Darien Kielb ne s’attendait pas du tout à marquer trois buts dans un match et encore moins trois dans une même période, comme il l’a fait face aux Sea Dogs dimanche.

Darien Kielb en a perdu des bouts

Son dernier tour du chapeau devait remonter à l’époque où il n’avait que cinq ans. À vrai dire, Darien Kielb ne s’attendait pas du tour à marquer trois buts dans un match. Encore moins trois dans une même période!

«J’en ai perdu des bouts», disait en riant le défenseur des Remparts de Québec à propos de son exploit de dimanche ayant permis aux Remparts de se sauver de Saint-Jean avec une victoire de 7-5, leur troisième d’un voyage de trois matchs dans les provinces maritimes.

Kielb a inscrit les 4e, 5e et 6e buts des siens dans cette troisième période fort animée offensivement de la part des deux équipes.

«Je ne pensais pas vraiment à ça, je ne l’avais pas planifié. C’était le fun, mais c’était surtout plaisant de sortir avec la victoire et d’avoir aidé les gars à l’emporter. Je ne pensais jamais que ça m’arriverait dans le junior majeur», admettait le défenseur de 20 ans.

Si les Remparts ont marqué sept buts dans ce match, ils en ont aussi donné cinq. Mardi, à l’entraînement, l’entraîneur-chef répétait qu’il fallait réduire les chances de marquer de l’adversaire.

«Kielb a été excellent. Il a généré de l’offensive des deux côtés de la patinoire», notait Roy avec un clin d’œil.

Il faisait justement référence à ce problème qu’il a identifié depuis le début de la saison de son équipe.

«On demande à nos défenseurs de se porter à l’attaque, mais il faut savoir y aller dans les moments opportuns. C’est cette transition que nos joueurs doivent apprendre. On veut donner un peu moins de chances de marquer. À cinq contre cinq, on est toujours de 10 à 12, et si on était capable de réduire un peu, ça pourrait nous aider», notait le Diable rouge en chef, en précisant qu’il aimerait que l’arrière de 19 ans Dylan Schives lui en donne un peu plus.

Le numéro 74 était bien d’accord avec cette propension des Remparts à accorder trop de chances de marquer à l’adversaire. Il a son idée sur la façon de s’y prendre.

«Il faut réduire l’espace de manœuvre dans notre territoire, contrôler plus la rondelle et aider notre gardien. On doit aussi jouer plus physiquement près de notre filet. Présentement, je ne pense pas qu’on fait peur à personne devant notre gardien», estimait le natif d’Hamilton.

De la parole aux actes

Il est prêt à passer de la parole aux actes et faire en sorte de guider ses jeunes coéquipiers dans la bonne direction. Son expérience l’amène aussi à ne pas s’enflammer avec les résultats positifs des Remparts depuis le début de la saison.

«Nous avons un bon groupe de joueurs, on est content des trois victoires dans le voyage, mais on ne peut pas s’en satisfaire parce qu’on ne doit pas vivre dans le passé. Il faut se servir de ce qu’on a fait de bon et de travailler ce qu’on a à corriger. Il faut aussi se concentrer sur Chicoutimi, qui est l’une des meilleures équipes de la Ligue. Ils viendront ici, vendredi, pour mettre fin à notre séquence. On devra être prêt», notait celui qui avait porté l’uniforme des Remparts, en 2016-2017 avant de passer deux saisons chez les Olympiques de Gatineau.

Un discours répété par le capitaine, Félix Bibeau, qui s’y connaît en bonnes séquences, lui qui a remporté sa part de matchs dans le passé avec les Huskies de Rouyn-Noranda.

«Il faut savoir rester humble. Oui, on a remporté trois matchs de suite, mais on n’a pas encore gagné à Québec. On a été bon, en fin de semaine, mais il faut tourner la page. Les bonnes équipes, c’est ce qu’elles font. Quand tu gagnes ou perds 10 matchs de suite, tu dois rester positif et mettre tes bottes de travail.»

+

UNE FICHE QUE ROY ATTRIBUE À LA RÉSILIENCE DES JOUEURS

Au-delà de la fiche de l’équipe, Patrick Roy était d’abord curieux de voir comment sa jeune équipe allait se comporter en début de saison. Il a eu de quoi se réjouir lors des trois premières semaines du calendrier de la LHJMQ.

Les Remparts de Québec connaissent un excellent départ avec une fiche de 5-2 en sept matchs. Ils n’ont pas encore subi la défaite sur la route, où ils ont signé tous les gains à ce jour. Inversement, ils sont toujours à la recherche d’un premier succès au Centre Vidéotron, où ils retrouveront leurs partisans, vendredi (19h) et dimanche (Victoriaville).

«Je me demande si on n’a pas gagné tous nos matchs en troisième période sur la route? Chose certaine, on a été très résilient, les joueurs n’abandonnent pas. Ça démontre du caractère, c’est un peu ça qu’on recherchait», disait l’entraîneur-chef.

Il avait fait ses devoirs, car effectivement, les Remparts ont signé des victoires grâce à de bonnes fins de rencontres, jusqu’à présent. Ils l’ont emporté deux fois en temps supplémentaire (prolongation et tirs de barrage) et connu des troisièmes périodes productives lors des trois autres victoires.

«Honnêtement, je ne regardais pas ce qu’on allait avoir comme résultats en début de saison, je voulais surtout voir la façon que l’on se comporterait», admettait-il.

Son club produit à bon rythme depuis l’ouverture du calendrier. La jeunesse de l’équipe peut en être une raison, selon lui.

«Un peu tout le monde a participé au pointage, ce qui est le fun. Ça indique qu’on a une belle profondeur. Nos jeunes, comme Malatesta, Gaucher et Sato donnent ce qu’on pensait; même chose pour nos vétérans Bibeau, Gagnon, Caron et St-Laurent, qui connaissent tous un bon début de saison», ajoutait celui qui soulignait aussi le rendement du gardien de 16 ans Émerik Despatie, efficace dans la victoire en prolongation à Charlottetown, vendredi.

Vendredi, un défi différent attend les siens avec le passage à Québec des Saguenéens de Chicoutimi, identifiés comme étant l’une puissances de la LHJMQ.

«Ils ont une bonne force de frappe, c’est l’une des bonnes dans la Ligue. Ce qu’on a dit aux joueurs, c’est de continuer à travailler et de rester humble», ajoutait Roy.

+

DÉBUT NOVEMBRE POUR SAVOIE

Blessé à un genou, jeudi, à Bathurst, le défenseur Nicolas Savoie devrait s’absenter jusqu’au début du mois de novembre. «Il doit revenir au jeu aux alentours du 1er novembre», précisait l’entraîneur-chef des Remparts Patrick Roy, mardi, lors du retour au travail de son équipe. L’attaquant Aleksei Sergeev, qui a patiné en solitaire avant la séance d’entraînement, mardi, pourrait aussi reprendre de l’action à la même période.

Pour ce qui est de Gabriel Montreuil, auteur de deux buts dans la victoire de 3-1 contre le Titan d’Acadie-Bathurst, jeudi, son absence sera de courte durée. On parle d’un retour au jeu en fin de semaine pour lui. «Peut-être vendredi, fort probablement dimanche», indiquait Roy.