Dereck Baribeau, qui servait d'adjoint à Evgeny Kiselev, a été invité au camp des recrues du Wild du Minnesota.

Baribeau aux commandes

On ne sait pas qui sera le deuxième portier des Remparts. Il y en aura peut-être même trois. Mais Dereck Baribeau est bien en selle pour occuper le poste de gardien numéro un du club junior de Québec cette saison.
«Il y a un type de joueur pour qui ça se passe à 18 ans. Le gars explose! Et Dereck est rendu là, il doit devenir un gars qui fait la différence», affirme l'entraîneur-chef Philippe Boucher, à propos du jeune homme masqué de L'Ancienne-Lorette que l'équipe locale a acquis en janvier dernier.
Acquis de Val-d'Or, Baribeau était alors réquisitionné pour servir de substitut à Evgeny Kiselev, joueur par excellence chez les Remparts en 2016-2017 selon le décompte des étoiles. Mais Kiselev est rendu à l'autre bout de la planète, à Khabarovsk, presque en Chine, dans la KHL. Baribeau a maintenant toute la place.
«C'est pareil comme tous les camps, je veux montrer que je mérite ma place ici», avance d'abord le géant de 6' 6'' et 207 lb. «Mais c'est sûr que j'ai moins de pression qu'en entrant à 16 ans, disons. Je vais quand même aborder chaque match avec la même routine qu'avant, ce sont les mêmes rondelles qui viennent que quand j'étais numéro deux», fait-il valoir.
Appuyer ses adjoints
Comme Étienne Montpetit l'a fait pour lui chez les Foreurs, Baribeau tâchera d'appuyer son ou ses auxiliaires de son mieux. «À ma première année à Val-d'Or, je ne jouais pas beaucoup et Étienne m'a aidé à comprendre qu'il faut être patient, ton tour va venir. Maintenant, c'est moi. J'ai mon tour, je suis là! Et c'est ça que je vais lui montrer», dit celui qui pourrait de nouveau affronter son mentor Montpetit le 10 novembre.
D'ici là, Baribeau aura participé au camp des recrues du Wild du Minnesota. L'équipe de Devan Dubnyk l'a invité à titre de joueur autonome, au terme du plus récent repêchage de la LNH infructueux pour le portier québécois. Vive déception vite envolée avec sa participation à une semaine de développement à Traverse City, en juillet, aux côtés des autres recrues du Wild.
Il y retourne le 6 septembre et espère revenir du Michigan avec un contrat en poche. Tout l'été, il a obtenu les conseils de Frédéric Chabot, l'ancien cerbère du Canadien devenu responsable du développement des gardiens dans l'organisation du Wild, mais aussi de Maxime Ouellet et de Ghyslain Rousseau, les spécialistes du filet dans le camp des Remparts.
Son patron Boucher compte maintenant sur lui et les Christian Huntley, à la défense, et Derek Gentile, à l'attaque, pour constituer la nouvelle colonne vertébrale de l'équipe pour les années à venir.
«On pense que Baribeau va être un très solide numéro un», résume le coach en chef, après avoir souligné son brio dans le match préparatoire de vendredi, où il a bloqué 23 des 25 tirs des Saguenéens en 40 minutes.
Derrière Baribeau, Boucher parle du jeune Néo-Écossais Olivier Troop comme d'un «projet fascinant de 6' 7''». «Troop a fait des pas de géant depuis son premier entraînement avec nous l'an passé et on pense que de voir des tirs de calibre junior toute la saison va l'avantager», même si c'est plus souvent qu'autrement à l'entraînement.
Guillaume St-Pierre échangé
Par ailleurs, après l'avoir retourné à son club midget AAA la veille, les Remparts ont échangé l'ailier droit de 17 ans, Guillaume St-Pierre, aux Huskies de Rouyn-Noranda, dimanche, en retour d'un choix de 12e ronde au repêchage de 2018. St-Pierre avait justement été une sélection de 12e tour, l'an dernier.