Nicolas Roy, poursuivi par Andrew Coxhead, contourne le but du gardien des Remparts, Evgeny Kiselev. Le capitaine des Saguenéens a récolté une passe dans la victoire des siens.

Encore l'effort, sans résultat

Les Remparts étaient nez à nez avec les Saguenéens toute la soirée, mercredi. Mais quatre minutes de pénalité pour un coup de bâton accidentel, c'était sept secondes de trop. Les visiteurs sont repartis du Centre Vidéotron avec un gain de 5-3.
Cinquième revers de suite pour les Remparts, malgré ce bel effort encore souligné par l'entraîneur Philippe Boucher. N'empêche qu'à l'aube des séries éliminatoires, la semaine prochaine, la statistique inquiète.
«Quand tu donnes tout, tu as besoin que les chances tournent de ton bord. Les gars auraient mérité qu'elles aillent de notre bord, ce soir, mais ça n'a pas été le cas», a expliqué Boucher, soulignant devoir naviguer avec seulement 10 attaquants, dont deux de 16 ans.
Plusieurs tirs qui ratent le filet, surtout en deuxième période. Engagement au cours duquel les locaux ont eu le dessus, mais sans en sortir en avance au pointage. Chose sûre, c'était mieux que la raclée de 6-0 encaissée face à ces mêmes Sags, il n'y a même pas deux semaines.
La pénalité qui tue est survenue en milieu de troisième, le bâton d'Andrew Coxhead perdu au visage de Joey Ratelle, qui saignait. Quatre minutes au cachot pour la recrue des Remparts.
Chicoutimi possède un excellent jeu de puissance. Le but vainqueur est venu au bout de 3 min 53 d'attaque massive et de la part du quart-arrière Frédéric Allard, défenseur de 19 ans originaire de Québec qui disputait peut-être son dernier match avant très longtemps dans sa ville natale.
«Oui, la pénalité de quatre minutes a fait mal», a reconnu Boucher. «Mais quand tu es responsable de ton bâton, le gars qui a entré le sien entre les jambes de Coxhead [pour le faire trébucher] une minute avant, lui aussi était responsable de son bâton. Ça aurait pu changer la game!» s'est plaint le coach, relevant de plus une infraction non méritée, selon lui, imposée à son équipe qui a coûté un autre but, en deuxième période.
Des «fusées» en deuxième
De l'autre côté, l'entraîneur des Saguenéens Yanick Jean reconnaissait que les Remparts «auraient pu mettre ce match-là hors de notre portée en deuxième période. Ils avaient l'air des fusées, à côté de nous! On a oublié de travailler, en deuxième. On est en préparation pour les séries, tu veux jouer avec émotion, avec détermination, mais on dirait que certains de nos joueurs sont en attente, ils ne veulent juste pas se blesser.»
Dans le camp perdant, Philip Kurashev et Shaun Bily ont chacun amassé un but et deux aides, tandis que Mathieu Ayotte a aussi marqué. La réplique saguenéenne venait de Kelly Klima, deux fois aidé de son jumeau Kevin, ainsi que de Mark Bzowey, après s'être battu avec Alexandre Drapeau. Vincent Tremblay-Lapalme a confirmé la victoire des Bleuets dans un filet désert.
Pendant ce temps, Saint-Jean s'assurait d'un quatrième championnat de saison en huit ans. Les Remparts ne sont quant à eux toujours pas fixés sur leurs premiers adversaires éliminatoires, même si plusieurs indices pointent vers Bathurst.
L'idée d'exclure Rimouski des séries vendredi sourit au vétéran Maheux, qui y voit une revanche pour la défaite en grande finale il y a deux ans. La saison régulière des Remparts se conclut samedi après-midi à Québec, contre Sherbrooke.
«Dans nos trois derniers matchs, on a tiré du positif, mais il faut juste trouver une façon de gagner. On veut aller chercher une victoire avant les séries», insiste Maheux.
La tenue du match pas en danger
L'entraîneur-chef et directeur général des Sags, Yanick Jean
Sachant que le temps sur Québec allait s'éclaircir, il n'a jamais été question de reporter le match entre Remparts et Saguenéens, mercredi soir, au Centre Vidéotron. Même sans l'électricité du réseau habituel, les génératrices pouvaient assurer l'éclairage et l'énergie nécessaires pour la tenue de la rencontre.
«Je pense que c'est un bon building. D'après moi, ils sont contents aujourd'hui de l'avoir bâti!» s'est esclaffé l'entraîneur-chef et directeur général des Sags, Yanick Jean (photo), une heure et demie avant la partie, en bordure du vestiaire presque neuf. Sa troupe était plus qu'à l'heure, même un peu d'avance. «On savait exactement ce qui en était, les communications avec les Remparts et la ligue ont été super. On avait étudié toutes les possibilités, de partir hier ou d'attendre, et on en est venus à la conclusion qu'il valait mieux partir pour la game, un peu en avance. On est partis à 14h et le Parc [des Laurentides] était beau.»
Jean et ses Sags tentent d'enregistrer la saison régulière la plus fructueuse du club en plus d'une décennie, soit depuis la saison de 106 points de 2005-2006. Chicoutimi avait obtenu 82 points en 2007-2008, mais au bout de 70 matchs. Deux de plus que maintenant. Leur reste juste un aller-retour contre Baie-Comeau, vendredi et samedi, pour boucler les 68 rendez-vous en six mois.
Ensuite, place aux séries. Les dernières répétitions serviront à solidifier la constance des dernières semaines, selon le patron. Mais l'attaquant russe de 18 ans German Rubtsov, auteur de 22 points en 16 matchs depuis qu'il a joint l'équipe le 19 janvier, n'affrontera pas plus le Drakkar en fin de semaine qu'il ne l'a fait face aux Remparts, mercredi soir. D'abord à l'écart du jeu pour deux semaines à cause d'une blessure, l'espoir des Flyers de Philadelphie devrait donc reprendre le collier «mardi ou mercredi prochain. On va voir rendu là», laisse entendre Jean.