Même s'il n'a pas marqué sur ce jeu, le Suisse Philipp Kurashev s'est repris trois fois plutôt qu'une, lui qui réussi son premier tour du chapeau en carrière dans la LHJMQ, samedi.

Au tour des Sags d'être rossés par les Remparts

Après les Foreurs, au tour des Saguenéens de passer dans le tordeur des Remparts, samedi. Québec a écrasé Chicoutimi 8-2.

Mercredi, Val-d’Or s’était fait rosser 10-2, aussi au Centre Vidéotron. Bien qu’il s’agisse d’adversaires de queue de classement, l’offensive des Remparts vient quand même d’inscrire 18 buts en deux matchs. Pas pire pour une formation qui n’occupait que le 11e rang pour les buts marqués avant la rencontre.

«Ce n’est pas dans nos habitudes de marquer autant de buts, c’est plaisant pour les joueurs et pour la foule», a commenté l’entraîneur-chef Philippe Boucher. «Tout le monde contribue à l’attaque. Ce que j’aime aussi, c’est qu’on ne dévie pas de notre système de jeu. On n’a pas l’air de prendre de mauvaises habitudes même si on marque plus de buts», se réjouit celui qui voyait sa troupe aligner une quatrième victoire consécutive et une septième à ses huit dernières sorties.

Certains ont contribué plus que d’autres, comme Philipp Kurashev avec ses 15e, 16e et 17e filets de la saison. Premier tour du chapeau pour le Suisse en deux saisons chez les Remparts.

Benjamin Gagné (8e) et Gregor MacLeod ont aussi récolté trois points chacun. Outre Kurashev et Gagné, les autres buteurs des vainqueurs ont été Pierrick Dubé, Pascal Laberge (15e), Matthew Grouchy (15e) et Jesse Sutton (21e). Les buts de Laberge et surtout de Grouchy, dans la dernière minute de la première et de la deuxième périodes, ont fait mal aux visiteurs.

La rondelle en souvenir

Pour la recrue Dubé, un pur produit local, c’était son tout premier but dans les rangs juniors. La même semaine que son premier point. Il a ouvert le pointage, contre les Sags, et n’a pas manqué de conserver la rondelle en souvenir.

«C’est un soulagement. Les trois, quatre premiers mois, ç’a été dur, je n’étais pas habillé chaque match. Puis après les Fêtes, je me suis dit que je travaillais trop fort pour baisser les bras et abandonner. J’ai continué à travailler et ç’a marché!» a affirmé le petit 72, que le coach n’a quand même pas hésité à envoyer courir chercher un coéquipier dans le gymnase alors que les journalistes cherchaient à parler à Dubé.

Boucher se disait d’ailleurs très heureux pour son jeune ailier. «Tu ne veux pas finir l’année avec zéro but, je me mets à sa place. Il a eu beaucoup de chances de marquer dans les dernières semaines et c’est bon pour sa confiance», a dit le patron.

Devant le filet des Remparts, Dereck Baribeau n’en était qu’à son troisième match en février, un deuxième de suite contre Chicoutimi. Il a bloqué 28 rondelles. Il cédera dimanche la cage au portier numéro un Antoine Samuel contre les Huskies de Rouyn-Noranda, en visite dans la capitale (15h). Le sixième rang du classement sera à l’enjeu, Rouyn devançant Québec par un maigre point.

«Dimanche, si c’est 0-0 après deux périodes, il ne faudra pas se frustrer. Il faut continuer de bien faire les choses. Des soirs ça va finir 1-0, il ne faut pas penser qu’on va encore gagner 8-0», a prévenu Boucher.

Les Sags «tout mêlés»

Les Saguenéens s’en vont à Victoriaville disputer un troisième match en trois jours. Souhaitons-leur de se démêler dans leurs dimensions de patinoire. «On n’a jamais vraiment été dans le coup, on va se dire les vraies affaires», a d’abord admis l’entraîneur Yanick Jean, après le cuisant revers.

«Et là, on est tout mêlés avec la glace. On vient de jouer trois games sur la plus petite [Jonquière], on tombe là-dessus [Québec] et on est tout mêlés. On est habitués de jouer sur la grande glace [Chicoutimi]. On a été entre-deux toute la partie. Pas capable de fermer l’espace, pas capables d’être dans leur face. On les a regardés patiner toute la soirée», a résumé Jean.

Les Sags ont été chassés de leur domicile habituel à patinoire olympique jusqu’à nouvel ordre à cause d’un problème de toit.