Andrew Coxhead a connu un bon été d'entraînement, où il a surtout cherché à améliorer sa force physique et la vitesse de son coup de patin.

Coxhead veut contribuer davantage

Après des débuts timides à sa saison recrue en 2016-2017, le centre néo-écossais Andrew Coxhead pivote, à 17 ans, un trio qui connaît de bons moments, depuis le début du camp d'entraînement des Remparts. Entouré d'Olivier Mathieu et de Mikaël Robidoux, le choix de première ronde de l'équipe en 2016 espère maintenant retrouver la touche offensive qui a fait son succès dans les rangs inférieurs.
Auteur de 30 buts en 33 matchs à sa dernière année bantam et de 22 filets en 38 rencontres à sa seule saison midget, Coxhead a vu ses statistiques offensives péricliter à sa première campagne junior à Québec, ne cumulant que cinq buts et huit passes en 56 matchs. La transition maintenant faite dans la LHJMQ, le grand droitier de 6'2" et 185 livres entend contribuer de manière plus significative à la production offensive de l'équipe, cette saison.
«Ce n'était pas mon rôle de marquer l'année passée comparativement à mon rôle dans le midget. Maintenant que j'ai cette année d'expérience, j'ai plus de confiance. Ça devrait être plus facile de générer de l'attaque», a raconté celui qui a connu un lent début de camp en raison d'un vilain rhume.
Pour s'y préparer, Coxhead a connu un bon été d'entraînement, où il a surtout cherché à améliorer sa force physique et la vitesse de son coup de patin.
«Je me suis renforcé, parce que l'année dernière, comme je suis un grand gars et mince, j'ai trouvé la fin de saison plus difficile. J'essaie de devenir plus fort et plus rapide, ce qui va m'aider à jouer mon style de jeu. Parce que je me vois comme un attaquant capable de jouer dans les deux sens de la patinoire», a-t-il indiqué. 
Chaque fois qu'il saute sur la glace, l'énergie communicative de ses deux partenaires de trio l'aide d'ailleurs à s'acquitter de ces tâches.
«J'aime vraiment jouer avec ces deux gars-là et leur énergie rehausse mon propre niveau d'énergie. Ça se passe bien jusqu'à maintenant avec eux. J'espère qu'on sera capable de transporter cela en saison régulière. [Olivier Mathieu] a un très très bon lancer. Il décoche très rapidement. Et il a le don de trouver le filet. Et Robidoux... c'est Robidoux!» a-t-il lancé au sujet de la petite peste des Remparts.
Trio énergique
Jusqu'à maintenant, l'entraîneur-chef Philippe Boucher aime ce qu'il voit de ses trois attaquants, qui remplissent à merveille leur fonction de ligne d'énergie.
«Chaque fois qu'ils ont été ensemble, la chimie a été bonne. Ils amènent un élément physique, un élément offensif aussi. L'année passée, Coxhead a joué beaucoup avec Robidoux et Turcotte. Pendant cette année-là, je pense qu'il a appris ce que c'était que d'être un joueur de hockey, les exigences du calendrier. [...] Plus que l'année a avancé, plus il a acheté ce qu'on dit à nos joueurs. À la fin de l'année, on l'a beaucoup utilisé et il jouait comme un homme», a estimé le pilote.
Ce dernier souhaite, tout comme son attaquant, le voir participer davantage à l'effort offensif de la formation, cette saison. «C'est quelque chose qu'on attend pas juste de lui, mais de tout le monde. L'aspect offensif ne peut pas seulement reposer sur Boucher, Kurashev, Garneau. Il faut qu'il y ait du monde pour les aider. Le temps est venu pour d'autres de contribuer. Tant mieux si cette ligne-là peut le faire.»
Chose sûre, ce ne sera pas la motivation qui manquera à Coxhead, puisqu'il entame son année d'admissibilité au repêchage de la LNH, en juin. En même temps, il ne veut pas que cela devienne une distraction.
«J'aimerais [être plus en charge dans l'équipe], mais pas nécessairement parce que c'est mon année de repêchage. Je ne veux pas trop penser au repêchage, je ne veux pas de cette pression-là au-dessus de ma tête», a-t-il laissé entendre.