Patrick Roy a plongé à fond dans le mandat que lui avait confié son ami Jacques Tanguay lors de sa réembauche, en 2018, soit de faire des Remparts une équipe pouvant aspirer aux grands honneurs.

Encore un peu de patience chez les Remparts

Pas de coup d’éclat à annoncer, mais la conviction d’avoir un avenir prometteur sous la main. «Il est facile de penser qu’on peut faire partie des bonnes équipes d’ici deux ans», estimait l’entraîneur-chef et directeur général des Remparts de Québec Patrick Roy, lundi après-midi.

Les Remparts avaient convié les médias de la capitale pour un point de presse quelques minutes après la conclusion de la période des transactions de la LHJMQ. L’opération avait aussi pour but de rassurer les partisans, qui font preuve d’une grande patience depuis la dernière participation de leurs favoris au tournoi de la Coupe Memorial, en 2015.

Depuis, c’est la disette. L’équipe n’a pas franchi la première ronde lors des quatre dernières saisons et ne devrait pas encore le faire, ce printemps. Mais il y a de l’espoir.

«Je peux comprendre qu’il y ait une certaine déception au fait qu’on ne gagne pas en première ronde, mais on a donné quelque chose à se mettre sous la dent à nos partisans. J’aime beaucoup où l’on est rendu. Je suis convaincu que les gens vont triper avec l’équipe qu’on met sur pied et qu’il y aura beaucoup de monde dans l’aréna tantôt», a dit le Diable rouge en chef.

Après avoir ouvert le vestiaire à plusieurs joueurs de 16 ans, cet automne, Roy a ajouté quelques espoirs de 17 ans, ces derniers temps, comme Théo Rochette et Cole Cormier. Il est emballé à l’idée de greffer à ceux-ci les futurs trois choix de première ronde de 2020 et 2021 et de nouveaux patineurs européens.

En fait, Roy a plongé à fond dans le mandat que lui avait confié son ami Jacques Tanguay lors de sa réembauche, en 2018, soit de faire des Remparts une équipe pouvant aspirer aux grands honneurs. Mais pour cela, il n’y a plus de voie rapide comme par le passé.

«Le rapprochement le plus facile à faire est celui avec 2003. On avait alors une bonne base de jeunes et on avait remporté la Coupe Memorial, deux ans plus tard. Le processus est sensiblement le même. Est-ce que le résultat sera le même? On verra, mais je vois cela d’un œil positif. Les gens qui me connaissent savent que j’adore gagner, mais où je surprends, c’est au niveau de mon ego. Je suis capable d’accepter où je suis et de vivre des moments plus difficiles.»

«Frapper un grand chelem»

Avec 12 joueurs de 17 ans et moins dans l’alignement, il risque d’y en avoir quelques-uns. Mais le Diable rouge en chef a le goût de relever le défi et d’amener l’équipe là où il le veut.

«Je ne suis pas venu ici pour frapper un circuit en partant. J’espère juste de frapper un grand chelem. Je ne débarquerai pas de l’aventure tant et aussi longtemps que je n’aurai pas atteint mon objectif comme entraîneur-chef», a indiqué Roy sous le regard complice de Tanguay.

Les Remparts auraient pu sacrifier quelques joueurs pour des choix, lundi matin, mais ils ont préféré garder leurs vétérans afin qu’ils jouent le rôle de mentors auprès des Malatesta, Rochette, Gaucher, Cormier, Truchon, Savoie et compagnie. Le directeur général veut aussi poursuivre les discussions avec des joueurs déjà repêchés ayant manifesté le désir de jouer plutôt aux États-Unis, comme William Rousseau, Adam Cardona et Mikaël Huchette.

Les Remparts vont se battre d’ici la fin de la saison pour obtenir leur billet éliminatoire. Pourraient-ils rater la danse du printemps pour la première fois de leur histoire?

«J’ai beaucoup plus peur qu’on sorte du boulier que l’on manque les séries», a répondu le dg. Rappelons que les équipes occupant les cinq dernières positions ont une chance d’obtenir le tout premier choix au repêchage, en juin prochain. Les Remparts seront les hôtes de l’Océanic de Rimouski, jeudi, au Centre Vidéotron.

+

SATO DEVRA FAIRE PLUS REVENIR

Si la décision devait être prise aujourd’hui, le Japonais Yu Sato ne serait pas de retour pour une deuxième saison avec les Remparts. Mais l’entraîneur-chef Patrick Roy est quand même prêt à donner une dernière chance de le convaincre du contraire à celui qui participe présentement à un tournoi international avec l’équipe nationale de son pays.

«Yu ne répond pas à nos attentes. Il est certain que de la façon dont vont les choses, présentement, il ne sera pas de retour l’an prochain. On est habitué d’avoir des joueurs européens de haut calibre et la deuxième moitié de saison sera très importante pour lui afin de nous montrer qu’il est capable d’être un joueur dominant dans notre ligue. Mais pour le moment, je dois admettre ne pas l’avoir vu», a-t-il indiqué à propos du joueur ayant été limité à quatre buts et neuf points en 31 matchs, cette saison.  

+

À TRAVERS LA LHJMQ

La fin de période des transactions dans la LHJMQ, lundi midi, a permis aux Saguenéens de Chicoutimi d’officialiser les acquisitions des deux médaillés d’or Dawson Mercer (Drummondville) et Raphaël Lavoie (Halifax). Outre William Dufour, qui évolue déjà avec les Voltigeurs, quatre choix de première ronde et quatre autres de deuxième ronde sont notamment impliqués. Les Sags ont aussi transigé avec Val-d’Or pour mettre la main sur le défenseur Karl Boudrias… Ailleurs, les Screaming Eagles du Cap-Breton ont cédé deux choix de troisième ronde et Shaun Miller aux Huskies en retour de l’ailier droit Tyler Hinam, l’un des joueurs-clés de l’équipe championne de l’an passé à Rouyn-Noranda… L’ancien des Remparts Olivier Mathieu a été échangé à Val-d’Or par Victoriaville en retour d’un choix de quatrième ronde… Comme prévu, le défenseur Jared MacIsaac, aussi médaillé d’or, est passé de Halifax à Moncton… Le Phoenix de Sherbrooke a payé un choix de première ronde en 2022 aux Olympiques en retour de leur capitaine Charles-Olivier Roy… Le joueur de 20 ans des Cataractes Mikaël Robidoux, surtout reconnu pour ses nombreuses suspensions, poursuivra sa carrière avec les Mariners du Maine dans la ECHL…