Adam Erne a subi une lacération mineure à la rate en début de match, dimanche, contre les Cataractes. La durée de son absence est indéterminée.

Adam Erne tout près d'un retour

Absent depuis le 18 février en raison d'une lacération de la rate, Adam Erne est sur le point de reprendre sa place dans l'alignement. Mardi, l'attaquant en puissance des Remparts ne portait plus le fameux chandail vert réservé aux joueurs en processus de retour au jeu.
«Il est à la veille de jouer, il va très bien à l'entraînement. J'ai toujours considéré nos blessés comme étant au jour le jour, lui comme les autres. Vous l'avez vu, s'il n'a plus de chandail vert, c'est qu'il se rapproche d'un retour», a confirmé Philippe Boucher après l'exercice matinal.
L'entraîneur-chef ajoutait que l'Américain ne serait pas en uniforme pour le troisième match (mardi). Il en avait pour preuve la séance de patinage intensive en compagnie des réservistes du jour.
«Si ce n'était que de lui, Adam serait déjà de retour. Ce qui compte, c'est qu'il est tout près de le faire. Et je ne le cacherai pas, on sera bien content lorsqu'il sera là. On l'attend depuis longtemps, mais nous avons été patient, comme on l'est chaque fois. Tout au long de la saison, on se concentrait sur les gars qui étaient là», a noté Boucher.
Erne a raté les 11 derniers matchs de la saison régulière et les trois premiers de cette série contre les Huskies. Il a même passé du temps chez lui, aux États-Unis, lorsqu'il était confiné au repos total. Depuis, il a repris l'entraînement et le temps perdu.
«Je me sens bien depuis le jour où je suis sorti de l'hôpital. Mais ce n'est pas un os brisé, il faut laisser le temps faire son oeuvre, sinon ça pourrait être dangereux. Dès qu'ils vont me donner le feu vert, je vais dire oui. Mais j'ignore quand, ça pourrait être bientôt comme au début de la deuxième ronde», a indiqué le numéro 73.
Erne était heureux de faire partie du groupe à nouveau, hier matin, la couleur de son chandail d'entraînement n'en faisant plus un intouchable. «Je suis en bonne forme, je patine avec les gars, je vais dans le gymnase. Je n'aurai pas besoin de beaucoup de temps pour retrouver ma condition physique de match. J'attends le signal de Steve [Bélanger, le thérapeute sportif]. Il y a deux jours, j'ai passé un examen et l'épanchement de sang était disparu.»