Anthony Pagliarulo a décroché son premier jeu blanc dans la LHJMQ.

Blanchissage pour Pagliarulo dans un gain des Remparts contre les Sea Dogs

Même contre l’une des pires défensives de la ligue, les Remparts ont eu besoin d’un gardien en pleine possession de ses moyens, vendredi, pour vaincre les Sea Dogs de Saint-Jean 1-0. Anthony Pagliarulo a décroché son premier jeu blanc dans la LHJMQ et les Remparts une troisième victoire de suite.

Pas de futurs Guy Lafleur ou Simon Gagné sur la patinoire du Centre Vidéotron. Les étoiles du passé des Remparts ont été présentées avant la rencontre, puis les deux équipes actuelles ont offert un spectacle plutôt terne où on ne dénombrait que 25 tirs après 40 minutes de jeu.

Ce n’est que la deuxième fois cette saison que la troupe de l’entraîneur Patrick Roy aligne trois gains. Cette fois-ci en bonne partie grâce à Pagliarulo, qui obtiendra la confiance de Roy encore samedi (15h30) contre l’Océanic de Rimouski et le joueur par excellence du mois de janvier dans la ligue, Alexis Lafrenière.

Mais revenons à vendredi. «On a bien contrôlé la rondelle et quand ils ont eu des chances, Anthony a été très bon», a analysé Roy, qui a vu les siens dominer la troisième période 14-2 au chapitre des lancers.

Le pilote des Sea Dogs, Josh Dixon, expliquait ce fait par la jeunesse et la fatigue. «On a six joueurs de 16 ans. Et on a joué jeudi [à Shawinigan] jusqu’en fusillade. Les Remparts n’avaient pas joué depuis dimanche, alors ils avaient plus de jambes en troisième», a constaté Dixon, fier de l’effort déployé face à «une équipe qui a une vingtaine de points de plus au classement». Maintenant 29.

Roy s’attendait aussi à ce que les visiteurs ralentissent. Ses hommes ont évolué à l’inverse, mais sans profiter de quelques bonnes occasions franches. Le seul but appartient à Andrew Coxhead, en milieu de deuxième, une seconde après la fin d’une pénalité.

«Un geste d’équipe»

Les Remparts venaient d’écouler quatre minutes à court d’un patineur, après que Thomas Caron s’en soit pris à coups de poings à Robbie Burt pour venger son coup à l’endroit de Philipp Kurashev, plus tôt dans le match.

«J’ai adoré ce que Thomas a fait», a indiqué Roy. «Ils couraient après Phil depuis le début et ça lui a donné plus d’espace par la suite. C’était un geste d’équipe et j’applaudis ça», a ajouté le patron.

Burt a plus tard été frustré par Pagliarulo d’un arrêt spectaculaire de la mitaine, en fin de deuxième période. «Mettre un peu de moutarde, c’est tout le temps l’fun», a confié le portier, qui a récupéré la rondelle du match.