19 ans, qui aurait souhaité être sur la glace avec ses coéquipiers lors de la rencontre décisive. Le personnel d'entraîneurs des Remparts en a toutefois décidé autrement, faisant plutôt confiance à la recrue Callum Booth.
«J'aurais aimé ça être là pour la dernière game, mais ce n'était pas ma décision. [Lorsque je l'ai appris, ç'a été un coup dur], c'est certain. Ça s'est passé en arrivant à l'aréna. Il était 17h-17h15. Je m'attendais à partir le match. C'est certain que ç'a été dur à avaler. Il n'y a pas grand-chose que je pouvais faire...», a laissé entendre le Gatinois, qui a conclu la série avec une fiche d'une victoire et de trois défaites, une moyenne de buts alloués de 3,93 et un pourcentage d'efficacité de ,897.
La décision n'a pas manqué de surprendre Brassard, surtout qu'il estime avoir connu deux bonnes rencontres à Rouyn-Noranda. «Je trouve que les deux matchs que j'ai joués là-bas, j'ai très bien joué. J'ai donné une chance aux gars de gagner. C'est sûr qu'on a fait des erreurs en défensive sur lesquelles l'autre équipe a marqué. Je pense qu'on a manqué en défensive et que c'est ça qui a coûté la série.»
Le gardien de but ne considère toutefois pas le geste posé par Philippe Boucher et ses adjoints comme un désaveu. Malgré sa déception, il dit demeurer un Remparts et ne cherchera pas à changer d'adresse.
«Moi, je suis avec les Remparts depuis le début. Ce n'est pas à cause d'une décision comme celle-là que je vais demander aux Remparts d'être échangé. Je ne suis pas un gars comme ça. Je suis certain que Philippe va me parler de ce qui s'est passé, lorsqu'on va se rencontrer. On verra ce qu'il va me dire. Mais moi, je ne suis pas un gars rancunier», a-t-il affirmé.
Satisfait de ses séries
Il reste à savoir maintenant si la suite des événements affectera les chances de Brassard d'être mis sous contrat par les Sénateurs, eux qui ont jusqu'en juin pour le signer, après quoi il deviendra agent libre. «C'est certain que ça peut avoir un impact, mais moi, je suis quand même satisfait de mes séries. Il y a peut-être juste le premier match... Les Sénateurs feront leur opinion avec toute l'information qu'ils ont. Ils ont eu toute la saison pour venir me voir jouer et les séries», croit le 31 des Remparts.
D'ici là, il demeurera positif et continuera de croire en ses chances d'évoluer chez les professionnels, la saison prochaine. «Mon plan numéro un, c'est de jouer dans la Ligue américaine, mais je ne me ferme aucune porte. Si je reviens jouer ici, alors je reviendrai jouer ici. On va avoir encore une fois une très bonne équipe et une très bonne saison.»
Dans les prochains jours, Brassard ne détesterait pas recevoir un coup de fil de l'organisation des Sénateurs afin de poursuivre sa saison à Binghamton (LAH). «C'est sûr que j'aimerais continuer de jouer au hockey. Ce serait une bonne opportunité pour moi de continuer de m'améliorer, de me montrer et de me faire un nom pour l'année prochaine.»