L'entraîneur-chef Philippe Boucher en compagnie d'Éric Nadon, une des 22 recrues à se présenter au camp d'entraînement des Remparts de Québec.

Des recrues pourraient forcer la main de Boucher

Avec une équipe affichant presque complet avant le début du camp d'entraînement, les postes se feront rares pour les 22 recrues des Remparts, qui se présentaient pour la première fois au Pavillon de la jeunesse, en matinée, mercredi.
L'entraîneur-chef Philippe Boucher s'est dit toutefois ouvert à ce que les nouveaux venus lui forcent la main, comme l'avaient fait Mikaël Robidoux et Jérémy Laframboise au cours des deux dernières années.
«Devant le filet, on a un vétéran [Dereck Baribeau] qui est là. À l'arrière, on a beaucoup de gars qui reviennent. Et à l'avant, c'est la même chose. Mais il y a deux ans, on ne pensait pas vraiment qu'il y avait de la place pour un Robidoux et il a fait sa place. L'année passée, ç'a été Laframboise. Je suis convaincu qu'il va encore y en avoir cette année», a raconté le pilote, qui avait déroulé le tapis rouge pour accueillir la nouvelle cuvée de Diables rouges au centre d'entraînement de l'équipe.
Dans le lot, Boucher et ses adjoints jetteront un coup d'oeil plus sérieux sur l'attaquant Pierrick Dubé (Blizzard du Séminaire Saint-François), choix de première ronde de l'équipe en juin. «J'essaie de ne jamais mettre des attentes trop élevées. S'il le faut, on est très à l'aise de le retourner dans le midget AAA avec une bonne équipe, où il peut dominer et espérer gagner.
«D'un autre côté, j'ai vraiment hâte de le voir sur la glace. C'est un joueur qu'on a suivi, qu'on a aimé, qu'on aime. J'espère qu'il va pouvoir se démarquer au cours de la fin de semaine», a souhaité Boucher.
Trois matchs en trois jours
À partir de jeudi, Dubé et les autres recrues des Remparts tâcheront justement d'impressionner la direction de l'équipe lors d'un tournoi qui les opposera aux nouveaux venus des Saguenéens, du Drakkar et de l'Océanic, à Chicoutimi. La grille d'évaluation de Boucher ne comporte qu'un seul critère. «Ce que je veux voir, c'est de l'implication», dit le coach.
«C'est exigeant, ce qu'ils vont faire là-bas. On s'en va là avec seulement 22 joueurs au lieu d'une trentaine. C'est trois matchs en trois jours. Ce n'est pas facile. D'un autre côté, si tu veux avoir une chance de jouer pour les Remparts, il faut que tu sois capable de passer à travers de ça. On a repêché beaucoup de jeunes de caractère, des jeunes qui s'impliquent, des jeunes dédiés. C'est ça que je veux voir», a résumé le grand patron du secteur hockey des Remparts.
Pour quelques joueurs mieux connus de l'organisation, tels qu'Olivier Mathieu, Guillaume St-Pierre, Liam Leonard et Oliver Troop, le tournoi sera l'occasion de faire une bonne deuxième impression. C'est ce que tentera également de faire le centre Laframboise, qui avait été cédé au Collège Charles-Lemoyne aux Fêtes, après avoir disputé la moitié de la dernière saison à Québec.
«Je me suis entraîné tout l'été, je n'ai pas vraiment pris de vacances, parce que je voulais avoir un bon camp cette année. Je repars ça à zéro. J'ai travaillé fort pour faire comme l'année passée, connaître un bon camp et essayer de faire l'équipe encore. Je ne prends rien pour acquis. Il faut que je refasse mes preuves.»
Même son de cloche du côté de Troop, une tour de 6'6" ¾!, qui espère décrocher le poste d'auxiliaire au gardien Dereck Baribeau. Le Néo-Écossais de 16 ans, qui avait tenu à protéger son admissibilité aux collèges américains l'année dernière, se dit maintenant prêt à faire le saut chez les Remparts. 
«L'an dernier, je voulais être avec les Remparts, mais ils avaient déjà leurs gardiens de but, alors je préférais garder mes options ouvertes. Je m'étais quand même présenté pour que les gens des Remparts puissent mettre un visage sur mon nom. Cette année, je suis totalement engagé envers les Remparts. Je suis très heureux d'être ici et j'espère rester.»
Pierrick veut imiter papa Roger
Pierrick Dubé, un choix de première ronde des Remparts, a la ferme intention de décrocher un poste avec l'équipe malgré ses 16 ans, tout comme son père Roger l'avait fait en 1982.
Trente-cinq ans après son père Roger, Pierrick Dubé s'amène au camp des Remparts avec la ferme intention de décrocher lui aussi un poste au sein de la formation junior à l'âge de 16 ans.
Au moment où s'ouvre le camp des recrues, les attentes sont grandes envers Dubé, sélection de première ronde des Remparts, 18e au total, en juin. Fils d'un ancien Diables rouges, l'attaquant de Charlesbourg semble prédestiné à endosser l'uniforme de l'équipe dès cette saison.
«C'est mon but principal. Je me suis entraîné très fort avec Alexandre Guérard [entraîneur adjoint Titan d'Acadie-Bathurst] cet été pour atteindre mon objectif, qui est de percer l'alignement. Je vais montrer tout ce que je suis capable de faire. Il y a un petit peu de nervosité, mais c'est de la bonne nervosité.
