Dereck Baribeau a été solide contre les Olympiques de Gatineau, mercredi soir, en frustrant plusieurs de ses opposants, comme il l’a fait contre Mikhail Shestopalov en deuxième période.

Baribeau à la hauteur

Encore épuisés par leur long voyage de la semaine dernière, les Remparts de Québec ont obtenu ce dont ils avaient besoin, mercredi au Centre Vidéotron. Le gardien Dereck Baribeau s’est comporté tel qu’un numéro 1 doit le faire à l’occasion d’une victoire de 3-2 en tirs de barrage contre les Olympiques de Gatineau.

Il s’agissait de la deuxième fois en quelques jours que les deux équipes s’affrontaient en temps supplémentaire. Dimanche, Gatineau l’avait emporté, 4-3. Mais cette fois-ci, ils ont fait face à un gardien en possession de tous ses moyens.

«J’en devais une aux gars, j’étais plus ou moins là depuis une couple de matchs», admettait Baribeau, qui a reçu 27 lancers. Il a particulièrement été efficace en deuxième et troisième, quand la fatigue a semblé rattraper ses coéquipiers.

Il s’agissait de la première participation des Remparts à une conclusion en tirs de barrage cette saison. Ils avaient pris les devants 2-0 en début de deuxième avant de voir les visiteurs combler l’écart en troisième, le but égalisateur étant marqué avec moins de deux minutes à jouer.

«Le premier match suivant un long voyage est toujours le plus difficile. On a gagné grâce à Dereck. À part lui, il n’y a pas beaucoup de monde qui ont joué un grand match. Lorsqu’on regarde le calendrier, on se demande quels matchs notre gardien numéro 1 a remporté. Ce soir, c’en était un», admettait l’entraîneur-chef Philippe Boucher.

Baribeau a épaté la galerie annoncée de 7331 spectateurs, bien qu’ils étaient moins nombreux que ce chiffre en réalité. Il a fait tout cela malgré les rumeurs qui amèneraient un autre gardien à Québec.

«Les rumeurs, je m’en fous pour vrai. Phil fera son job, je vais faire le mien», disait le grand gardien qui affrontait son meilleur ami, le gardien Tristan Bérubé. «On a joué sept ou huit ans ensemble dans le hockey AAA d’été, je pourrais lui parler une heure par jour au téléphone.» 

Boucher fait taire les rumeurs

Boucher a vite fermé la porte à propos de ces rumeurs touchant Mathieu Bellemare, qui était l’auxiliaire de Bérubé. «Bérubé a été très solide, on aurait pu leur faire mal plus que ça en première. C’est l’un des bons gardiens de la Ligue, je pense qu’il n’est pas à échanger. On a notre gardien numéro 1, de toute façon…», disait-il pendant que son homologue Éric Landry précisait que les dites rumeurs ne venaient pas de son organisation. «Une rumeur reste une rumeur, tant que ce n’est pas fait», ajoutait Landry.

Olivier Garneau (10e) et Matthew Boucher (17e) ont marqué les deux buts réguliers dans la cause gagnante. En tirs de barrage, les Remparts ont touché la cible deux fois [Gentile et Boucher] contre une, Baribeau effectuant l’arrêt décisif sur la troisième et dernière tentative des Olympiques. La réplique des visiteurs fut celle de Mitchell Barmas, auteur des deux buts des siens.

«J’ai aimé notre première période, on patinait et on les forçait à prendre des punitions. Après, on avait l’air d’un club qui revenait de voyage et on avait hâte d’aller en supplémentaire. On s’est tiré dans le pied plus qu’une fois, mais on a trouvé le moyen de l’emporter. Les deux points font du bien, surtout que Rimouski a encore gagné», notait Boucher, dont la troupe s’est retrouvée quatre fois au banc des punitions en troisième période.

Les Remparts ont rejoint Drummondville en tête du classement général avec 38 points et ils devancent Rimouski par deux en première place de la division Est de la LHJMQ. Jeudi, Boucher donne congé d’entraînement à son club afin qu’il soit bien reposé pour la visite de Charlottetown, samedi, et celle de Saint-Jean, dimanche.

+

UN ALIGNEMENT RÉDUIT APRÈS LES FÊTES

Les Remparts alignent 26 joueurs depuis le début de la saison. Une situation qui ne devrait pas perdurer après la période de transactions des Fêtes, confirme l’entraîneur-chef Philippe Boucher.

Peu importe les mouvements de personnel qui seront effectués à partir de l’ouverture du marché des échanges le 18 décembre, Québec ne devrait plus compter sur 15 attaquants, huit défenseurs et trois gardiens de but, au retour des Fêtes. Parmi les joueurs susceptibles d’aller évoluer sous d’autres cieux, les recrues de 16 et 17 ans, Pierrick Dubé et Oliver Troop, qui ont obtenu peu de temps de glace en première moitié de saison, pourraient être cédés à leurs clubs midget respectifs.

«Dans le cas de Dubé, on va s’asseoir avec le jeune après les Fêtes — à cet âge-là, on implique la famille et l’agent —, et on va prendre la meilleure décision pour lui. S’il se trouve parmi nos 13 premiers attaquants, on va le garder. Son utilisation, ce n’était pas le plan initial. Je pensais qu’il allait jouer plus que ça. Mais ça s’est dessiné autrement», a admis Boucher au sujet du petit attaquant, qui pourrait être cédé au Séminaire Saint-François.

Dans l’immédiat, Dubé rejoindra toutefois l’équipe nationale française des moins de 18 ans, qui l’a invité à son camp de sélection à la mi-décembre, ce qui le forcera à rater le prochain périple des Remparts en Abitibi. «Je trouve que ce sont des expériences à côté desquelles les jeunes ne peuvent pas passer. Non seulement, il va aller là-bas pour faire valoir son talent, mais il va pouvoir voir sa mère, ce qui va être bon pour lui.»

Dans le cas de Troop, il affirme qu’il ne maintiendra pas son ménage à trois gardiens après Noël. «Je ne pense pas qu’on va continuer à trois, même si je pense que Troop, ça lui fait du bien d’être ici, de recevoir des lancers de qualité junior majeur. Je ne regrette aucunement de l’avoir gardé ici.»  Kathleen Lavoie