Conscient que les Remparts sont loin d’avoir joué un match parfait mercredi , Philippe Boucher a tenu jeudi une séance vidéo avec ses joueurs afin de les conscientiser au sujet de leurs lacunes.

Des Remparts conscients de leurs lacunes

CHARLOTTETOWN — Pendant que quelques joueurs des Remparts s’amusent sur la glace, d’autres bottent un ballon dans le corridor de l’aréna au son d’une musique forte et rythmée. Les «coachs» gardent la forme avec un peu de jogging. Dehors, le printemps s’invite sur l’Île-du-Prince-Édouard. L’heure est à l’attente.

Jeudi s’avérait la dernière journée pour souffler avant le sprint final de cette série de première ronde entre les Remparts de Québec et les Islanders de Charlottetown. Matchs quatre et cinq vendredi et samedi, en plein berceau de la Confédération canadienne, puis long retour de près de 1000 km vers la Vieille Capitale pour y disputer, si nécessaire, les sixième et septième affrontements, lundi et mardi.

L’occasion pour le patron Philippe Boucher d’effectuer une petite mise au point auprès de ses hommes. Oui, les Remparts mènent la série 2-1. Et oui, gagner le premier match éliminatoire sur la route, mercredi, a constitué une grande satisfaction. Mais la séance vidéo avant le souper a aussi permis de mettre en lumière de nombreuses lacunes.

«Il faut être un peu réalistes, on n’a pas disputé notre meilleure partie, mercredi. On peut jouer mieux. Il faut jouer mieux», résume Boucher.

Il parle entre autres d’effectuer un meilleur échec avant, ce que seul le trio formé de Jesse Sutton, Andrew Coxhead et Matthew Grouchy est vraiment parvenu à faire aux dépens des Islanders dans le troisième match. Cette ligne a d’ailleurs récolté cinq points dans la victoire de 4-2 et un différentiel collectif de + 7.

Le solide ailier gauche Sutton, dont c’était le 20e anniversaire mercredi, a d’ailleurs reçu comme cadeau le privilège d’insérer la rondelle de la victoire dans la pyramide des séries que se construisent les joueurs des Remparts dans le vestiaire. 

«Les trios de Matt [Boucher] et Phil [Kurashev] devront aussi passer plus de temps dans leur zone. On peut être plus dangereux offensivement et ça va passer par plus d’engagement», indique l’entraîneur Boucher, précisant que le Russo-Suisse Kurashev était resté à sa chambre d’hôtel jeudi pour continuer à combattre un streptocoque à la gorge.

L’expérience du bon côté

Matthew Boucher, vétéran de dernière saison junior, admet avoir connu de meilleurs moments entre Olivier Garneau et Pascal Laberge lors de leur réunion dans le deuxième match.

Grouchy a inscrit un but sans aide mercredi à la suite d’un revirement en zone neutre. Ce qui fait dire au capitaine Boucher que dans les dernières années, le manque d’expérience rendait les Remparts victimes de ce genre de revirements plus souvent qu’à leur tour. Mais cette fois, l’expérience est de leur bord, croit-il.

Son ancien compagnon de trio Louis-Filip Côté a quand même vu que cela ne tient pas à grand-chose, surtout en séries. Ratant une échappée en infériorité numérique en milieu de troisième période mercredi, un but qui aurait scellé la victoire pour Québec, la contre-attaque des Islanders a abouti au but de Saku Vesterinen et relancé le débat jusqu’à la toute fin et le but dans un filet désert de Boucher.

«Il fallait que je la mette dedans», n’a pu que regretter Côté, le lendemain.

***

MEILLEURE PARITÉ, BON OU MAUVAIS?

Avec une seule des huit séries de première ronde balayée en quatre matchs (Blainville) et trois à égalité 2-2, plus la possibilité d’une quatrième entre Québec et Charlottetown vendredi, la parité fait plus que jamais office de loi dans la LHJMQ. Surtout que deux des affrontements égaux opposent les équipes classées aux deuxième (Bathurst) et troisième (Rimouski) rangs du classement contre les numéros 15 (Chicoutimi) et 14 (Moncton). «On suit la tendance de la LNH. La première ronde est souvent la plus difficile à passer», affirme Philippe Boucher. Peu surpris de cette nouvelle dynamique, le coach et dg des Remparts dit la voir se traduire dans ses discussions de transactions avec ses homologues de la ligue. «Tous les dg veulent maintenant passer au moins une ronde», résume-t-il. Si cela semble favorable à première vue, reste à savoir si les résultats de la LHJMQ au tournoi de la Coupe Memorial n’en pâtiront pas. En plus d’être moins «paquetée» que par le passé, la formation championne risque aussi d’y arriver plus fatiguée.

***

SE SACRIFIER PLUS, BLOQUER PLUS DE TIRS

Les Remparts ne pourront pas accorder près d’une quarantaine de lancers à chaque match et espérer remporter cette série. Le défenseur Étienne Verrette en est conscient et souhaite voir son unité «se sacrifier davantage et bloquer plus de tirs», vendredi soir, dans le quatrième affrontement. «On dit remercier Antoine [Samuel] pour mercredi», a ensuite insisté le numéro 6, à propos de son gardien qui a bloqué 35 rondelles dans la victoire de 4-2 à Charlottetown. «À nous maintenant de nous mettre plus souvent devant les tirs des Islanders et aussi de simplifier notre jeu en défensive. En même temps, on peut vivre avec s’il y a beaucoup de lancers en provenance de l’extérieur», ce qui était quand même le cas de la plupart des projectiles dirigés vers Samuel dans le match trois.