«Je ne me fais pas trop de pression avec ça. Je vais jouer mon hockey comme je suis capable de le jouer et tout va bien aller», a ajouté celui dont le père Roger (choix de 4e ronde, 34e au total, en 1982) a notamment disputé trois saisons avec les Remparts, avant de connaître une longue carrière professionnelle en France.
Fort du bagage acquis lors de la conquête de la Coupe Jimmy-Ferrari par le Blizzard ce printemps, Dubé se croit d'autant plus prêt à faire le saut au niveau supérieur, lui qui a cumulé 11 buts et 18 passes en 39 matchs, la saison dernière.
«Ça m'a fait beaucoup grandir mentalement et physiquement. On s'est rendu jusqu'au bout. On ne peut pas se reprocher quoi que ce soit. Je vais essayer d'apporter tout ce que j'ai donné l'année passée, ici, au camp d'entraînement», a affirmé l'auteur de trois buts et sept passes en 11 matchs des séries éliminatoires.
Pour se préparer, l'ailier droit natif de Sept-Îles a pu compter sur les précieux conseils de l'entraîneur-chef du Blizzard, Martin Laperrière. «Il m'en a beaucoup parlé dernièrement et il m'a conseillé de jouer de la même façon que je jouais dans le midget AAA, de ne pas m'ajuster en fonction des autres, de jouer comme je suis capable de le faire.»
Pas de quartier
Doté d'un petit gabarit - il mesure 5'7" et pèse 152 livres -, Dubé se croit capable de tenir son bout dans une ligue où il n'est pas rare de trouver de robustes défenseurs de plus de six pieds. «Je n'ai pas un gros gabarit, mais je suis capable de jouer très gros. Je ne me fais pas peur avec ça.
«Dans le midget AAA, il y avait quand même des gros gars et aller dans le coin contre eux, ça ne me dérangeait pas. Alors je ne vois pas pourquoi ça me dérangerait dans le junior», a-t-il laissé tomber.
C'est d'ailleurs avec cette attitude que Dubé participera au tournoi des recrues qui opposera les nouveaux venus des Remparts à ceux des Saguenéens, de l'Océanic et du Drakkar, à Chicoutimi, à partir de jeudi. «Je veux montrer toutes les facettes de mon jeu. Mon gros atout, c'est surtout la vitesse, mon sens du hockey en zone offensive et mon lancer. C'est ce que je vais essayer de montrer.»
Sur la glace, celui qui a participé au camp d'évaluation de Hockey Canada en vue du Défi mondial des moins de 17 ans n'entend pas faire de quartiers à qui que ce soit... même ses propres coéquipiers du Blizzard, Guillaume St-Pierre, Xavier Cormier et Félix-Olivier Chouinard!
«On est tous là pour faire nos preuves. On est tous là pour faire l'équipe. Alors je pense qu'on va se respecter, mais je ne pense pas qu'on va être amis sur la glace. On va être là avec chacun notre but et on va tous essayer de l'atteindre.»
Encore plus de saveur locale
Au cours des trois dernières années, les Remparts ont fait le plein de talent local, autant par voie de transactions que par le repêchage. Cette tendance s'est encore alourdie lors du dernier encan de la LHJMQ, alors que l'organisation sélectionnait quatre joueurs de Québec dans les trois premières rondes : Pierrick Dubé, Félix-Olivier Chouinard, Xavier Cormier et Gabriel Montreuil. «On a de plus en plus de gars de la région de Québec dans notre alignement. On a eu Turcotte et Maheux qui viennent de s'en aller, mais on a encore Boucher, Garneau, Gagné, Baribeau, des gars qui sont fiers de porter le chandail. C'est important quand on repêche. [...] On veut des gars à qui on donne un chandail et qui sont prêts à venir ici à pied, peu importe la distance à faire, pour jouer fièrement pour les Remparts de Québec. Et c'est un peu ça qu'on espère avoir trouvé», a indiqué l'entraîneur-chef Philippe Boucher.
Cinq Américains au camp
L'attaquant Shaun Bily fera son entrée en scène avec les vétérans dimanche.
Toujours difficiles à attirer par les équipes de la LHJMQ, les joueurs américains seront au nombre de cinq, à l'actuel camp des Remparts. Outre l'attaquant Shaun Bily, qui fera son entrée en scène avec les vétérans dimanche, les invités Owen Liskiewicz, un gardien de 19 ans du New Jersey, et Jake-Alexander Putman, un attaquant de 17 ans du Texas, ainsi que les choix au repêchage Benjamin McGlashing et Braeden Virtue, respectivement centre et défenseur du Massachusetts, seront de la partie. «Virtue vient avec l'espérance de rester. C'est ce qu'il veut nous montrer, qu'il peut rester, malgré qu'il va le faire en 48 heures. Ce n'est pas la chose la plus facile. C'est un combat pour nous. Souvent les conseillers de ces jeunes-là, aux États-Unis, leur disent de ne pas venir dans les camps d'entraînements. [...] Ces jeunes-là, depuis qu'ils sont jeunes, qu'ils choisissent leurs équipes et leurs entraîneurs. C'est la première fois de leur vie qu'on les repêche et leur dit où aller jouer...»