Philippe Boucher aura du pain sur la planche afin de composer son équipe pour la saison prochaine. Il y aura plusieurs dossiers à régler, dont celui de Fabrice Herzog. Le directeur général des Remparts ignore si le Suisse aura besoin de jouer une deuxième année junior l'an prochain.

Bâtir pour la Coupe Memorial

Confiants en leurs chances d'obtenir la présentation de la Coupe Memorial en 2015, les Remparts attendent avec impatience le dévoilement de l'identité de la ville-hôtesse, en milieu de journée, jeudi. De là, découleront plusieurs gestes stratégiques en vue de la prochaine saison.
«À partir de jeudi, on va planifier notre cédule de tous les tournois qu'on peut aller voir pour améliorer notre équipe. On va le faire pareil, qu'on ait la Coupe Memorial ou pas. Tout le monde dans l'organisation a hâte de savoir si on l'a, particulièrement pour l'équipe qui a travaillé tellement fort à la préparation du cahier de charges», a indiqué d'entrée de jeu le directeur général Philippe Boucher.
La première mission à l'étranger de ce dernier prendra la forme d'un voyage de dépistage en Finlande, en vue du prochain repêchage européen. Lors de cette séance, les Remparts profiteront du deuxième choix au total, une sélection acquise du Phoenix de Sherbrooke par Patrick Roy, ainsi que de leur rang de sélection régulier au deuxième tour.
«Ce n'est pas un repêchage où on fait une liste et on prend le meilleur disponible. Ça prend beaucoup de communications avec les agents. Je pense que la Coupe Memorial pourrait nous aider. Malgré que ce sont tous des joueurs d'exception, on a vu ce que la participation à ce tournoi a fait pour les MacKinnon, Jones, Drouin. [...] C'est une vitrine incroyable pour les jeunes et on espère que certains voudront en profiter», a souhaité Boucher, qui sera accompagné de son adjoint Jean Gagnon.
Convaincre Hanifin
La qualité du recrutement sera déterminante dans la composition d'une équipe digne de recevoir la Coupe Memorial, sans pour autant hypothéquer son avenir. En premier lieu, Boucher et Gagnon chercheront à mettre la main sur deux Européens de talent. Ensuite, ils tenteront de convaincre les joueurs qui apparaissent déjà sur leur liste, dont les Américains Noah Hanifin et Joey Dudek, de joindre leurs rangs.
«C'est sûr qu'on va étirer beaucoup moins l'élastique si on réussit à convaincre deux ou trois gars qui sont sur nos listes de venir. Et si on trouve un ou deux agents libres, ça va nous donner beaucoup plus de flexibilité. C'est ça qu'on peut faire pendant l'été. On peut faire quelques mouvements au repêchage, mais de convaincre des gars de venir ici, c'est ce qui peut permettre de moins étirer l'élastique», a estimé Boucher.
Ce dernier n'a pas voulu révéler à quelle étape en étaient ses discussions avec le clan Hanifin, qui a déjà annoncé son intention de fréquenter un collège américain. «C'est sûr qu'on va reparler à la famille. C'est sûr qu'on aimerait ça qu'il vienne jouer ici. Mais peu importe où il va, il va faire valoir son talent, parce que c'est un joueur d'exception.»
L'assemblage de l'équipe passera également par l'évaluation des ressources présentes à l'interne, notamment des joueurs qui tenteront de décrocher l'un des trois postes de 20 ans.
«On va prendre notre temps. On a quand même plusieurs joueurs de 19 ans dans notre alignement. Est-ce qu'un joueur européen peut revenir comme 20 ans? Je ne sais pas. Sorensen a joué du gros hockey pour nous autres. Est-ce qu'il peut revenir? Moi, je le vois graduer chez les pros. Est-ce qu'Herzog a besoin d'une deuxième année junior? Je ne le sais pas non plus...»