Le dg Patrick Roy n’aurait pas encore tout à fait fini ses emplettes.

Côté et Huntley échangés: Roy voulait «changer le mix»

Après avoir envoyé le gardien Dereck Baribeau à Baie-Comeau mercredi soir, le directeur général et entraîneur des Remparts de Québec, Patrick Roy, a poursuivi ses emplettes jeudi en échangeant l’arrière Christian Huntley et l’attaquant Louis-Filip Côté. Et ce n’est pas fini!

Côté prendra la route de Rouyn-Noranda. En retour, Roy a mis la main sur le défenseur Romain Rodzinski, 16 ans, et sur un choix de deuxième ronde au prochain repêchage, un choix de troisième ronde au repêchage de 2020 et un choix de cinquième ronde à l’encan de 2021.

En échange de Huntley et d’un choix de sixième ronde acquis du Titan d’Acadie-Bathurst, les Remparts ont obtenu de Moncton l’ailier Nicolas Kingsbury-Fournier, aussi âgé de 16 ans, en plus de rapatrier leur choix de deuxième ronde au repêchage de 2020. Si Kingsbury-Fournier pourra joindre l’alignement immédiatement, ce n’est cependant pas le cas de Rodzinski, blessé au dos et dont le retour n’est pas prévu avant février.

Huit transactions

En ajoutant ces transactions à celles ayant envoyé l’attaquant Mikaël Robidoux, le défenseur Félix Tremblay et les gardiens Dereck Baribeau et Anthony Morrone sous d’autres cieux, ce sont six joueurs ayant porté les couleurs des Remparts cette saison qui ne seront plus là lorsque l’équipe recevra le Phœnix de Sherbrooke, le 28 décembre. Roy a réalisé huit transactions depuis l’ouverture du marché des échanges et il n’a pas encore terminé, si on se fie à la conférence téléphonique qu’il a donnée depuis la Floride jeudi après-midi.

«Ça va changer le mix et c’est certain que c’est un peu ce que je voulais faire. Ce n’est pas une journée facile pour moi, car je viens d’échanger deux gars que j’aimais beaucoup. Huntley, je voulais lui faire une faveur en le retournant dans son secteur», a-t-il déclaré à propos du hockeyeur d’Halifax qui reprend la route des Maritimes. Pour Côté, Roy dit avoir été confronté à une offre qu’il ne pouvait refuser.

«Au final, on a deux joueurs de 16 ans qu’on aime et plein de choix au repêchage. Nous avons acquis sept choix depuis dimanche et notre objectif est d’ajouter un autre choix de deuxième ronde», confie Roy, qui ne croit toutefois pas qu’il sera capable d’obtenir une autre sélection au premier tour pour 2019. «Je ne crois pas qu’on ait les joueurs pour aller chercher un choix de première ronde.»

Devant les filets, la rentrée ramènera aussi deux nouveaux visages : Kyle Jessiman, acquis de Baie-Comeau contre Baribeau, et Carmine-Anthony Pagliarulo, qui arrivera bientôt de l’Océanic de Rimouski en échange d’un choix au repêchage. «C’est Jessiman qui gardera les buts lors du premier match et après, on verra. Je vais m’asseoir avec Ghyslain [Rousseau, entraîneur des gardiens]. C’est sûr qu’on veut tester les deux.»

Kurashev intouchable

Malgré tout, Roy refuse encore de parler de reconstruction. «Tant que tu as [Philipp] Kurashev dans ton alignement, tu ne peux pas parler de reconstruction. On a joué un mois et demi sans Robidoux, Côté et Baribeau depuis le début de la saison et ça n’a pas changé grand-chose», a-t-il ajouté avant de répéter que son meilleur marqueur était un intouchable.

«C’est sûr que si Wayne Gretzky a été échangé, on ne peut jamais dire jamais, mais le but est d’exciter les gens et on sait que Kurashev peut le faire. Il vaut presque le prix du billet à lui seul. J’ai dit à Larionov [Igor, son agent] que ce n’était pas dans nos plans de le bouger et s’il y a un changement, il faudra leur reparler. La relation avec les agents des joueurs européens est très importante, la stabilité aussi.»

De retour derrière le banc depuis cet été, l’ancien gardien du Canadien et de l’Avalanche n’a pas caché qu’il voulait une équipe à son image. «Il faut admettre qu’on n’a pas chômé ces derniers jours. Depuis que je suis revenu, je suis en mission. Ma mission est de bâtir une équipe à mon goût à moi et c’est ça que je fais. Les gens veulent une équipe gagnante et aimeraient que ça se fasse vite. On va essayer de faire ça le plus vite possible.»

***

AHERN VOYAIT BARIBEAU DANS SA SOUPE

Le directeur général du Drakkar de Baie-Comeau, Steve Ahern, était très satisfait de mettre la main sur le gardien des Remparts Dereck Baribeau, qu’il voyait dans sa soupe depuis qu’il avait échangé Justin Blanchette aux Cataractes de Shawinigan.

«On a convenu des choses avec Patrick [Roy], qui voulait faire des changements par rapport à ses gardiens. Baribeau est quand même troisième dans la ligue pour la moyenne de buts alloués et je voulais ajouter du size devant le filet», a expliqué au bout du fil Ahern en parlant de son nouveau portier de 6’6”et 225 livres.

Après avoir échangé Blanchette, qui avait réclamé une transaction, aux Cataractes de Shawinigan contre le cerbère Lucas Fitzpatrick, il a donc expédié mercredi son autre gardien de but, Kyle Jessiman, aux Remparts contre Baribeau. «Jessiman est un gardien rapide, bon avec la rondelle et bon dans la chambre, mais je voulais aller chercher autre chose», a justifié Ahern. Avec ses 5’9”, Jessiman n’a en effet pas le gabarit de Baribeau.

«Quand Justin a pris la décision de s’en aller, on ne s’attendait pas à ça. Avec Dereck, on obtient un gardien qui a signé un contrat professionnel [le Wild du Minnesota] et qui a des aptitudes pour nous permettre de nous rendre loin», poursuit Ahern en précisant qu’il n’a pas terminé son magasinage lui non plus.

«Présentement, on travaille fort pour obtenir [Pierre-Olivier] Joseph des Islanders de Charlottetown. On verra le dénouement, mais il y a des pourparlers très sérieux», a-t-il confié au sujet du défenseur de 19 ans repêché en première ronde (23e au total) par les Coyotes de l’Arizona, en 2017. Comme Jil a été libéré la semaine dernière par Équipe Canada Junior, les Islanders n’ont pas à attendre la fin du Championnat mondial junior avant de l’échanger.