Philippe Boucher

Boucher pas placé pour juger le congédiement de Bernard

Le hasard a voulu que les Cataractes de Shawinigan congédient leur entraîneur-chef au lendemain d'une défaite de 2-1 encaissée contre les Remparts de Québec, au Centre Vidéotron.
«Ce n'est pas le genre de décision qui est basée sur un seul match», disait Philippe Boucher, sans porter de jugement sur le sort réservé à Martin Bernard. «Je suis un peu surpris, mais surtout pas placé pour juger. Dans chaque équipe, le directeur général prend ses propres décisions. Personnellement, je n'ai jamais eu à le faire comme dg, et comme coach, ce n'est pas moi qui la prendrais», se limitait-il à dire sur la situation qui a cours avec l'équipe de tête de la division Est de la LHJMQ.
Les Cataractes ont eu le malheur de manquer de cohésion et d'intensité en même temps que l'adversaire disputait l'un de ses meilleurs matchs depuis la fin de la période des transactions. Résultat : les Remparts ont enfilé une deuxième victoire de suite, ramenant des sourires sur les visages qui s'allongeaient au fil des défaites.
«Si on n'avait pas échappé le match en troisième période à Victoriaville [avance de 4-0 gaspillée], on aurait trois victoires de suite. Je pense que le match de mardi a été notre plus complet jusqu'à maintenant. C'est de cette manière qu'on veut jouer, et en le faisant, on se donne une chance de gagner», expliquait Boucher.
Depuis quelques semaines, il observait des détails pendant les séances d'entraînement qui lui plaisaient. Restait à voir la même chose dans un match. «On voyait des choses positives, ce sont des signes encourageants.»
L'un de ceux-là est la prestation devant le filet d'Evgeny Kiselev, signataire des deux récentes victoires de l'équipe. L'adjoint de Callum Booth a obtenu la deuxième étoile, mardi.
«Je n'ai aucun doute que Callum va se ressaisir, mais Kiselev s'entraîne et joue avec acharnement. Ce qu'on veut, c'est une compétition saine à toutes les positions», notait Boucher.
Trouver les bons trios
Les Remparts repartent sur la route en fin de semaine, cédant à nouveau leur domicile au Tournoi pee-wee. Des arrêts à Rimouski (samedi) et à Bathurst (dimanche) sont à l'agenda. Quel est l'objectif d'ici à la fin de la saison : jouer le trouble-fête ou développer les joueurs?
«Les deux, répond Boucher. Nous voulons développer nos jeunes, et tous les joueurs de l'équipe. Et sachant qu'on ne rentrera pas dans les séries en qualité de favoris, bien qu'on aura le temps d'en reparler, on veut aussi causer des surprises.
«Plus important encore, c'est qu'on ne changera pas notre philosophie de se concentrer sur nous et non pas sur l'adversaire. Nous aussi, on a fait sept ou huit changements à la période des transactions, ça demande du temps pour s'adapter et trouver les bons trios.»
NOTES : Quelques joueurs ont patiné, mercredi matin, en plus des blessés Matthew Boucher et Mikaël Robidoux... La LHJMQ tiendra un camp d'évaluation à Haverhill, au Massachusetts, les 23 et 24 avril, dans l'espoir de convaincre quelques joueurs de la Nouvelle-Angleterre à se joindre à la Ligue.