Louis-Filip Côté retrouvera à Rouyn-Noranda le club qui l’avait repêché en 2015.

Côté surpris de son retour à Rouyn-Noranda

Même s’il est heureux de revenir avec l’équipe au sein de laquelle il avait donné ses premiers coups de patin dans la LHJMQ, Louis-Filip Côté a avoué jeudi qu’il avait été pris par surprise par la transaction qui l’a fait passer des Remparts de Québec aux Huskies de Rouyn-Noranda.

«Non, je ne m’y attendais pas et oui, j’ai été déçu quand je l’ai appris, car Québec, ce n’est pas très loin de chez nous et que je pensais terminer la saison avec les Remparts», a résumé le joueur de 19 ans originaire de Laurier-Station. «Mais malgré tout, je suis content de joindre une organisation que je connaissais déjà et qui veut gagner.»

Sélectionné au huitième rang du repêchage de 2015 par les Huskies, Côté avait disputé 29 matchs à Rouyn-­Noranda avant de prendre la route de Québec aux Fêtes contre un choix de première ronde en 2018 et un choix de troisième ronde en 2016. En 176 matchs dans l’uniforme des Diables rouges, il a marqué 27 buts et récolté 43 aides.

Cette année, même en ayant raté 19 parties en raison d’une blessure à la cheville qui l’a tenu à l’écart du 18 octobre au 8 décembre, il cumulait sept buts et neuf aides en 15 matchs, ce qui le classait en septième place des marqueurs de l’équipe.

«C’est sûr que c’est un peu frustrant et décevant de ne pas avoir pu jouer davantage à cause de cette blessure, mais je n’ai pas le contrôle là-dessus», a-t-il commenté.
difficile à refuser

Côté dit avoir compris, en s’entretenant avec son directeur général et entraîneur Patrick Roy, que celui-ci avait été mis face à une offre qu’il ne pouvait refuser. «J’ai parlé à Patrick et il m’a expliqué qu’il n’avait presque pas le choix d’accepter cette offre qui était trop attrayante pour qu’il la refuse. D’ailleurs, je n’ai rien à dire contre Patrick parce que j’ai adoré jouer pour lui. J’ai appris beaucoup sous sa direction.»

L’ancien numéro 65 des Remparts sera vraisemblablement accueilli à bras ouverts en Abitibi. «Samuel Harvey et Jacob Neveu m’ont tout de suite texté quand ils ont appris la nouvelle», a indiqué Côté en parlant des deux vétérans qu’il avait côtoyés à ses débuts dans le circuit. L’entraîneur Mario Pouliot, lui, a aussi passé un coup de fil pour lui souhaiter la bienvenue.

«Mario Pouliot m’a dit qu’il avait l’intention de se rendre loin en séries. On n’a pas parlé de mon utilisation, mais j’imagine qu’avec ce qu’il a donné pour m’obtenir, il a de bons plans pour moi. Une chose est certaine, moi, je vais arriver là et je vais être prêt et je vais travailler le plus fort que je peux.»