Mis sous contrat comme joueur autonome, la saison dernière, le défenseur ontarien Bryce O'Brien n'a jamais réussi à s'imposer avec les Remparts.

Bryce O'Brien plie bagage

À l'instar d'Aaron Dutra, en décembre, le défenseur ontarien Bryce O'Brien a quitté les Remparts de Québec, lundi après-midi, au retour du bref congé du Nouvel An. Il a rencontré l'entraîneur-chef Philippe Boucher avant la séance d'entraînement pour lui faire part de sa décision.
Mis sous contrat comme joueur autonome, la saison dernière, O'Brien n'a jamais réussi à s'imposer. Il n'avait disputé que neuf matchs, l'an passé, et quinze cette saison, son dernier remontant au 12 novembre. Il était l'un des nombreux joueurs en surplus.
À l'inverse, le retour au boulot était plus plaisant pour Olivier Mathieu, l'attaquant de 16 ans acquis de Saint-Jean dans l'échange du gardien Callum Booth. Boucher lui a confirmé qu'il terminerait la saison à Québec.
«Il ne faut pas nier que nous sommes en reconstruction. Si on l'avait repêché au 11e rang de la première ronde, comme l'ont fait les Sea Dogs avec lui, on l'aurait gardé», a expliqué Boucher à propos du premier choix de Saint-Jean en 2016, qui a joué les trois matchs après le congé de Noël.
Les Remparts alignent encore quelques patineurs au-dessus du nombre souhaité par Boucher pour la seconde portion du calendrier. Outre O'Brien, trois autres joueurs ne feront pas le voyage vers Rouyn-Noranda et Val-d'Or, dont le réserviste Ethan Crossman et le quatrième 20 ans Jonathan Bourcier. Blessé à une main, le défenseur Alexandre Drapeau restera aussi à la maison.
Pour le reste, c'est encore calme à l'approche de la date d'échéance (vendredi midi) des transactions. «Il y a deux ans, on allait à la Coupe Memorial et on a vidé notre banque de choix; la saison passée, on a vidé le club pour se renflouer; cette année, c'est loin d'être la même chose, c'est pour cela qu'il y a moins d'intensité. On jase, on s'informe, mais on va surtout continuer à suivre notre plan», a confié le directeur général, lundi.
Mois chargé
Sur la patinoire, un mois de janvier chargé attend son club avec huit matchs sur onze à l'extérieur, dont quatre en cinq jours en Abitibi à compter de mercredi.
«On a eu du succès sur la route, cette saison, et on passera 14 jours à l'hôtel ou dans l'autobus en janvier, j'espère que ça va se poursuivre. ll s'agit encore d'un bon test pour notre jeune équipe, et même si on était à maturité, c'en serait un», a convenu Boucher.
Mis hors de combat par un streptocoque, la semaine dernière, Yanick Turcotte a effectué un retour au jeu, samedi, même s'il avait perdu 20 livres pendant qu'il combattait son virus. Même si la date limite approche, il invitait ses coéquipiers à mettre la main à la pâte.
«Les échanges se terminent bientôt, alors si on veut laisser une belle dernière impression à Phil, c'est le temps. Personnellement, je ne suis pas nerveux, même si on ne sait jamais ce qui peut se passer et que personne n'est assuré de son poste. Nous avons eu une très bonne première moitié, on a surpris et peu de gens nous voyaient là [septième rang]. Il reste encore une autre moitié, ce serait de valeur de trop baisser au classement. On voyait qu'un gros voyage nous attendait en janvier, on est capables d'aller chercher des points là-bas. Il faut qu'on travaille ensemble.»
Erne rappelé par le Lightning
Adam Erne a joué quatre saisons avec les Remparts, marquant 118 buts et amassant 275 points en 240 matchs.
L'ancien des Remparts, Adam Erne, a été rappelé par le Lightning de Tampa Bay, le 1er janvier, et pourrait faire ses débuts dans la LNH, mardi, contre les Jets de Winnipeg.
«C'est excitant, j'espère pouvoir jouer. Sinon, je vais continuer à travailler fort, ça arrivera un jour. Je veux me servir de ma vitesse, de mon physique, et pourchasser les rondelles», a expliqué l'ailier de 6'1'' et de 214 livres dans un point de presse diffusé dans le site Internet de l'équipe après son premier entraînement, lundi.
Choix de deuxième ronde (33e) en 2013, Erne a récemment connu un match de quatre points avec le Crunch de Syracuse (LAH) et montrait une fiche de 8 buts et 18 points en 31 matchs. «Il faut mériter son rappel, je pense avoir bien joué cette saison. Je suis content que ce soit à mon tour», a-t-il confié après avoir vu ses coéquipiers Yanni Gourde et Michaël Bournival, entre autres, recevoir un coup de fil. «On ne s'y attend jamais quand ça arrive. J'étais dans mon auto, je revenais chez moi. Je suis arrêté au magasin pour m'acheter une valise... N'importe qui serait nerveux de participer à son premier entraînement, mais ça allait de mieux en mieux au fur et à mesure», a-t-il raconté à propos des dernières heures.
Qu'il soit ou non de l'alignement, ses parents voulaient faire le voyage du Connecticut à la Floride afin de ne pas rater ce moment important dans la carrière d'un joueur. «Les chances sont bonnes, Brian [Boyle] est un cas douteux. S'il devait jouer mardi, on voulait qu'Erne ait une pratique avec nous afin de lui donner la meilleure chance pour réussir, car le rythme est différent. J'ai aimé ce que j'ai vu», a indiqué l'entraîneur-chef Jon Cooper au site nhl.com.
Adam Erne a joué quatre saisons avec les Remparts, marquant 118 buts et amassant 275 points en 240 matchs. Il a remporté le trophée Guy-Lafleur, remis au joueur par excellence des séries de la LHJMQ, en 2014-2015.  Carl Tardif
Une gifle pour finir 2016
Les Remparts ont terminé 2016 sur une bien mauvaise note, le samedi 31 décembre, en essuyant un revers de 8-3 aux mains des Olympiques de Gatineau lors d'un match présenté au Centre Vidéotron. Malgré deux buts en désavantage numérique, la troupe de Philippe Boucher n'a pu sauver les meubles et les Remparts se sont eux-mêmes sortis du match par indiscipline. Les Diables rouges n'ont pas tardé à se mettre dans le pétrin, écopant de deux punitions dans les deux premières minutes. Les Olympiques n'en demandaient pas tant!
«Quand tu commences le match à cinq contre trois, c'est difficile de prendre du momentum. Et on n'a jamais réussi à en trouver», a analysé l'entraîneur-chef, déçu de ce dernier duel de 2016. Gatineau a finalement marqué quatre buts en neuf avantages numériques. Si Boucher s'est gardé de critiquer l'arbitrage, samedi, il semblait tout de même insatisfait de la tournure des évènements. «J'ai appris ma leçon», a-t-il dit, faisant référence aux amendes reçues ces dernières saisons. Cela ne l'a pas empêché d'affirmer qu'il avait l'impression d'avoir «payé pour [ses déclarations de la veille]», au sujet d'un but refusé dans une défaite en prolongation contre Drummondville. Mathieu Ayotte a marqué deux fois.  David Rémillard