Réal Cloutier a marqué 132 buts et récolté 183 passes en 136 matchs avec les Remparts.

«Buddy» rejoint ses idoles

C'est au son de retentissants «Buddy! Buddy!» que Réal Cloutier s'est présenté à la foule du Centre Vidéotron, où son numéro 10, porté avec les Remparts de Québec de 1972 à 1974, a été à jamais hissé dans les hauteurs de l'amphithéâtre, dans une cérémonie qui a précédé la rencontre entre les Remparts et l'Océanic, samedi.
Au moment de recevoir l'ultime hommage, l'ancien joueur vedette de la formation junior a montré qu'il possédait toujours le sens du spectacle, incitant les amateurs, et plus particulièrement une section composée de citoyens de son patelin de Saint-Émile, à continuer à l'acclamer, le poing brandi dans les airs.
«C'est un rêve qui devient réalité : mon nom sera en haut du Centre Vidéotron, aux côtés de mes idoles, en particulier Jean Béliveau et Guy Lafleur, ainsi que mes deux anciens coéquipiers Guy Chouinard et André Savard», a fait savoir d'entrée de jeu Cloutier, qui était entouré pour l'occasion de son épouse Doris, de sa soeur Danielle et de son fils Kim.
Un trio de 600 points
Auteur de 132 buts et 183 passes en 136 matchs avec les Remparts, Réal Cloutier aura eu l'unique privilège de jouer la presque totalité de sa carrière dans sa ville, d'abord avec les Remparts, puis les Nordiques de l'AMH, et finalement les Nordiques de la LNH, de 1972 à 1983, avant de disputer deux saisons supplémentaires avec les Sabres de Buffalo. Une chance qu'il n'a pas manqué de souligner.
«J'ai été privilégié de pouvoir jouer chez nous, dans ma ville, pour la plus grande organisation de hockey junior au Canada. J'ai eu tellement de plaisir avec mes coéquipiers, dont certains sont ici : Guy Chouinard, Florent Fortier, Jean Gagnon, Michel Lachance, Richard Nantais. Avec mes deux compagnons de trio, Richard Nantais et le regretté Jacques Locas, nous avons cumulé plus de 600 points dans une saison extraordinaire», a rappelé Cloutier, qui compte au nombre de ses «expériences inoubliables» une conquête de la Coupe du Président et deux participations à la finale de la Coupe Memorial.
Le numéro 10 de «Buddy» Cloutier est allé rejoindre d'autres grands noms au plafond du Centre Vidéotron.
«Réparer une erreur du passé»
Partenaire de trio de Cloutier à ses débuts chez les Remparts, Guy Chouinard n'allait pas manquer cette occasion de rendre hommage à son ancien coéquipier. «Je suis content pour "Buddy". C'est un honneur pleinement mérité.
«"Bud", je l'ai connu dans le hockey mineur. On était adversaires quand Orsainville jouait à Québec et Limoilou. Aux niveaux pee-wee, bantam, midget, c'était la grosse rivalité. Ç'a toujours été Chouinard contre Cloutier. On a appris à jouer l'un contre l'autre. Et quand il est venu avec les Remparts, on a appris à jouer ensemble», a indiqué l'ancien numéro 7 des Remparts, qui a reçu le même honneur en décembre.
Selon Chouinard, le retrait des chandails des trois Remparts de la première génération, André Savard, Réal Cloutier et lui, auquel a procédé l'actuelle organisation cette saison vient en quelque sorte réparer une erreur du passé. «Comme joueur, tu ne penses pas ou souhaites pas ça, mais un moment donné, tu regardes à gauche et à droite, et tu vois que tel ou tel joueur a son chandail retiré, et tu te dis : "Me semble que je n'étais pas si pire que ça!" Le fait que ça se passe enfin, tu te dis que c'est bien mérité. On est bien contents. C'est une fierté.»
De son côté, Cloutier a dit maintenant attendre, sourire en coin, de recevoir le même honneur de son ancienne équipe de la Ligue nationale. «Le retrait du chandail, avec les Nordiques, ce sera pour plus tard, j'imagine [rires]! Je suis bien content de ce qui vient de se passer là. C'est le plus grand honneur que j'ai reçu. Quand tu te fais immortaliser comme ça, chez vous, devant les tiens, il n'y a rien de mieux. Je ressens une reconnaissance extraordinaire envers les Remparts.»