Les Remparts de Québec ont mis fin à une vilaine séquence de quatre défaites de suite, samedi au Centre Vidéotron, en l’emportant 3-2 aux dépens des Cataractes de Shawinigan.

3-2 contre Shawinigan, les Remparts retrouvent le chemin de la victoire

Les Remparts de Québec ont mis fin à une vilaine séquence de quatre défaites de suite, samedi au Centre Vidéotron, en l’emportant 3-2 aux dépens des Cataractes de Shawinigan. Une poussée de trois buts en l’espace d’une minute et 39 secondes en première période a permis une première fois depuis le 14 octobre, date où ils avaient aussi renversé cette même équipe.

«Les gars étaient déterminés à mettre un terme à cette séquence. On s’en va sur la route [pour trois matchs], on revient ici le 8 novembre, il fallait connaître un bon match avant notre départ, donner un bon sentiment à nos partisans et leur montrer qu’on était capable de gagner à domicile», résumait l’entraîneur-chef Remparts Patrick Roy.

Au lieu de s’abattre quand les visiteurs ont ouvert la marque, en première, par l’entremise de William Cummings, les Remparts ont répliqué 1:16 plus tard, donnant ainsi le ton à un triplé expéditif, gracieusement de Thomas Caron (2e), en avantage numérique, de Pierrick Dubé (7e) et Félix Bibeau (8e).

«Ça fait énormément de bien pour le moral de l’équipe, on va apprécier le moment, mais il faudra se reconcentrer assez rapidement parce qu’on a des matchs importants sur la route. On voulait vraiment gagner alors qu’on était dans une séquence assez difficile. Je l’attendais [ce but]. Aller au filet, c’est ce que je sais faire. J’ai pas mal adopté ce style depuis que je suis petit et j’essaie de continuer dans le junior», indiquait Caron, nommé deuxième étoile du match.

Les Remparts ont réussi à tenir bon, en troisième, quand les Catatactes ont réduit l’écart à 3-2, via Mikaël Robidoux. Mais une punition l’ancien des Remparts pour en avoir mis un peu trop sur une poussée à son endroit du gardien Anthony Pagliarulo a coupé l’élan des visiteurs.

«Si Robidoux méritait deux minutes pour avoir plongé à six minutes de la fin, je pense que le joueur des Remparts [Dubé] aurait aussi mérité un deux en première période», indiquait l’entraîneur-chef Daniel Renaud, visiblement agacé par l’appel contre son joueur en fin de match.

Les Cataractes venaient de battre l’Océanic de Rimouski, la veille, et espéraient profiter de cette motivation. Ils reverront l’Océanic, dimanche, dans ce qui sera leur troisième match en autant de jours. «J’ai trouvé qu’on avait un peu moins d’énergie et qu’on avait les jambes plus lourdes que vendredi», admettait Renaud, quand même satisfait de l’effort des siens dans les 40 dernières minutes. Il estimait que le match s’était joué lors des trois buts en 99 secondes des Remparts, en première.

Les Remparts auraient pu ajouter à leur avance dans les deux dernières périodes, mais le gardien Antoine Coulombe s’est dressé devant le filet, notamment contre Dubé. 

«Je ne pense pas trop à ça, l’important, c’est la victoire. La prochaine fois, j’essayerai de la mettre dedans. Même s’ils ont marqué le premier but, on n’a pas lâché, on est revenu. Après quatre défaites, dont trois devant nos partisans, on voulait rebondir», admettait Dubé.

Même alignement

Les Remparts ont utilisé le même alignement que la veille, n’effectuant des changements que dans la composition des trios. Ainsi, le Japonais Yu Sato, dont les débuts sont plutôt timides dans la LHJMQ, avait l’occasion de patrouiller l’aile gauche au sein du premier trio complété par Félix Bibeau et Pierrick Dubé.

Rodzinski encore retranché

Le défenseur de 17 ans Romain Rodzinski a encore été rayé de l’alignement, samedi. Il n’avait disputé que huit matchs, la saison dernière, en raison d’une blessure au dos. «Il a tellement de misère, on va lui donner un peu de temps pour se retrouver et revenir plus fort. On confiance en lui, c’est un défenseur qu’on aime beaucoup. Il n’a pas connu de bons matchs dernièrement, c’était mieux de le mettre de côté», expliquait l’entraîneur-chef à propos de sa décision.

Défi mondial des moins de 17 ans

James Malatesta et Nathan Gaucher s’envolent pour l’Ouest canadien, lundi, afin de participer au Défi mondial des moins de 17 ans. Ils s’ajouteront donc aux nombreux absents dans l’alignement des Remparts. «Je n’ai jamais vu l’événement, mais je trouve que c’est un bon «timing». Il va nous manquer six joueurs dans le voyage, c’est quand même bon. Espérons qu’ils vivront une belle expérience», disait Patrick Roy.

Desrosiers malade

L’entraîneur-adjoint Benoît Desrosiers a raté un deuxième match de suite en raison de la maladie et il brillait à nouveau par son absence derrière le banc des Remparts. Reste à voir s’il pourra être du voyage, cette semaine, qui se fera sans la présence de l’entraîneur-associé Martin Laperrière, en route vers Défi mondial, lui aussi. «Il va peut-être falloir demander une subvention au Soleil pour que tu viennes coacher avec moi», lançait Roy à l’auteur de ces lignes sur un ton amusé. En échange, on prendrait bien une petite contribution à la future Coop des employés pour sauver le journal, par contre…