Malgré son expérience, le gardien de 20 ans des Remparts Antoine Samuel n’a disputé qu’une seule série éliminatoire en carrière dans la LHJMQ.

Antoine Samuel prêt à relever le défi des séries

À sa dernière saison dans la LHJMQ, Antoine Samuel a finalement l’occasion de remporter une première ronde éliminatoire. Et s’il le peut, le gardien des Remparts de Québec aimerait bien prolonger sa carrière junior le plus longtemps possible.

À 20 ans, Samuel n’a pas eu le loisir de jouer souvent dans les séries. Malgré son expérience, il n’en compte qu’une. Ironiquement, elle remonte à l’an dernier, lorsque le Drakkar de Baie-Comeau avait perdu en quatre matchs contre les Islanders de Charlottetown, les adversaires des Remparts à compter de samedi après-midi.

«Ce qu’on veut, c’est une opportunité de gagner dans les séries. Je n’avais pas encore eu l’occasion de l’avoir avant d’arriver à Québec, j’étais avec des clubs en reconstruction. Je suis prêt à relever le défi. J’ai quatre matchs et des poussières d’expérience dans les séries, je veux en profiter et étirer cela le plus loin possible», disait Samuel, mardi, après l’entraînement des siens au Pavillon de la jeunesse.

«Tout comme les deux autres 20 ans [Matthew Boucher et Andrew Picco] et l’organisation, qui n’a pas eu de succès récent dans les séries, ce serait le fun de faire deux, trois rondes», a-t-il ajouté. «Il y a plusieurs raisons pour se motiver, c’est facile de pousser cette semaine pour se préparer.»

L’alignement actuel des Islanders diffère de celui de l’an passé, où la formation de l’Île-du-Prince-Édouard avait fait le plein d’éléments pour faire un bout de chemin. Ça n’empêche pas Samuel de respecter tout autant les rivaux qu’il aura devant lui.

«Sans manquer de respect envers l’équipe actuelle, ils étaient très dangereux offensivement, l’an passé, ils avaient toute une machine, mais il faut les respecter. La série oppose la 8e position contre le 9e, ce n’est pas 3 contre 14. Ce sera une guerre de tranchées, ça ira à l’équipe qui le voudra le plus», soulignait celui qui réalise que la pression est plus grande, ce printemps à Québec, qu’elle l’était à Baie-Comeau à la même période en 2017.

Le numéro 35 est à l’aise avec cette pression qui s’amène avec l’arrivée des séries éliminatoires. Il se prépare depuis déjà plusieurs semaines au rythme effréné de ce que plusieurs surnomment comme étant la «vraie saison». À moins d’avis contraire, on fera appel à ses services à chacun des matchs, peu importe que la série soit courte ou longue.

«Ça fait deux saisons que je joue 50 matchs et plus, je sais c’est quoi d’avoir une bonne charge de travail. Je suis capable [d’y faire face]. Depuis quelques semaines, je porte une attention particulière à mon alimentation et à mon sommeil pour être le plus prêt possible pour les séries. Ça devrait m’aider à être aussi frais pour les matchs 5, 6 ou 7 que le premier match.»

Hausse d’intensité

Samuel apprécie la semaine de préparation dans l’attente de la première mise au jeu, samedi à 15h. Surtout que l’intensité grimpera d’un cran dans les prochains jours.

«C’est bon d’avoir du temps pour se préparer. Il y a l’aspect tactique et stratégique, mais c’est aussi important d’avoir de bonnes pratiques pour se mettre dans le feeling parce que les séries, c’est un autre monde. L’intensité monte pour tout le monde. J’ai vu Daniel Sprong courir partout et frapper, l’an passé, alors qu’il n’était pas réputé pour ça.»

L’entraîneur-chef Philippe Boucher se réjouissait du désir de vaincre démontré par Samuel, ces derniers temps. «Chaque club qui se rend jusqu’au bout, le gardien fait la différence. Antoine inspire la confiance par sa maturité, son intelligence et son leadership. Même s’ils savent que ça va finir, mais il joue comme un gars qui ne veut pas que ça finisse, comme Matt et Picco», ajoutait Boucher, en rappelant qu’il n’aurait pas de problème à utiliser Dereck Baribeau s’il devait avoir besoin de lui.

+

HULTON RÉCOMPENSÉ

Entraîneur-chef et directeur général des Islanders, Jim Hulton pourra se concentrer uniquement sur l’aspect hockey dans les prochains jours. La direction de l’équipe a annoncé qu’elle prolongeait son contrat pour quatre saisons lors d’une conférence de presse, mardi matin, à Charlottetown. Hulton avait été nommé au poste d’entraîneur-chef en juin 2015 et on avait ajouté la fonction de dg en avril 2016. Malgré un rôle de négligés, les Islanders ont surpris avec leur neuvième place au classement. «À l’exception du [journal local] The Guardian, toutes les publications que je lisais en début de saison ne nous excluaient pas seulement ses séries, mais prédisaient que nous terminerions en 18e place sur 18. Les gars ont adopté l’attitude de “nous contre eux”, et ils méritent tout le crédit», laissait savoir celui qui avait mené sa troupe en demi-finale, l’an passé.

+

EN VITESSE

Le centre Philipp Kurashev disait bien se sentir après une première séance d’entraînement. «Je devrais être prêt pour samedi, je me sentais bien sur la glace», disait l’attaquant de peu de mots… Le défenseur Étienne Verrette a aussi pratiqué avec un chandail vert réservé aux joueurs en processus de retour, mais n’était pas disponible pour discuter de son état de santé. «C’est positif qu’ils soient sur la glace, et s’ils portent un chandail de couleur cette semaine, ce sera le signe qu’ils joueront», notait Philippe Boucher… Les Remparts ont jonglé avec l’idée de réserver un grand chalet pour y tenir une activité d’équipe, mais ils ont plutôt opté pour la réservation d’une salle dans un restaurant, mardi, afin d’y tenir un souper de groupe. «On va passer sept jours [lundi à dimanche] sur la route, on va avoir le temps de se regrouper en équipe», notait l’entraîneur-chef à propos de la semaine de route qui attend les siens puisque les matchs 3, 4 et 5 auront lieu à Charlottetown.