Le centre des Remparts Philipp Kurashev a tenté tant bien que mal de déjouer le gardien du Phoenix Evan Fitzpatrick, en chargeant dans la zone des buts.

Boucher tranche en prolongation

Matthew Boucher a trompé Evan Fitzpatrick à 1:59 de la prolongation pour donner une victoire de 4-3 aux Remparts sur le Phœnix de Sherbrooke, devant 8554 amateurs, au Centre Vidéotron, dimanche.

Ayant encaissé de cuisants revers à leurs derniers matchs, Remparts et Phœnix s’étaient présentés dans l’enceinte limouloise déterminés à l’emporter, lors de ce premier duel entre les deux équipes, cette saison. Malgré une performance en demi-teintes du gardien Dereck Baribeau, les hommes de Philippe Boucher ont eu le dessus sur la troupe de Stéphane Julien, qui voit sa séquence d’insuccès se porter à cinq défaites.

«Je n’ai pas aimé notre première période. Il me semble qu’on était à plat. Ça ressemblait un petit peu à vendredi soir, à Shawinigan. […] La deuxième a très bien été et en troisième, ça s’est corsé un petit peu, mais c’est une équipe qui jouait de façon désespérée, et ça nous a donné un petit peu de difficulté. En supplémentaire, on a trouvé encore un moyen de gagner», a constaté Boucher, dont la formation signait sa sixième victoire en sept matchs à domicile, cette saison.

Évoluant en désavantage numérique, les visiteurs ont ouvert la marque sur une bévue de Baribeau, en début de première. Sorti derrière son filet, le portier des Remparts n’a pu revenir à temps devant sa cage pour stopper un lancer de Mathieu Olivier, qui a frappé sa jambière, avant de pénétrer dans le but.

Explosion en deuxième

Sortis forts en deuxième, les Remparts ont explosé offensivement avec trois buts. Garneau (5e, en a.n.) pour la première fois en huit matchs, Gentile (5e, en a.n.) et Kirwan, avec son cinquième but à ses cinq derniers matchs, ont trouvé le fond du filet pour Québec.

Si l’Américain de 20 ans continue de s’illustrer, il pourrait forcer son entraîneur à devoir prendre une décision difficile, sous peu. «C’est ça qu’on veut. On s’est placé dans cette situation-là. On pensait que c’était un gars qui pouvait nous aider. […] Quand on a entendu dire qu’il était disponible, il y a quelques semaines, on ne pouvait pas s’empêcher de lui donner une chance. […] Et à date, il en profite. On prendra des décisions quand on arrivera là…» a laissé entendre Boucher, évoquant les retours au jeu des vétérans de 20 ans, Andrew Picco (épaule) et Austin Eastman (commotion).

La réplique des visiteurs est venue en deuxième lorsque Benjamin Tardif, qui a profité d’un revirement des Remparts à leur ligne bleue (Garneau), s’est retrouvé seul devant Baribeau, qu’il a déjoué d’un tir entre les jambières. L’attaquant russe Yaroslav Alexeyev a quant à lui envoyé les deux équipes en prolongation en fin de troisième.

Même si ses troupiers ont été dans le match jusqu’à la fin, l’entraîneur-chef du Phoenix, Stéphane Julien, n’a pas aimé leur indiscipline. Particulièrement la pénalité «complètement inacceptable» dont a écopé le vétéran de 20 ans, Nicolas Poulin, pour avoir nui au travail de Baribeau, ce qui a mené au but vainqueur de Matthew Boucher, en prolongation.

«Quand on veut se sortir du trou, il faut être discipliné dans toutes les parties du jeu. Ce soir, on ne l’a pas été. On avait la chance d’aller chercher deux points. On est allé en chercher un. Fitzpatrick a été excellent. Mais on est loin des performances qu’on veut de notre équipe», a fait savoir le pilote.

Chez les Remparts, Baribeau effectuait un retour devant la cage de l’équipe après avoir obtenu congé vendredi. L’espoir du Wild a paru faible sur les trois buts qu’il a accordés.

«Il a été moyen. Je pense que lorsque les gars reviennent des camps professionnels, il y a toujours un mois où c’est plus difficile. Ça ne lui est pas arrivé en début de saison parce qu’on jouait vraiment bien devant lui. Je pense qu’il peut faire mieux que ça», a estimé Boucher.

+

DÉBUTS DIFFICILES POUR POULIN

Samuel Poulin, fils de Patrick, connaît des débuts difficiles avec le Phœnix.

Deuxième sélection au total de la dernière séance de repêchage de la LHJMQ, l’attaquant Samuel Poulin, fils de Patrick, connaît des débuts difficiles avec le Phœnix. Ayant subi une commotion cérébrale à son premier match de la saison, l’ailier gauche de 16 ans a raté trois semaines d’activités, avant de revenir au jeu. Après 10 matchs, il cumule cinq passes. «Il a eu un excellent camp et un bon précamp des recrues. Et à son premier match, commotion. Son frère Nicolas saute sur [l’agresseur]. Ce n’est pas l’histoire familiale qu’ils espéraient en début d’année! En ce moment, il ne joue pas avec confiance», a raconté l’entraîneur-chef Stéphane Julien. Ce dernier n’hésite tout de même pas à l’utiliser à toutes les sauces. «C’est un gars hyper talentueux, très professionnel qui est en très bonne forme physique. C’est une question de temps avant que ça débloque pour lui. Mais à cause de notre mois d’octobre très chargé, il est revenu avec seulement une pratique dans le corps. Il est souvent un petit peu en retard sur le jeu, essaie d’en faire trop. Il doit garder les choses plus simples», a estimé Julien. 

+

EN VITESSE…

Les attaquants Austin Eastman, Anthony Wojcik, Thomas Caron, les défenseurs Tomas Dajcar et Andrew Picco, ainsi que le gardien Oliver Troop ont été rayés de l’alignement pour les Remparts. Chez le Phœnix, l’attaquant tchèque Marek Zachar, blessé à Rimouski, samedi, et les défenseurs Yann-Félix Lapointe et Luke Green n’ont pas pris part à la rencontre… L’attaquant des Remparts, Olivier Garneau, qui a mis fin à une disette de huit matchs dimanche, s’est dit soulagé de retrouver le fond du filet. «Quand tu as des chances et que tu es incapable de marquer, c’est sûr que c’est difficile pour le moral. D’en marquer un, je suis sûr que ça va aider à débloquer»… Deux joueurs du Phœnix, Samuel Poulin et Bailey Peach, quitteront bientôt Sherbrooke pour participer au Défi mondial des moins de 17 ans. «Ce sont deux gars qui ont bien fait au camp d’entraînement d’été. Je pense qu’ils méritent de vivre l’expérience avec Équipe Canada», a commenté Stéphane Julien.