Les Remparts ont repris le boulot, lundi matin, en prévision de leur rentrée au Centre Vidéotron, vendredi contre Shawinigan et samedi contre Gatineau.

Des raisons d'être optimistes chez les Remparts

«Peu importe le résultat, en fin de semaine, nous avons plusieurs raisons d'être optimistes», indique l'entraîneur-chef Philippe Boucher, dont la troupe a remporté ses deux premiers matchs de la saison, vendredi et samedi.
Les Remparts de Québec ont repris le boulot, lundi matin, en prévision de leur rentrée au Centre Vidéotron, vendredi contre Shawinigan et samedi contre Gatineau.
«Nous aurions été positifs même si on avait perdu à Chicoutimi et Baie-Comeau, mais c'est le fun de voir que les résultats sont là. À court terme, c'est beaucoup plus plaisant de retrouver nos partisans avec une fiche de 2-0 que d'être obligé d'essayer de se justifier», a reconnu l'homme de hockey qui entreprend sa cinquième saison à la barre de l'équipe de la LHJMQ.
Les siens ont signé des victoires de 3-1 et 4-1 sur les patinoires des Saguenéens et du Drakkar. Deux matchs où les Remparts ont dominé, notamment au tableau des lancers. Ils ont lancé 37 et 42 fois vers les gardiens adverses, n'en concédant que 25 et 23.
Même qu'en grimpant dans l'autocar, vendredi, Boucher était confiant, sachant que son club était rendu là où il l'avait planifié avec ses adjoints.
«Je suis content de voir que tout cela s'est matérialisé. J'ai aimé toutes nos facettes du jeu. [Dereck] Baribeau a été solide, et je lui faisais remarquer que l'on avait donné beaucoup moins de lancers et de chances de marquer que l'an dernier. Défensivement, on a été solide. On n'a donné que deux buts en deux matchs, accordé 25 lancers et moins à chaque fois, ça fait un bout de temps qu'on n'avait pas réussi ça», a convenu Boucher.
Et si les gardiens Zachary Bouthillier (Chicoutimi) et Antoine Samuel (Baie-Comeau) n'avaient pas été à leur affaire, les Remparts auraient sûrement touché la cible plus souvent qu'ils ne l'ont fait dans des causes gagnantes.
«Ce n'était pas un voyage aussi facile que cela avec de la route de nuit vers Baie-Comeau, mais ç'a bien été. Nous avons eu plusieurs chances de marquer, on a menacé, mais on a affronté deux bons gardiens. Offensivement, j'ai noté qu'on avait du dynamisme. Ce sont pas mal les mêmes qui ont marqué, mais je pense que notre production offensive peut venir de partout.»
Boucher et Gentile les plus actifs
Matthew Boucher (2-3), Derek Gentile (1-4) et Philipp Kurashev (2-2) ont été les plus actifs sur la feuille de pointage. Boucher a été considéré pour le titre de joueur de la semaine Ultramar remis à Simon Lafrance (Val-d'Or) pour ses six points.
Boucher regardait son équipe, lundi matin, sur la glace du Pavillon de la jeunesse, et ne pouvait s'empêcher de la projeter dans un avenir à moyen et long terme.
«Il y a trois ans, je n'étais pas certain que les [Matthew] Boucher et [Olivier] Garneau pourraient jouer sur nos deux premières lignes. Ils le font bien, on est content de ça. Mais que je regarde nos pratiques, cette année, je peux dire que certains de nos jeunes, comme [Olivier] Mathieu et [Pierrick] Dubé pourront le faire à leur tour plus tard.»
Chose certaine, pas question de flotter sur un nuage pour la suite. «J'ai aimé ce que Martin [Bernard] a dit après le match à Baie-Comeau à l'effet que son équipe avait peut-être pris ça un peu facile au lendemain d'une victoire de 5-0, et ce, même si je trouve qu'on a vraiment bien joué et qu'on n'a rien donné. D'un autre côté, ce n'est pas parce qu'on a connu un beau week-end qu'on va penser que la suite sera facile, ce n'est pas notre genre!»
Picco: «Le jour et la nuit avec l'an passé»
Andrew Picco (photo) a pris le Tchèque Tomas Dajcar sous son aile sur la paire principale de défenseurs des Remparts.
Identifié comme joueur de 20 ans, le défenseur Andrew Picco a montré sa valeur, en fin de semaine. Non seulement a-t-il joué du hockey de meilleure qualité qu'à son retour au jeu l'an dernier, mais il a pris le Tchèque Tomas Dajcar sous son aile sur la paire principale de défenseurs des Remparts.
«La différence dans mon jeu avec la saison dernière était le jour et la nuit. Je suis en bien meilleure condition physique, mais je me sens aussi bien mieux mentalement», a admis l'arrière ayant frôlé la mort, à l'été 2016.
«Je dois beaucoup à Philippe [Boucher], qui m'a permis de revenir au jeu la saison dernière et qui me fait confiance pour être un joueur de 20 ans», dit-il à propos de celui qui l'avait repêché à Rimouski avant de s'amener à Québec. Le choix de cinquième ronde de l'Océanic en 2013 est aussi le mentor de Dajcar, le choix européen des Remparts, cet été. Le grand défenseur de la République tchèque s'est bien tiré d'affaire à ses deux premiers matchs en sol québécois.
«Il est grand, gros et sait quoi faire sur la glace. J'ai toujours joué avec des joueurs plus jeunes, ce n'est pas un gros changement pour moi. Il est intelligent, et malgré la barrière des langues, il communique bien», a résumé Picco.
Son nouveau coéquipier était ravi de ses débuts dans la LHJMQ. «J'étais un peu nerveux, mais je le suis avant chaque match. Je suis surtout content qu'on ait soutiré deux victoires. J'ai trouvé le rythme plus rapide et le jeu plus physique que dans les parties préparatoires. Ça m'aide de jouer avec un gars aussi expérimenté et je pense bien pouvoir tenir mon bout dans cette ligue. Maintenant, j'ai hâte à mon premier match au Centre Vidéotron, vendredi», a dit Dajcar, qui a été ébranlé en bloquant un lancer, vendredi, mais pas au point de s'absenter pour le match du lendemain.