Dereck Baribeau, le gardien no 1 des Remparts, est échangé à Baie-Comeau contre Kyle Jessiman, qui pourrait revenir comme joueur de 20 ans la saison prochaine.

Dereck Baribeau échangé à Baie-Comeau

Il n’y a pas fumée sans feu! On disait le Drakkar de Baie-Comeau intéressé par les services de Dereck Baribeau. C’était vrai puisque la formation de la Côte-Nord a acquis le gardien des Remparts de Québec, tard mercredi soir, dans une transaction envoyant le gardien de 19 ans Kyle Jessiman dans la capitale.

Les deux gardiens de but réguliers des Remparts sont donc passés sous d’autres cieux depuis le début de la période des échanges. Dimanche, Anthony Morrone partait pour Drummondville en retour d’un choix de troisième ronde en 2019. Voilà que le gardien no 1 de l’équipe s’en va à Baie-Comeau en retour d’un autre qui pourrait revenir comme joueur de 20 ans la saison prochaine.

«Ça fait partie des options. Contrairement à Dereck, Jessiman peut jouer comme 20 ans. Avec les discussions que j’avais avec le Wild [du Minnesota], il y avait une possibilité pour qu’il revienne aussi, mais cela a joué dans notre décision», expliquait Patrick Roy, en point de presse téléphonique en fin de soirée.

L’entraîneur-chef et directeur général des Remparts a adoré travailler avec Baribeau cette saison, même si ce dernier a raté plus d’un mois à cause d’une blessure à une main. La discussion ne s’est pas éternisée, mercredi soir, lorsqu’il l’a avisé de l’échange.

«Ça me fait penser quand Réjean Houle m’a appelé pour me dire que j’étais échangé [par le Canadien], on n’a pas jasé 15 minutes... Il y a des fois où il n’y a rien à dire. Je l’ai remercié pour ses services et lui ai dit qu’on s’en allait dans une autre direction.»

Roy n’a pas l’impression d’avoir sacrifié le présent pour favoriser l’avenir à moyen terme des Remparts. «Dereck et Jessiman ont à peu près les mêmes statistiques. Comme le dit l’expression, c’est quatre trente sous pour une piastre. Baie-Comeau vise les grands honneurs, et nous, on veut rester compétitifs», indiquait celui qui répétait ne pas vouloir échanger l’attaquant suisse Philipp Kurashev.

Natif de Châteauguay, Jessiman a été un choix de deuxième ronde de Cap-Breton en 2015. Il montrait une fiche de 15-6 et une moyenne de buts alloués de 2,81 cette saison. Baribeau, un choix de première ronde de Val-d’Or en 2015, affichait un dossier de 9-8 et une moyenne de 2,38 depuis le début de la campagne.

Étonné, mais flatté

«Comme Robidoux, je suis surpris parce qu’il [Roy] m’avait dit qu’il ne m’échangerait pas. Mais je suis vraiment content d’aller à Baie-Comeau, qui forme l’une des meilleures équipes de la Ligue. Je trouve ça flatteur que le Drakkar soit venu me chercher et je voudrai leur montrer que je peux aider une bonne équipe à gagner», confiait Baribeau, joint chez lui quelques minutes après l’annonce.

Acquis par Philippe Boucher à la même période, il y a deux ans, Baribeau s’imposait depuis comme le gardien no 1 des Remparts. «J’aimerais remercier Ghyslain Rousseau [entraîneur des gardiens] et Philippe de m’avoir tout appris. Si je suis devenu le gardien que je suis, c’est grâce à eux», ajoutait-il, avec une pensée pour son ami et ex-­coéquipier Louis-Filip Côté.

Roy misera donc sur un tout nouveau duo de gardiens avec Jessiman et Carmine-Anthony Pagliarulo, cerbère de 18 ans arrivé de Rimouski contre un choix de cinquième ronde en 2019. Il ne s’en faisait pas à l’idée de laisser partir un joueur de Québec.

«Moi aussi, je suis de Québec, mais ce qu’on veut, c’est une équipe gagnante. On n’a pas gagné une ronde depuis trois ans en séries, on veut offrir une équipe compétitive à nos partisans. On change la dynamique, mais on se retrouve avec deux bons gardiens qui peuvent revenir l’an prochain, et les deux vont pouvoir se livrer une belle compétition. Tous les rapports que j’ai eus sur Jessiman sont positifs.»